Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
FrançaisMise à jour 02.03.2010 13h29
De la démocratie à la chinoise

Si vous êtes Chinois, ou si vous vous intéressez à ce qui se passe en Chine, vous êtes sans le moindre doute au courant de ce qui va commencer cette semaine à Beijing. A défaut, je vous engage à essayer d'en savoir plus, car d'une part c'est intéressant, et d'autre part cela concerne la vie de ce qui est désormais l'une des principales puissances du monde, que cela plaise ou non à certains, que la force grandissante et la place de plus importante de la Chine sur la scène internationale fascine, inquiète, voire irrite parfois. Les médias occidentaux, si prompts à couvrir les élections présidentielles américaines - à juste titre d'ailleurs - le font encore assez peu, à mon avis pas assez, de la session législative annuelle chinoise, mais je gage que cela viendra. La Chine est aujourd'hui incontournable, et les décisions qui sont prises pendant cette session, quand bien même elles sont d'abord internes, ont pour certaines, dans notre monde globalisé, des répercussions indirectes bien au-delà des frontières de ce pays. Ce qui justifie, je le pense, qu'on s'y attache un peu plus en Occident ou ailleurs.

Le temps où la Chine demeurait dans son splendide isolement et inspirait de l'étranger fascination du fait de sa culture, de son histoire et de ses mystères réels ou supposés, et commisération face à sa décadence et sa misère est bien révolu. La Chine est désormais un acteur majeur sur la scène internationale, et cela suffit à soit seul que l'on tourne, les jours prochains, un peu plus les yeux vers Beijing.

J'écrivais à l'instant « de la démocratie à la chinoise », et je pense que le mot est par certains côtés pleinement justifié, n'en déplaise à beaucoup, dont certains, qui se disent parfois même très savants, accolent un peu trop facilement au mot « Chine » le vilain mot de « dictature », soit directement, soit indirectement, comme j'ai pu le lire la semaine dernière encore dans le très sérieux Quotidien français Le Monde, sous la plume d'un « juriste philosophe ». Et les pays occidentaux, qui si souvent s'immiscent de manière injustifiée dans les affaires intérieures de la Chine, alors que la Chine, plus respectueuse sans doute, se garde bien de se mêler des affaires internes des pays occidentaux, s'attachent peu à ces sessions parlementaires, voire à la vie politique courante de la Chine, sauf quand il y a des problèmes, qu'ils se font alors un plaisir malsain à souligner, alors qu'ils ignorent superbement ses côtés positifs, et il y en a, croyez-moi.

Soit dit en passant, tout Occidental et Français que je sois, je trouve cette façon de donner sans cesse son avis, de critiquer les affaires intérieures de la Chine, ou de tout autre pays, franchement déplaisante, voire déplacée. Comme le fait de recevoir des séparatistes ou, comme le font les Etats-Unis par exemple, de publier un rapport annuel sur la situation des droits de l'homme en Chine. Mais c'est commode, car pendant ce temps, on ne parle pas de ses propres problèmes internes. Voire ne parle pas des entorses que l'on fait parfois soi-même à ses propres institutions démocratiques, entorses auxquelles on trouvera toujours une explication, une justification...

Un savoureux proverbe, africain je crois, et qui jouit d'une popularité certaine en France dit « Quand on veut monter au cocotier, il faut avoir les fesses propres... ». En clair, avant de reprocher aux autres leurs défauts, veillez vous-mêmes à être irréprochable. Pour être assez avancés dans leur système démocratique, ces pays qui s'immiscent sans cesse dans les affaires intérieures de la Chine et la critiquent à tout va sont-ils vraiment irréprochables, et au nom de quoi se permettent-ils pareille ingérence ? Auraient-ils par hasard je ne sais quel droit naturel à proclamer à bouche-que-veux-tu leur « supériorité » institutionnelle et démocratique et de vouloir l'imposer un peu partout, s'arrogeant au passage le droit de penser pour les autres peuples de la planète ? Je vous laisse juge...

Les Occidentaux, et les Français ne sont pas en reste, ont en effet trop souvent tendance à considérer que leurs modèles institutionnels sont les meilleurs et ont vocation à s'appliquer partout et plus ou moins à l'identique, et que ceux qui ne leur ressemblent pas sont plus ou moins intrinsèquement mauvais. Et ils ne se privent pas le dire, de l'écrire à l'envi. Oubliant allègrement que tous les pays sont différents et que chacun d'entre eux a ses particularismes historiques, culturels ou autres, qui font que rien n'est jamais aussi simple. Les exemples sont légion... oubliant aussi très souvent au passage, dans le cas de la France par exemple, qu'il a fallu à ce pays plus de quatre-vingt ans, entre 1789 et 1871 plus exactement, quatre révolutions et une bonne demi-douzaine de changements de régime pour pouvoir établir un système vraiment démocratique, incessamment modifié depuis... citant aussi, souvent, l'Inde comme modèle, car proche de la Chine, géographiquement, de par sa taille et sa population. Certes, l'Inde est aussi une démocratie, mais tout d'abord c'est un pays qui a été colonisé par les Européens pendant plusieurs siècles, et ses institutions actuelles sont fortement inspirées du modèle britannique, et pour cause. Ce qui rend la comparaison avec la Chine franchement hasardeuse. Et ce qui n'empêche pas que depuis son indépendance en 1947, la violence politique y est endémique (deux Premiers ministres assassinés ces vingt dernières années...), que le statut de la femme est encore loin d'y être franchement idéal, que le système des castes, officiellement aboli, est encore très présent, et que le taux d'illettrisme y est encore assez élevé. Mais de cela on parle peu, préférant mettre en avant les bons côtés de la démocratie en Inde, et il y en a, assurément, aucune personne un tant soit peu sensée ne peut le nier.

A l'inverse pour la Chine, il semble en revanche que l'on s'acharne, que l'on prenne parfois un malin plaisir même, à souligner les points négatifs et à, sciemment ou non, faire l'impasse sur les bons côtés. Pour comparer avec l'Inde, même si comparaison n'est pas raison, on n'a, que je sache, assassiné aucun Premier ministre chinois, l'émancipation de la femme y est une réalité, et le taux d'alphabétisation y est nettement plus élevé qu'en Inde, quand bien même il y a parfois quelques troubles dans les régions à fortes minorités ethniques, mais on sait d'où ils viennent...

Quand je vous disais que rien n'est simple. Et que décidément comparaison n'est pas raison.

Donc, la Chine va ouvrir cette semaine sa session parlementaire, événement parlementaire majeur annuel, où de nombreuses décisions importantes seront prises. Deux institutions vont se réunir, l'Assemblée Populaire Nationale, qui est l'assemblée principale, et la Conférence consultative politique du peuple chinois. Pour simplifier les choses, à différence de la France qui compte deux assemblées, l'Assemblée Nationale et le Sénat, la Chine est pour l'essentiel un système monocaméral, l'Assemblée Populaire Nationale prenant l'essentiel des décisions importantes. Le pouvoir législatif est entre ses mains. Ses députés, au nombre d'environ 3 000, sont élus par les provinces, les régions autonomes et les municipalités relevant directement des autorités centrales et de l'Armée et ont un mandat de cinq ans. La Conférence consultative politique du peuple chinois, elle, est le principal organe de coopération entre les partis et de consultation politique sous la direction du Parti communiste chinois, et elle compte aussi quelques autres partis minoritaires. Elle a essentiellement un rôle consultatif. Je ne m'étendrai pas davantage sur la composition et les prérogatives de chaque assemblée, là n'est pas le but.

Je m'attacherai plutôt à ce qui fait la spécificité de ces institutions, et de ce qui fait que l'on peut dire qu'elles sont démocratiques sur bien des aspects, même si elles ne sont pas parfaites et peuvent sans aucun doute être améliorées. Y a t-il d'ailleurs dans ce vaste monde des institutions parfaites ? A l'évidence, non.

Et quoi qu'en disent, pensent certains, la Chine n'est pas une dictature, une prison à ciel ouvert où toute liberté est absente, c'est un Etat de droit. Qu'ils quittent leurs oeillères, ouvrent un peu plus leurs yeux et leurs oreilles et suivent un peu mieux comment les choses se passent dans ce pays, et ils verront...

La vaste couverture médiatique dont font l'objet, en Chine, ces sessions parlementaires est des plus intéressantes, et très nombreux sont les Chinois que cela intéresse. Les gouvernants chinois, que beaucoup d'Occidentaux s'imaginent coupés de leur peuple et décidant arbitrairement, sont au contraire très attentifs au bien-être de leurs concitoyens et, plus souvent qu'on l'imagine, à leur écoute. J'en veux pour preuve par exemple les longues heures qu'a passées le Premier Ministre Wen Jiabao à discuter samedi en ligne avec les internautes chinois, sans compter ses innombrables déplacements un peu partout dans le pays.

Je vis en Chine depuis plus de deux ans, et donc ce qui s'y passe m'intéresse nécessairement, parce que je suis, plus ou moins, concerné. Et plus encore du fait de ma formation juridique, qui m'a inévitablement rendu plus curieux encore du fonctionnement des institutions chinoises.

C'est ainsi que je me suis rendu compte, quand je vous disais plus haut qu'elles avaient, quand bien même elles pouvaient être, comme toutes les institutions de tous les pays du monde, améliorées, un aspect démocratique certain. Vous qui êtes Chinois le savez sûrement, mais vous, Occidentaux, le savez-vous ? Certes, comme en Occident, on fait en Chine des sondages pour connaître les préoccupations de la population. Mais savez-vous, par exemple, que nombre de projets de loi sont désormais soumis à l'avis de la population ? Certains projets de texte concernant des problèmes extrêmement concrets comme, tout récemment, la sécurité alimentaire, sont mis en ligne par le gouvernement, qui sollicite pour l'occasion les avis de ses concitoyens, dont bien souvent il tiendra compte au moment de publier le texte définitif. C'est une chose que je n'ai encore jamais vue en France, où l'on considère, mais c'est compréhensible, que les députés, étant élus directement par les citoyens, à la différence de la Chine où le suffrage est indirect, sont habilités à décider eux-mêmes sans passer par internet pour demander l'avis de leurs électeurs pour amender éventuellement le texte. Personnellement, je trouve pourtant cette façon de procéder assez intéressante.

De même, et c'est de plus en plus fréquent, de nombreux experts, universitaires ou autres spécialistes font-ils entendre leur voix pour dénoncer tel ou tel défaut de la législation. Et souvent avec succès, ce qui, s'ils l'apprenaient, en étonnerait plus d'un en Occident, où trop souvent on ne pense même pas que ce genre de choses est possible en Chine.

Et pourtant... tout récemment, par exemple, des universitaires ont dénoncé certains défauts de la loi sur la propriété privée en Chine, qui ont été mis en exergue à fin de l'année dernière lorsqu'une habitante de Chengdu n'avait trouvé autre moyen de protester contre son expulsion forcée que de s'immoler par le feu. Cette tragédie avait glacé d'effroi toute la Chine et amené plusieurs universitaires de haut niveau à s'interroger, puis à écrire une lettre ouverte au gouvernement, lui demandant d'agir et de modifier tant que faire se peut ladite loi pour en corriger les défauts. Et que croyez-vous qu'il arrivât ? Vous, qui avez peut-être des idées toutes faites sur la Chine, pensez qu'on leur a fait comprendre discrètement qu'il valait mieux ne pas se mêler de cette affaire, voire qu'on les a sanctionnés ? Eh bien pas du tout ! Ces universitaires et experts ont au contraire été reçus par des membres du gouvernement chinois qui se sont montrés très attentifs à leurs remarques et les ont utilisées pour modifier la loi dans un sens plus juste et plus efficace.

Ces manières de faire sont-elles celles d'une dictature, d'un pays où n'existe aucune liberté et où ne règnent que l'arbitraire et la répression ? Il faudrait une sacrée dose de mauvaise foi pour le prétendre. J'y vois plutôt le signe d'une société où règne l'Etat de droit, même si cet Etat est fort, une société où, même si tout est loin d'être parfait, c'est certain (personne ne le prétend d'ailleurs en Chine...), l'on prend de plus en plus en compte les intérêts des citoyens, où on leur demande de plus en plus leur avis. Bref une société qui progresse, se démocratise à son rythme, à sa façon. Et pas comme l'Occident voudrait qu'elle le fasse à sa manière. Depuis quelques années, l'évolution est évidente. Les sessions parlementaires qui vont s'ouvrir n'en sont qu'une partie, et sous leur aspect massif et parfois peut-être un peu trop solennel, en sont une illustration, les avis sollicités en ligne, dont ces assemblées tiendront sans doute compte ou les remarques d'experts ou d'universitaires en sont aussi une.

La Chine a fait beaucoup de chemin ces dernières années vers plus de démocratie, et elle continue. A son rythme et à sa manière. Et personne ne l'empêchera de continuer ainsi.

Voulez-vous que je vous dise ? Dans ce domaine, comme dans d'autres, la Chine n'a pas fini d'étonner le monde...

Laurent Devaux

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Mr DEVAUX, félicitations pour votre article. Moi même Français expatrié et vivant en Chine...
Monsieur DEVAUX,Vous dépeignez merveilleuse très bien les situations chinoises d'une façon...
Merci de me réconforter sur la véritable situation en Chine. C"est depuis 1949 que l&...
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : les personnes de plus de 80 ans toucheront une allocation
Chine : Jia Qinglin insiste sur la stabilité au Tibet
En fin de compte, qui menace vraiment qui ?
Réactions des différents pays, face à la position de la Chine, en tant que 2e économie mondiale
La responsabilité ne pèse pas sur la Chine...
Les risques qui menacent la Chine sont à prendre au sérieux
Le nouveau statut de deuxième puissance économique mondiale doit inciter la Chine à la prudence