Recevoir les       newsletters       gratuites
Accueil Notre Site Edition de Week-end Archives Chinois Anglais Japonais Espagnol Russe Arabe
CHINE
ECONOMIE
INTERNATIONAL
SCI-EDU
CULTURE
SPORTS
VIE SOCIALE
TOURISME
HORIZON
PHOTOS
DOCUMENTS
Dossiers
-Culture chinoise     <nouveau>
-Patrimoine

-La Chine en chiffres
-Guide de Beijing

-Tibet

-Régions

-Institutions

-Opéra de Pékin

-Les fêtes chinoises

-Ethnies

-Aperçu

VOIX DE LECTEURS
LIENS

Agence de presse Xinhua (Chine nouvelle)


Radio Chine Internationale


Centre d'Information


Beijing Information


Ambassade de France en Chine

Français>>Chine
Mise à jour 23.04.2008 15h29
Ambassadeur français: le maire de Paris ne représente pas le gouvernement français

"Le maire de Paris a pris sa décision, mais il ne représente pas le gouvernement français", a déclaré mardi Hervé Ladsous, ambassadeur de France en Chine.

L'ambassadeur a fait ces remarques lors d'un point de presse en réponse à une question posée sur le fait que le maire de Paris Bertrand Delanoë ait octroyé le titre de citoyen d'honneur de la ville de Paris au dalai lama.

Bien que le gouvernement français et le gouvernement municipal de Paris soient tous nommés par voie d'élection, leur élection se fait à travers deux systèmes séparés, a expliqué M. Ladsous. Les élections du gouvernement français et du gouvernement municipal sont tenues à deux moments différents et de façon différente, et selon la loi française, le maire de Paris n'est pas sous contrôle du président français, a affirmé l'ambassadeur.

Selon lui, il est vrai que le dalaï lama est considéré comme chef spirituel du Tibet en Europe, y compris en France, et que ce dernier a une certaine portée et influence politique. Néanmoins, il est clair qu'il n'a rien à voir avec le gouvernement français.

A l'égard du problème du Tibet, l'ambassadeur a réaffirmé que la France reconnaissait que le Tibet était une partie de la Chine. "Le président français Nicolas Sarkozy a dit après les émeutes du Tibet à Lhasa que la France espérait que cette affaire allait se régler dans l'harmonie, par le dialogue, et que nous étions prêts à contribuer à cette harmonie. Personne d'autre n'a dit cela, personne d'autre n'a fait ce geste, dans aucun autre pays occidental", a souligné l'ambassadeur.

"De nombreux dirigeants occidentaux ont dit tout de suite qu'ils ne viendraient pas. Le président Sarkozy agit différemment, il dit qu'il y a une série d'options, qu'elles sont toutes ouvertes. Cela veut dire qu'il ne ferme pas la porte à sa participation. Il se réserve de voir comment les choses vont évoluer pour prendre sa décision. Mais à la différence de nombre de ses homologues, il n'a pas refusé d'aller à Pékin. Il garde cette possibilité ouverte", a ajouté l'ambassadeur.

--Page spéciale: Les émeutes à Lhassa

Source: xinhua



Adresse email du destinataire


 La Chine qualifie la rencontre entre le dalaï-lama et Dobriansky et les remarques de cette dernière d'injustifiées et d'irresponsables

 La Chine s'oppose au prix parisien de citoyenneté honoraire conféré au dalaï lama

 Le Dalai Lama est un exilé politique qui se consacre depuis longtemps à la division de la patrie

 Les attaques contre des ambassades de Chine à l'étranger démontrent la nature sécessionniste de la coterie du Dalai Lama
Copyright © 2000-2005 Tous droits réservés.