Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Les relations sino-fran?aisesMise à jour 22.07.2011 12h07
La vie des employés français de PSA à Wuhan

Dans la zone de développement économique et technologique de Wuhan, capitale de la province centrale du Hubei et non loin de la joint-venture Dongfeng-PSA, s'est construite une communauté française où logent les ingénieurs et techniciens français travaillant pour le constructeur automobile français PSA. Les 70 familles, composées de 270 personnes, forment une petite communauté française dans cette ville chinoise.

Chaque année, le groupe PSA envoie des employés français travailler dans sa première joint-venture chinoise, la Dongfeng Peugeot Citroën Automobile (DPCA), pour un mandat de quatre ans. Cette communauté de 70 villas a été construite par le groupe Dongfeng pour loger les experts étrangers.

Mathieu Jérôme a été envoyé en 2009 par PSA en Chine en tant que directeur adjoint du département des ressources humaines de la DPCA. Son épouse et sa fille se sont également installées en Chine pour vivre avec lui. " L'environnement dans cette communauté est très bonne et le bureau d'aménagement fournit des services de haute qualité. Les personnes autour de nous, des Français ou des Chinois sont sympathiques, et nous nous entendons bien", a confié Mathieu.

Bien que la communauté soit petite, elle possède une petite école avec 130 élèves âgés de 3 à 17 ans. En plus des 14 enseignants français, l'école a recruté deux professeurs chinois pour apprendre aux jeunes Français le chinois.

Cette petite école va de la maternelle au lycée, a fait savoir Mathieu, qui a évoqué qu'en France, chaque classe compte environ 30 élèves alors que dans cette école, le nombre est de moins de dix. "Cela rend les conditions d'enseignement plus favorables ici". De plus, la communauté a sa propre clinique avec des médecins français, une piscine et un club.

"Cette communauté est petite et très française", a indiqué Jin Ling, chef du bureau d'aménagement. La culture française a influencé les employées chinoises du bureau, qui essaient de parler le français et font la bise naturellement avec les Français.

"En raison des différences culturelles, nous sommes attentifs aux conditions de travail, afin d'éviter tout malentendu", précise Mlle Jin. Le bureau a recruté trois interprètes français et un interprète anglais pour mieux communiquer avec les experts étrangers. "Nous nous efforçons à ce qu'ils se sentent en sécurité et développent un sentiment d'appartenance à cette ville", conclu-t-elle.

Source: Ambassade de Chine en France

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine compte 485 millions d'internautes et comment utiliser ces ressources ?
Le vice-président chinois rencontre de hauts officiers de l'armée, de la police armée et des forces de police au Tibet
Les relations militaires sino-américaines progressent
Ces superstars du sport qui améliorent l'image de la Chine
La curieuse morale de certains medias occidentaux