Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
FrançaisMise à jour 12.11.2010 11h01
Vacances « à la chinoise » : joie ou cauchemar ?

Ca y est... je ne sais pas ce qu'il en est chez vous, mais ici à Beijing, on sent bien que le vent a tourné, au sens propre du terme : cette année, l'automne est inhabituellement et précocement froid et triste, annonciateur, peut-être, d'un hiver plus méchant encore que l'année dernière. Nous sommes déjà à mi-chemin entre le 1er octobre et le 1er janvier, et cela m'a amené quelques réflexions, dans cette période d'« entre-deux », sur ces vacances « à la chinoise », que, personnellement, je redoute peut-être plus que je ne les attends.

Tout le monde ici semble pourtant songer, avec nostalgie (enfin ça se discute...) aux vacances passées du 1er octobre, et tout le monde semble attendre avec impatience (on verra bien...) celles de la fin d'année, même si elles sont plus courtes. Tout le monde ? Pas si sûr... Oh, je vous vois venir, et dire « qu'est-ce qu'il raconte, celui-là ? A-t-on jamais vu quelqu'un dire ‘ouf ‘ quand les vacances sont finies ? ». Si vous êtes Français ou si vous habitez en Europe ou ailleurs, si vous n'avez jamais connu le bonheur –très relatif- de venir en Chine aux alentours du 1er octobre (ou du 1er mai, ou de la Fête du Printemps, c'est pareil... choisissez la date), vous aurez sans doute du mal à comprendre mon point de vue. Mais si vous êtes Chinois ou étranger vivant en Chine, plus d'un d'entre vous le partagera sans doute.

Entendons-nous bien : jamais vous ne me ferez dire que les Chinois n'ont pas droit aux vacances et qu'il vaudrait mieux que ce soit comme il y a vingt ou trente ans. Les Chinois ont autant droit aux vacances que n'importe qui, et ils y ont pris goût d'ailleurs. Le gouvernement aussi l'a bien compris, puisque ces vacances sont chaque année un peu plus nombreuses, et que d'une part ça fait plaisir, et que d'autre part c'est bon pour la consommation. On n'appelle pas les longues vacances du 1er octobre, de la Fête du Printemps et du 1er mai « Semaine Dorée » pour rien...

Seulement voilà, il y a un problème, et de taille : il y a beaucoup de monde en Chine. Vraiment beaucoup. Et quand plusieurs centaines de millions de personnes sont en vacances en même temps, je vous laisse imaginer le résultat...

Billets de train introuvables, sauf à aller vers des endroits sans aucun intérêt (mais pourquoi y aller alors ?), et encore, billets d'avion, hôtels, restaurants et autres dont les prix font la culbute, sites touristiques engorgés, routes encore plus bouchées... sans compter les malheureux qui ne peuvent pas partir en vacances parce qu'il faut bien servir cette masse de touristes, et qui passent une semaine cauchemardesque, les entreprises qui tournent au ralenti, voire ferment pendant une semaine. Non seulement irrationnel, mais aussi économiquement contre-productif. J'arrête la liste ici, parce qu'elle pourrait être longue...

Soit dit en passant, j'ai été assez étonné, après les vacances du 1er octobre, de voir les médias chinois ravis d'annoncer que tel ou tel endroit avait reçu par exemple 18% de visiteurs en plus, images à l'appui parfois. J'ai, entre autres, entendu dire que les extraordinaires Tulou Hakka du Fujian avaient accueilli près de 10 000 personnes par jour ! Les touristes faisaient la queue pour entrer, et je vous laisse imaginer ce que cela pouvait être à l'intérieur... ceux qui comme moi ont eu la chance de les visiter hors saison (et quand ce n'était pas encore la mode, à l'époque où il fallait plus d'une demi-journée de trajet depuis Xiamen...) ont dû en frémir. Je pourrais multiplier les exemples à l'envi, notamment dans dans « notre » bonne vieille ville de Beijing. C'était proprement insensé. Et vraiment énervant, même pour moi, dont on dit pourtant que je sais garder mon calme.

Dites-moi, où est le plaisir quand vous devez faire la queue pour entrer sur un site et ensuite jouer des coudes avec la foule pour tenter d'apercevoir ce qu'il y a à voir ? Moi, je ne vois pas... caprice d'occidental gâté, j'en entends déjà certains. Sauf que beaucoup de Chinois partagent mon avis, et de plus en plus. Nombre de mes amis chinois, qui avaient le temps et les moyens financiers de partir ne l'ont pas fait. Soit parce qu'il était impossible de trouver des billets, soit parce qu'ils n'avaient absolument pas envie de se coltiner des foules immenses pour profiter de ces quelques jours de repos bien mérités. Voire pour les deux raisons en même temps... car le fait est que si ce système pouvait fonctionner il y a encore quelques années, quand rares étaient les Chinois ayant les moyens de voyager, à présent que le niveau de vie augmente, et c'est une excellente chose, que les Chinois veulent voyager et consommer, ce qui l'est tout autant, il est tout aussi évident que ce système, à présent, ne fonctionne plus, et qu'il génère de plus en plus de frustration et de mécontentement.

Il y a, je le crois sincèrement, urgence à réfléchir à ce problème, car c'en est devenu un. Quand les vacances deviennent un problème, et même un cauchemar pour certains, cela mérite qu'on s'y penche un peu. La solution est toute trouvée, elle ne coûtera rien, et elle favorisera tout autant, voire plus, la consommation, quand bien même elle sera plus étalée : laisser les Chinois libres d'étaler comme bon leur semble tous leurs jours de vacances, à l'exception d'un jour de congé obligatoire pour chaque jour de fête et en les laissant gérer à leur gré les jours auparavant obligatoirement pris à une période donnée. Comme en France et dans la plupart des pays d'Europe... vous verrez, tout le monde sera gagnant et plus content ! On parie ?

Laurent Devaux

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Bonjour,Je vie entre la France et la Chine depuis 16 ans maintenant. Je travaille en dével...
BONJOUR MR DEVAUXJ"ai bien pris connaissance de votre problème de vacances, la soluti...
Bien dit !
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Les principales nouvelles du 8 août
Le "roi des anneaux" termine sa carrière sur un goût amer
Après le départ de Koffi Annan, qui va pouvoir refermer la Boîte de Pandore en Syrie ?
Pourquoi je déteste les Jeux Olympiques...