Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Les relations sino-fran?aisesMise à jour 24.06.2012 10h46
Les sujets du BAC français provoquent des discussions en Chine

Le concours d'entrée à l'université Gaokao 2012 s'est juste clôturée en Chine, dont les sujets de la composition, comme les années précédentes, ont provoqué des discussions. N'étant pas seul en son genre, le bac français a été commencé le 19 juin. Correspondant à la composition typiquement chinoise, c'est sa composition philosophique. Toute croyance est-elle contraire à la raison ? Serions-nous plus libres sans l'Etat ? Avons-nous le devoir de chercher la vérité ? Les thèmes de tel genre sont caractérisés par la spéculation, la philosophie, la critique et la solidarité réaliste.

Le 19 juin, un savant chinois appelé Xu Jilin a dit dans son microblog, « D'après mon étudiant qui fait ses études de doctorat en France, aujourd'hui, c'est la première journée du bac français. Le sujet est la philosophie et le concours a duré 4 heures. On écrit une composition sur un thème donné. Je comprends jusqu'à maintenant pourquoi la France compte de nombreux philosophes, tandis que la Chine ne produit que des élèves centrés sur l'examen. »

Ce microblog a provoqué des discussions parmi une grande quantité d'internautes. Beaucoup parmi eux ont apprécié les thèmes du bac français « assez ouverts ». Mais d'autre part, les doutes telles que « difficile à évaluer » existent simultanément.

L'éducation occidentale anime l'esprit de spéculation

La différence entre les thèmes chinois et français reflètent les modes pédagogiques différentes entre l'Orient et l'Occident.

« La Chine met plutôt l'accent sur l'enseignement des connaissances, tandis que l'Occident fait attention à celui de l'esprit. L'éducation chinoise veut bien que les élèves maîtrisent un système disciplinaire complet et l'Occident donne aux élèves un esprit de spéculation. » dit Peng Xiaofang, professeur de politique du lycéen Changjun de Changsha, du Hunan.

« C'est ironique. » Selon Peng Xiaofang, les thèmes français n'ont pas été limités en avance, ce qui aide les élèves à montrer, d'une manière plus suffisante et complète, leurs connaissances, leurs capacités et leur esprit durant ces 4 heures. Les modes chinoises, au lieu d'apprendre à penser, demandent aux élèves de distinguer et de discerner les connaissances. Sans penser ni rechercher, toutes les questions ont une réponse en référence.

D'après Yan Yan, de la troisième année du lycée Changjun, les thèmes comme ça ressemblent beaucoup à ceux de l'examen autonome de l'université Renmin de Chine auquel elle a participé. Beaucoup de questions dans cet examen n'avaient pas de réponse unique. Le but était de savoir l'imagination et la créativité des élèves. Elle en a trouvé très bien. Mais après avoir lu les thèmes du bac français, elle avait des lacunes dans le cerveau dans un instant.

Une épreuve aux capacités des correcteurs

Comme Wu Guoping, professeur de chinois du lycée Changjun, l'a dit, pour les correcteurs, il est difficile de maîtriser les normes de l'évaluation pour les thèmes du bac français.

Dans le microblog, beaucoup d'internautes ont présenté des exclamations similaires. « En Chine, les candidats à l'examen sont trop nombreux, tandis que le temps pour les correcteurs est limité, en plus, ce n'est pas possible que les correcteurs prennent en considération tous les aspects. Les candidats risquent d'avoir une note inférieur si leurs points de vue sont relativement excessifs ou secondaires. Les talents potentiels seront laissés dans l'obscurité. » dit un candidat en science humaine du lycée N°1 à Jixi, du Heilongjiang.

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Élections législatives françaises : pour la gauche victorieuse, le plus dur reste à faire
Comment la Grande-Bretagne a créé la « question tibétaine »
Les partis pris contre la Chine persistent