Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
FrançaisMise à jour 25.03.2010 14h31
Google, l'arrogance américaine et la résistance chinoise

Et voilà... on en parlait, on en parlait, et on le redoutait sans vraiment trop y croire. Mais maintenant c'est un fait, Goggle quitte la Chine (enfin, pas complètement... l'aspect le plus emblématique de Google disparait certes du continent chinois, mais la société y reste tout de même présente. Il ne faut pas exagérer, hein ! Business is business...) en jouant les mères la pudeur outragées par un gouvernement chinois qui n'aurait rien compris à ce qui est bon pour son peuple, l'ignorant ! Ou la vérité selon Google...

La nouvelle est tombée assez tard, et de manière fort discrète (un post sur le blog du directeur juridique de Google à 3 h du matin, heure de Beijing), ce qui n'empêche pas qu'on ne parle plus que de ça, et qu'on en parle déjà aussi en France d'ailleurs, où pourtant il y a bien d'autres chats à fouetter... nul doute que certains internautes français se réjouiront des misères que l'Oncle Sam va ainsi faire subir à la Chine, ça les rassure de se savoir ainsi « protégés » contre la « menace » d'une Chine toujours plus puissante et indépendante... j'ai parfois l'impression que l'expression créée par l'Empereur d'Allemagne Guillaume II et qui a fait florès à la fin du 19e siècle, le « péril jaune », refait surface...

Mais nul doute que d'autres seront aussi bien contents de voir qu'il existe sur cette Terre, qui ne tourne pas toujours bien rond, un pays qui ose dire non à la seule superpuissance qui existe, et qui souhaiterait bien le rester. Et pour cela tous les moyens sont bons, Google n'en n'est qu'un parmi d'autres.

Pour ceux qui m'ont déjà fait l'honneur de lire les quelques lignes maladroites qu'il m'arrive d'écrire dans ces colonnes, ils savent déjà l'attachement que je porte à la Chine et à son peuple, dans ce pays où je vis déjà depuis plusieurs années. S'il est une chose que j'ai remarquée, entre autres, c'est la fascination, à mon sens un peu excessive, qu'ont de nombreux Chinois pour les Etats-Unis, s'imaginant que c'est peut-être le paradis sur terre, ou presque, et que tout ce qui vient de là-bas est bon, ou presque. Non que je pense qu'il n'y a rien de bon dans ce pays, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit et pas envie de dire... mais par certains points, je trouve que la fascination qu'ont tant de Chinois pour tout ce qui est « US » ressemble un peu à ce qu'a connu la France dans l'immédiat après-guerre, où tout ce qui venait de là-bas était nécessairement bon. Les Français sont depuis devenus un peu plus mesurés, sachant un peu mieux trier le bon grain de l'ivraie. Mais les Chinois, pas encore, me semble-t-il. Il m'arrive aussi, parfois, de critiquer mes amis chinois pour cet angélisme, et ils ne semblent pas croire que j'aie peut-être (un peu) raison.

Ce qui vient de se passer avec Google, et plus récemment avec les ventes d'armes à Taiwan, la rencontre avec du président Obama avec le Dalai Lama, les (grosses) colères de Mme Clinton et j'en passe, devraient pourtant leur ouvrir les yeux. Il y a sans aucun doute du bon aux Etats-Unis, mais ce n'est pas vrai pour tout...

Que les Etats-Unis soient fiers de leur réussite, de leur place dans le monde, c'est tout à fait légitime, et ils sont certaines raisons pour cela. Mais quand le bon vin en vient à se transformer parfois en vinaigre, cela devient agaçant. La fierté est compréhensible, naturelle, même. L'arrogance, elle, est insupportable. Cette volonté quasi-messianique, de déclarer urbi et orbi ce qui est bon et ce qui ne l'est pas, de vouloir l'imposer à tous et partout, au besoin par les armes d'ailleurs, est en effet insupportable. Tout cela parce qu'on est la première puissance économique et militaire du monde ? L'affaire Google tient un peu de cela, de cette politique de la canonnière des Etats-Unis et des Européens, qui a si bien réussi contre la Chine des Qing vacillante. Avec toutefois un peu plus de mesure, la Chine de 2010 étant autrement plus puissante et plus coriace que celle de 1850. Et sans oublier le fait que la Chine et les Etats-Unis sont étroitement liés, ont besoin l'un de l'autre. La Chine le sait, l'a compris ; les Etats-Unis ont parfois tendance à l'oublier, ce qui donne aujourd'hui cette pantalonnade ridicule sur l'air de « Retenez-moi, ou je fais un malheur », ou passez-moi l'expression, du sale gosse qui fait une grosse colère parce qu'il n'a pas eu le jouet qu'il voulait.

Mais réfléchissons-y un peu. Comment Google, et derrière les Etats-Unis, a pu s'imaginer que le gouvernement chinois se plierait à ses exigences, sous les motifs les plus fumeux qui soient ? Les Etats-Unis n'ont-ils pas compris que ce n'est pas parce que leurs alliés d'Extrême-Orient, comme le Japon ou la Corée du Sud, s'empressent de faire leurs quatre volontés dès que Washington ne fait ne serait-ce que l'ombre d'un froncement de sourcils, que la Chine fera de même. Il vaudrait mieux qu'ils le comprennent, pour leur propre bien, celui de la Chine, et partant celui du monde. Personne n'a rien à gagner de ces ridicules exhibitions de muscles, tout le monde au contraire a à gagner à faire des efforts. Le fait que Google ne quitte pas vraiment la Chine va peut-être dans ce sens, l'avenir nous le dira.

Mais il faut aussi respecter les traditions, les particularismes, les lois des autres. La Chine exige-t-elle que les Etats-Unis modifient leurs propres lois pour que cela lui profite ? Certainement pas, et il n'y a aucune raison pour cela. Et d'ailleurs les Américains ne l'accepteraient sûrement pas, et personne ne pourrait les en blâmer. Alors pourquoi exiger d'un pays qu'il modifie ses propres lois, parce que cela vous arrange ? Si cela, ce n'est pas de l'arrogance, alors dites-moi ce que c'est...

Comme je le disais au début, certains internautes français, si prompts à tomber à bras raccourcis sur la Chine, vont peut-être se réjouir que l'Oncle Sam résiste à la Chine. A moins qu'en fait ce ne soit peut-être l'inverse...

Dites-moi, internautes français... accepteriez-vous que les Etats-Unis enjoignent à la France de modifier ses lois parce que cela les arrange ? Non, à l'évidence. Les entreprises américaines, quand elles s'implantent en France, se doivent de respecter la loi française (même si ça ne leur plait souvent pas beaucoup, je m'en suis personnellement rendu compte...) et le font généralement. Comme tout pays quel qu'il soit se doit de le faire quand il s'implante à l'étranger. C'est une question de respect des autres et d'équité. Alors pourquoi Google ne le ferait-il pas en Chine ? Aucun pays indépendant, fier et qui tient à sa souveraineté ne peut accepter de mettre comme cela genou en terre devant un autre pays.

On entend souvent, ces temps derniers, dire que la Chine est arrogante et dure, qu'elle cherche à s'imposer partout. Non. Elle est indépendante et fière, elle s'en donne les moyens et elle n'y renoncera jamais. Nuance. Ce qui vient de se passer avec Google en est une illustration, et cela pourrait peut-être servir de leçon à d'autres...

Laruent Devaux

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Laurent, J"aime beaucoup vos articles dans lesquels je me retrouve et qui me semblent...
Je suis d'accord avec vous sur de nombreux points,mais il faudrait aussi mettre les pendul...
Pas une seule fois le mot censure ... trop fort 2 mao Laurent !
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le vice-président chinois appelle à la stabilité en Asie de l'Ouest et en Afrique du Nord
La Chine lance son 8e satellite pour son réseau de navigation international
La guerre en Libye est devenue une « patate chaude » pour l'Occident
Les chiffres des dépenses de sécurité publique de la Chine déformés par les médias étrangers
La Chine et l'Inde, moteurs de la croissance asiatique
Nicolas Sarkozy cherche à atténuer le rôle de la France dans la guerre contre la Libye
La Boîte de Pandore a été ouverte en Libye