frenchChine|Economie|International|Afrique|Culture|Vie Sociale|Sport|Sci-Edu|Tourisme|Environnement

Remise du Prix Fu Lei 2011

28.11.2011 15h20     Source: China.org.cn

Le 26 novembre, M. Olivier Rolin, écrivain français et invité d'honneur, prononce un discours lors de la cérémonie de remise du Prix Fu Lei 2011. Le 26 novembre, Mme Sylvie Bermann, ambassadeur de France en Chine, prononce un discours lors de la cérémonie de remise du Prix Fu Lei 2011.Le 26 novembre, M. Dong Qiang, professeur de français à l'Université de Pékin et président du jury du Prix Fu Lei, prononce un discours lors de la cérémonie de remise du Prix Fu Lei 2011.Le 26 novembre, Mme Hong Huang, responsable du magazine branché iLook et animatrice de la cérémonie de remise du Prix Fu Lei 2011.Le 26 novembre, Mme Hong Huang, responsable du magazine branché iLook et animatrice de la cérémonie de remise du Prix Fu Lei 2011.

La cérémonie de remise du Prix Fu Lei 2011 s'est déroulée le 26 novembre à la Galerie Yishu 8, dans les locaux de l'ancienne université franco-chinoise. Un grand nombre de personnalités du milieu francophone, dont Madame l'ambassadeur de France en Chine Sylvie Bermann, l'écrivain français Olivier Rolin, le professeur de français à l'Université de Pékin Dong Qiang, le comédien chinois Lin Dongfu et la responsable du magazine branché iLook, Hong Huang.

Dans le café de la jeunesse perdue (de l'écrivain Patrick Modiano), traduit par Jin Longge, et La France des Lumières (de l'écrivain Daniel Roche), traduit par Yang Yaping, Zhao Jingli et Yi Wei, ont été récompensés du Prix Fu Lei de traduction. Les éditeurs de la version chinoise de ces deux ouvrages ont gagné le Prix Fu Lei de l'édition.

« Pour être acteur de la vie, il faut connaître beaucoup d'autres vies. Ce qui nous permet de faire ça, c'est la littérature », a déclaré l'invité d'honneur Olivier Rolin dans son discours lors de la cérémonie. Selon lui, la traduction est un miracle, ainsi que la littérature, qui fait passer un auteur et un texte d'une langue dans une autre, d'un monde dans un autre. La traduction rend plus universelle la langue dans laquelle une œuvre est traduite. « En tant qu'auteur, il m'importe beaucoup plus d'être traduit dans beaucoup d'autres langues que d'avoir un succès seulement chez moi en France », a-t-il ajouté.

Mme Sylvie Bermann, ambassadeur de France en Chine, a également salué la pratique de la traduction, qui fait découvrir de nouveaux textes pour faire voyager la littérature et les idées d'une langue à l'autre. « J'espère que ce prix acquerra au fil des années de plus en plus de popularité et d'audience », a déclaré l'ambassadeur.

« Un jour, j'espère que le prix Fu Lei s'étendra à d'autres langues étrangères », a dit M. Dong Qiang, professeur de français à l'Université de Pékin et président du jury du Prix Fu Lei, en souhaitant que l'expérience du Prix Fu Lei puisse servir de bonne expérimentation pour d'autres prix.

Inauguré par le Prix Nobel de Littérature Jean-Marie Le Clézio en 2009, le prix Fu Lei fête cette année son troisème anniversaire, et jouit déjà d'un grand écho. De plus en plus de traducteurs et maisons d'édition sont encouragés à présenter de meilleurs livres français au public chinois .

Information relative:

Le Prix Fu Lei a pour ambition de récompenser le traducteur et l'éditeur du meilleur livre traduit du français et publié en Chine. Le jury est composé de traducteurs, auteurs et universitaires chinois et français.