100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 24.12.2009 16h59
Décès du grand patriote tibétain Ngapoi Ngawang Jigme
Photo-document : Ngapoi Ngawang Jigme est élu premier président de la Commission populaire de la région autonome du Tibet.

Le grand patriote Ngapoi Ngawang Jigme, d'ethnie tibétaine, législateur chinois et conseiller politique de haut rang, est décédé le 23 décembre à 16 h 50 des suites d'une maladie, à l'âge de 99 ans.

C'est dans la déclaration publiée par le Bureau général du Comité central du Parti communiste chinois (PCC) qu' il a été décrit comme « un grand patriote, un activiste social renommé, un bon fils de la population tibétaine, un dirigeant exceptionnel du travail ethnique de la Chine et un ami proche du PCC. »

Né en février 1910 à Lhassa du Tibet, Ngapoi a occupé les postes de vice-président du Comité permanent de l'Assemblée populaire nationale (APN), de 1964 à 1993, et de vice-président du Comité national de la Conférence consultative politique du peuple chinois (CCPPC), pendant de nombreuses années.

Il a également été président de l'Association de Chine pour la préservation et le développement de la culture tibétaine, fondée en 2004. Il a été l'un des fondateurs de la région autonome du Tibet et le premier président du gouvernement régional. Il a grandement contribué à l'unification de l'État, à l'unité ethnique et au développement du Tibet.

Il a suivi les idées de chercheurs renommés comme Sherab Gyatso qui s'opposait fermement à l'indépendance du Tibet.

En 1949, Ngapoi a pressé le dalaï-lama et le gouvernement tibétain local d'accepter l'invitation du gouvernement central et d'envoyer une délégation à Beijing pour négocier la libération pacifique du Tibet.

Quand il a été désigné gouverneur de Qamdo, Ngapoi a démis plus de 8 000 miliciens qui avaient été déployés pour combattre l'Armée populaire de Libération, pavant ainsi la voie à la libération pacifique de Qamdo.

En 1951, le dalaï-lama a envoyé Ngapoi et quatre autres délégués à Beijing en vue de négocier. À Chongqing, Ngapoi a rencontré le futur dirigeant chinois Deng Xiaoping pour la première fois. Dans un article, il a un jour évoqué que Deng avait dissipé ses doutes sur l'avenir du Tibet et qu'il considérait Deng comme son premier guide dans la cause révolutionnaire.

En 1951, le gouvernement central et les autorités tibétaines locales ont signé l'Accord en 17 points, annonçant la libération pacifique de la région.

Pendant les rébellions des années 1950 qui avaient été instiguées par quelques nobles et personnages religieux tibétains du haut rang, Ngapoi a résisté fermement à la vague et a protégé personnellement un grand nombre de personnes qui tenaient tête aux rebelles.

Ngapoi a marqué d'importantes étapes au Tibet, notamment les réformes démocratiques et la fondation du gouvernement de la région autonome.

[1] [2] [3] [4]

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Publication de la « Notice biographique chronologique sur Deng Xiaoping (1904-1974)
Début des négociations entre les deux rives du détroit de Taiwan à Taichung
« C'est maintenant ou jamais » : le marché immobilier en pleine effervescence
Volte-face difficile de la Chine au Sommet de Copenhague
La bulle immobilière est-elle prête à éclater en Chine ?
Relations sino-françaises 2009 : après la pluie, le beau temps
Pourquoi la Chine ne peut-elle pas produire des best-sellers connus dans le monde ?