100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
FrançaisMise à jour 18.08.2010 15h41
Quand la Corée du Nord vous accueille à Beijing...


Moi, j'aime bien manger, et toutes les cuisines du monde me conviennent et ravissent mes papilles gustatives, pour peu qu'elles soient bonnes, bien entendu. Et il faut dire qu'à Beijing, on est gâtés... on ne vante plus les diverses cuisines de Chine, bien sûr, mais on y trouve toutes les autres cuisines du monde, que j'ai pu déguster avec mes amis ici. Et entre autres les cuisines des pays voisins de la Chine, cela va sans dire. En ce domaine, il y a un fait unique à Beijing : la cuisine coréenne. Pourquoi unique ? Parce que la cuisine coréenne est exceptionnellement bonne ? Non, ce n'est pas ça... mais parce qu'elle est représentée à Beijing par des ressortissants de trois pays différents ! La Chine, car ce grand pays compte une minorité coréenne, qui vit dans le Nord-Est, essentiellement dans les provinces du Heilongjiang et du Jilin. Et des gargottes de cette minorité, il y en a à Beijing, qui servent une cuisine souvent assez sympathique et tenant bien au corps, même si elle n'est généralement pas d'un raffinement extrême. La Corée du Sud, ensuite, présente dans Beijing via de nombreux restaurants, souvent spécialisés dans trois monuments de la cuisine coréenne, les grillades, les cassolettes de riz et la soupe de nouilles froides (c'est un plat salé ; mais il y a toujours de la pastèque dedans... je n'ai pas encore compris pourquoi, à part que ça fait joli), qui font les délices des amateurs de bonne chère de Beijing, Chinois ou étrangers. Les connaisseurs me diront que les Coréens ne dédaignent pas la viande de chien, et ils ont raison, mais je n'en dirai pas plus, je ne veux pas avoir de problèmes avec les défenseurs des animaux... La Corée du Nord enfin, ou plus officiellement la République Populaire Démocratique de Corée, qui compte aussi quelques établissements à Beijing. Et là, mystère. Comme ce pays d'ailleurs, pour lequel cet adjectif vient souvent quand on l'évoque, en plus d'autres pas toujours très flatteurs. C'est vrai que Beijing et Pyongyang entretiennent depuis longtemps des relations assez étroites, même si elles ne sont pas toujours excellentes, mais est-ce une raison suffisante ? Alors pourquoi ces établissements ? J'avoue que j'ai un peu de mal à comprendre ; ils sont peu nombreux et ne doivent donc pas rapporter beaucoup à ce pays. Et la cuisine coréenne serait-elle aussi différente que cela, au Nord et au Sud d'une frontière très récente dans l'histoire du peuple coréen ? Probablement non. Peut-être une question d'image de marque, alors.


Mystère donc. C'est dire si je me suis empressé d'accepter l'invitation de mes amis chinois quand il y a quelques jours ils m'ont proposé de dîner dans un restaurant nord-coréen. On allait voir de quoi il retournait enfin...

A l'arrivée, petite surprise : rien de sinistre ; ni de fermé, mais un lieu clair, animé, vivant, à des années lumière de ce qu'on imagine de ce pays. Une petite déception, cependant : aucune des demoiselles présentes ne portait cette sublime robe-cloche traditionnelle, que l'on voit presque toujours dans la majorité des restaurants (sud) coréens, quand bien même la charmante personne qui la porte n'est en général pas plus coréenne que moi. En revanche, dans ce restaurant où nous étions, tenue impeccable, politesse extrême à l'accueil.


Nous étions assez nombreux, donc nous avons choisi un salon particulier, et là, il faut bien dire que le plus intéressant n'était pas dans les assiettes, quoique la cuisine était bonne tout de même, mais plutôt dans l'ambiance et le service. Je m'explique : à la différence des autres restaurants coréens, où le personnel est Chinois (c'est quand même plus pratique...), ici, toutes les serveuses venaient directement de la RPDC. Je vous rassure, elles parlaient toutes un chinois très correct, bien qu'étant assez réservées. Je dois dire qu'elles m'ont fait forte impression, ces demoiselles... non par leur beauté, quoiqu'elles étaient plutôt mignonnes, ni par leur tenue, d'un aspect délicieusement suranné, mais en tout point impeccables, et portant un badge aux couleurs du drapeau de leur pays. Non, ce n'est pas ça. Le point le plus remarquable est qu'elles étaient d'une attention de tous les instants, d'une amabilité, d'une efficacité dignes d'éloges. Et par dessus tout, d'une grâce, d'un maintien, d'une élégance naturelle, qui m'ont fait dire, avec mes amis chinois, que ces demoiselles étaient sans doute tout sauf des filles du commun, mais qu'elles avaient été triées sur le volet. A l'évidence, une excellente publicité pour leur pays, qui m'a fait souvenir ce que j'avais entendu dire de la part de certains voyageurs chinois qui étaient déjà allés dans ce pays et en vantaient les qualités de politesse, d'ordre et de netteté de ses habitants. Cette charmante escouade en était une illustration parfaite. Et de plus, ô surprise, ces demoiselles avaient aussi des talents de chanteuses, de danseuses et de joueuses d'accordéon (si !). Car il faut dire que le salon où nous étions disposait d'un écran vidéo, où passaient en boucle des clips vidéo de karaoke nord-coréen... cela a fait, pendant un petit moment, le délice de certains de mes amis, qui connaissaient, sans doute du fait de leur âge, certaines chansons nord-coréennes (en chinois, tout de même, n'exagérons rien...). La version d'origine, ce sont ces serveuses –décidément peu ordinaires- qui s'en sont occupées. Et bien. Car en plus d'être d'excellentes serveuses, elles chantaient vraiement très très bien. Quant à moi, ne connaissant, comme mes amis, ni le coréen, et ne savant pas chanter, je me suis contenté de regarder et d'écouter ces demoiselles, et de regarder aussi ces clips, décrivant tous une RPDC idyllique où, si l'on prenait ces vidéos pour argent comptant, on aurait tous envie d'aller vivre. Dans le salon, personne ne semblait y croire d'ailleurs. Il semble que la réalité soit un peu différente, mais cela est une autre histoire...


Au bout du compte, j'ai passé (nous avons) passé une excellente soirée, sans pour autant avoir compris le but poursuivi par la Corée du Nord en ouvrant ce genre d'établissements à Beijing. Si c'est pour essayer de donner une meilleure image du pays, de ses habitants surtout, c'est réussi. Pour le reste, je vous laisse juge...

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine a publié une interprétation juridique relative à des différends liés aux investissements étrangers
Chine: aucun lien entre lait en poudre et puberté précoce
Les travailleurs chinois à l'étranger rencontrent trois difficultés dans la défense de leurs droits et intérêts légitimes
L'appartenance de la Chine au pays en voie de développement ne doit pas être ignorée ni démenti
Le pays qui pense « promouvoir ses relations publiques » est obligé de s'infliger de durs exercices pour améliorer ses qualités naturelles
L'équilibre entre le travail et la vie constitue le moteur des forces productives
Les images d'une évacuation musclée de squatteurs suscitent une polémique qui montre l'échec de la nouvelle politique française d'immigration