Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Les relations sino-fran?aisesMise à jour 02.07.2012 08h37
Outre le marché du vin, les sociétés viticoles françaises ciblent les vignobles chinois

Face à une concurrence plus acharnée sur le marché chinois du vin avec l'arrivée de nouveaux exportateurs, tels que l'Espagne et l'Afrique du Sud, les sociétés viticoles françaises se tournent de plus en plus vers les vignobles et les châteaux en Chine, a constaté le journaliste de l'Agence de presse Xinhua, lors d'un salon international du vin organisé dans la ville de Yantai dans l'est de la Chine.

Du 27 au 29 juin, le Salon international du vin de Yantai s'est tenu dans cette ville, surnommée la "cité internationale du vin d'Asie", qui produit un tiers du volume total du vin chinois. Environ 3 000 hommes d'affaires étrangers, venus d'une vingtaine de pays ou régions, ont participé à ce salon qui a accueilli 706 stands, dont 176 loués par des étrangers.

Lors de ce salon, les grands stands de vins étaient tenus par des producteurs viticoles sud-africains ou des châteaux espagnols, tandis que les participants français se sont davantage concentrés sur les pépinières viticoles, les fûts de chêne et le matériel pour la production de vin.

Jean-Pierre Mercier, responsable du Groupe Mercier, une société française fondée en 1890 et spécialisée dans les pépinières viticoles, a déclaré qu'il avait visité des vignobles et des châteaux dans les provinces chinoises du Ningxia et du Liaoning et que les propriétaires s'étaient montrés très enthousiastes à l'idée d'établir une coopération.

"Nous sommes prêts à cultiver de nouveaux types de pépinières adaptées aux sols de ces régions", a-t-il indiqué.

Tao Xianzhi, représentant du Groupe "Devexpor", producteur français d'équipements viticoles, a confié avoir participé aux six éditions du salon du vin de Yantai. "Au début, je n'arrivais pas à signer de contrats au cours du salon, car les prix de nos équipements étaient trop élevés. La machine de tri des raisins coûte notamment plus d'un million de yuans".

"Cependant, grâce au développement de la production et du marché viticole en Chine, certains châteaux dans les provinces du Shandong, du Ningxia et du Xinjiang disposent aujourd'hui de fonds suffisants pour acquérir notre matériel", a-t-il révélé.

Avec la croissance progressive des revenus par habitant, le marché du vin chinois a connu une rapide expansion ces dernières années. D'après les statistiques, les Chinois ont consommé 1 550 000 litres de vin en 2011, soit une croissance de 28,26% sur un an, faisant de la Chine le cinquième plus grand consommateur de vin du monde, devant la Grande-Bretagne.

Cependant, la croissance des importations de vin en Chine a ralenti pour la première fois depuis sept ans entre janvier et avril 2012.

"Cela montre que les importations chinoises de vin commencent à redevenir rationnelles", a estimé Jean-Pierre Mercier. D'un côté la croissance des importations de vin a ralenti, mais d'un autre côté, les usines chinoises de fabrication de vin se sont agrandies. "Ce phénomène engendre aussi de nouvelles opportunités commerciales. En plus du vin, nous pouvons nous tourner vers les pépinières viticoles et les vignobles", a affirmé M. Mercier.

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Proposition pour une Autorité Fiscale Européenne (AFE), un Fonds de Réduction de la Dette et des Bons du Trésor Européens
Réticences de l'Allemagne quant à un accord sur la menace de la stabilité européenne
Élections législatives françaises : pour la gauche victorieuse, le plus dur reste à faire