100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 24.02.2010 10h59
La Chine insiste pour une solution diplomatique au problème du nucléaire iranien

Mardi, la Chine a une fois encore répété que le problème du nucléaire iranien devait être résolu via des efforts diplomatiques supplémentaires, dans un contexte de pressions internationales pour déclencher une quatrième vague de sanctions contre l'Iran.

Le porte-parole du Ministère chinois des Affaires Etrangères Qin Gang a pris la parole à Beijing lors de la première conférence de presse tenue après la Fête du Printemps et a déclaré que la Chine avait pris bonne note d'un rapport de l'Agence Internationale de l'Energie Atomique (AIEA) sur ce sujet et espérait que « la partie iranienne continuerait à coopérer avec l'AIEA sur les problèmes en question » .

Dans son rapport, l'AIEA s'est déclarée préoccupée d'une possible activité de l'Iran visant à développer une charge nucléaire destinée à être transportée par missile et a confirmé que le premier lot d'uranium enrichi à 20% de l'Iran avait été produit, ajoutant que le pays n'en avait pas informé préalablement les inspecteurs de l'organisation, comme il aurait dû le faire.

« La Chine souhaite fermement que toutes les parties continuent à accentuer les efforts diplomatiques dans le but de maintenir et de favoriser le processus de dialogue et de négociation », a dit M. Qin. « La Chine espère que toutes les parties feront preuve de plus de flexibilité et créeront les conditions nécessaires à une solution globale et adaptée au problème du nucléaire iranien par la voie diplomatique ».

Les puissances occidentales suspectent l'Iran de tenter de construire des armes nucléaires. Mais Téhéran répond que son programme nucléaire n'a pour seul but que de générer une énergie nucléaire à des fins civiles.

Le Teheran Times a rapporté lundi que le directeur de l'Organisation de l'Energie Atomique Iranienne, Ali-Akbar Salehi, avait déclaré que l'Iran envisageait de commencer la construction de deux nouvelles installations d'enrichissement d'uranium lors de la prochaine année du calendrier traditionnel iranien, qui commence le 21 mars.

M. Qin a également précisé que le Vice-Premier ministre et Ministre des affaires stratégiques israélien Moshe Ya'alon serait en Chine demain pour une visite de trois jours et rencontrerait le Conseiller d'Etat Dai Bingguo pour des discussions sur les liens bilatéraux, mais aussi sur des problèmes régionaux et internationaux.

A la question d'un correspondant étranger, à savoir si cette visite faisait ou non partie de la campagne diplomatique menée par Israël pour imposer des sanctions contre l'Iran, M. Qin a répondu que la Chine espérait que le Moyen-Orient trouverait et maintiendrait la paix et la stabilité.

« La Chine maintient fermement sa position relative à la non-prolifération nucléaire, et souhaite que toutes les parties au Moyen-Orient agissent de manière concrète et fassent les efforts nécessaires pour rétablir une confiance mutuelle et la paix dans la région », a-t-il ajouté.

Le Jerusalem Post du 4 février dernier rapportait quant à lui les paroles de Moshe Ya'alon selon lesquelles « Il faut faire comprendre au régime iranien qu'il doit choisir entre sa survie et la bombe ».

En plus du Vice-premier ministre, la délégation de haut niveau qui va se rendre en Chine comprend aussi Stanley Fischer, gouverneur de la Banque d'Israël, qui a travaillé auparavant à la Banque Mondiale et au Fonds Monétaire International.

Le quotidien israélien Ha'aretz a de son côté annoncé que les discussions se concentreraient sur le programme nucléaire iranien et les sanctions, tout aussi bien que sur des problèmes politiques, économiques et de sécurité.

Israël a jusqu'à maintenant attaché beaucoup d'importance au dialogue avec les quatre autres membres permanents du Conseil de Sécurité des Nations Unies.

Lors de sa conférence de presse hebdomadaire de mardi, le porte-parole du Ministère iranien des Affaires Etrangères Ramin Mehmanparast a déclaré que l'Iran « est disposé à coopérer avec l'AIEA au sujet de la fourniture de combustible destiné au réacteur de recherche iranien », mais a ajouté que « Afin de réaliser une interaction constructive, nous nous sommes déclarés prêts pour un échange de combustible nucléaire, à condition que cela soit fait à l'intérieur du pays (en Iran) ».

Mais les Etats-Unis et leurs alliés veulent eux que cet échange soit réalisé en dehors du territoire iranien.

Dans le même temps, le Ministre de la Défense israélien Ehoud Barak était en voyage aux Etats-Unis mardi pour rencontrer plusieurs hauts responsables américains dont le Secrétaire à la Défense Robert Gates, la Secrétaire d'Etat Hillary Clinton ainsi que le Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-Moon, lors d'une visite qui durera cinq jours.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : examen du « Rapport d'activités du gouvernement »
La Chine appelle les Etats-Unis à sauvegarder les relations bilatérales après la rencontre Obama-dalaï lama
Fin d'un déficit qui a duré une dizaine d'années
2010: une année de danse avec le tigre
Tibet : Mieux vaut constater les faits que parler
Quelle définition doit-on donner au terme « touriste chinois » ?
« La Chine en Afrique : les difficultés du système mondial »