Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Les relations sino-fran?aisesMise à jour 31.03.2012 17h02
Un chef cuisinier français en Chine : il est difficile de vulgariser un art culinaire trop exquis et trop raffiné

Après plusieurs mois de rénovation et de réparation, le restaurant pékinois du Groupe Flo, une chaîne française de restauration de réputation internationale, a rouvert ses portes ce mois-ci dans la capitale chinoise et il a comme chef cuisinier Bertrand Combe qui est versé dans l'art culinaire français.

Compte tenu de l'afflux à Beijing d'étrangers et surtout d'Occidentaux venus pour y faire du tourisme, pour y travailler ou bien pour s'y établir, le Directeur général de la branche pékinoise du Groupe Flo, laquelle en 2008 disposait déjà de neuf années d'expériences en Chine a décidé alors de changer ses idées de gestion et d'exploitation en ajoutant certains nouveaux éléments et certaines nouvelles notions dans la base traditionnelle et classique de l'art gastronomique français et c'était ainsi qu'il est apparu l' « époque Bertrand » du restaurant pékinois du Groupe Flo.

Les diplomates et les autres employés de l'Ambassade de France en Chine ainsi que les diplomates des autres ambassades accréditées en Chine sont devenus les habitués du restaurant Flo et en même temps des amis de Bertrand. « Bien que ce sont eux qui fréquentent habituellement notre restaurant, toutefois soixante cinq pour cent de notre clientèle sont des Chinois », a fait remarquer ce chef cuisinier originaire de Marseille qui a insisté que comparaison faite avec dix ans auparavant, les Pékinois ont fait de grands progrès en matière de leur connaissance de la cuisine occidentale.

Par rapport à Spaghetti, à Pizza, à Mcdonald's et aux autres restaurants de la cuisine occidentale qui poussent comme des champignons et qui s'épanouissent partout en Chine, Bertrand ne croit pas que la cuisine française trop exquise et trop raffinée répond aux besoins des Chinois c'est pourquoi il ne pense pas qu'elle aurait un bel avenir à Pékin, de même que dans les autres villes du pays. D'après lui, tout comme la cuisine chinoise qui rencontre beaucoup de difficultés dans sa propagation et sa vulgarisation à l'étranger, la délicatesse et l'exquisité de la cuisine française décident qu'il lui faut beaucoup de temps et beaucoup d'efforts dans ses préparatifs et qu'il est difficile de faire des copies. A cet effet, il y a de grandes difficultés pour elle de se développer et d'étendre ses affaires comme les autres fast-foods à l'occidental. « Pour pouvoir survivre à Beijing, il serait nécessaire que la cuisine française gère et exploite de grandes marques, agrandisse l'ampleur de son service et intègre de nouvelles idées. », a insisté Bertrand.



Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
BRICS : la nouvelle voix mondiale
Tuerie en série en France : un cas grave qui donne matière à de profondes réflexions
Crise iranienne : la politique « deux poids deux mesures » des Etats-Unis