100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 12.04.2010 08h16
Chine : la sécurité sociale disposera de 300 milliards de dollars en 2015

Le Fonds de sécurité sociale (FSS) de la Chine passera de 130 milliards de dollars actuellement à 300 milliards de dollars d'ici à 2015, a déclaré dimanche, Dai Xianglong, président du Conseil national du FSS.

Le FSS est prêt à investir dans des entreprises non cotées et des fonds d'investissement privés, a indiqué Dai Xianglong lors de la conférence annuelle du Forum de Boao pour l'Asie (FBA) dans la province insulaire de Hainan (extrême-sud).

Le FSS a investi plus de 6 milliards de yuans (1,02 milliards de dollars) dans cinq fonds de placement privés chinois, a-t-il indiqué, en ajoutant que le taux d'investissement maximum dans ces fonds était de 10%.

Par ailleurs, le président du Conseil national du FSS, qui fut gouverneur de la banque centrale, a estimé que la Chine devait non seulement attirer les investissements étrangers mais élargir les voies pour les investissements chinois à l'étranger, car les réserves en devises étrangères du pays sont maintenant de 2 400 milliards de dollars.

Néanmoins, la banque centrale ne devrait pas acheter un grand montant en devises étrangères pour en réinvestir l'équivalent dans le système financier car cela conduirait à une bulle financière.

"Ce ne serait pas une bonne décision. Ce dont nous avons besoin c'est d'augmenter nos investissements à l'étranger", a-t-il indiqué.

Le FSS travaillera également pour promouvoir la coopération entre les économies émergentes, a-t-il fait savoir.

Selon lui, les économies émergentes contribueront davantage à la croissance économique mondiale pendant les 10 ou 20 prochaines années, mais parallèlement elles feront face à des incertitudes résultant de l'inflation, de la tranformation du mode de croissance économique et de la volatilité des flux de capitaux.

Les économies émergentes vont subir des pressions inflationnistes résultant de l'augmentation explosive des crédits constatée en 2009 pour soutenir une activité économique confrontée aux conséquences de la crise financière.

La croissance stimulée par les exportations dans les pays tels que la Chine a non seulement coûté beaucoup d'argent mais elle a provoqué de nombreux conflits commerciaux. A l'avenir, la croissance devra dépendre davantage de la consommation, a-t-il ajouté.

Il a également exprimé son inquiétude des répercussions sur les économies émergentes de la volatilité du marché international des capitaux et souligné qu'à son avis l'afflux de capitaux spéculatifs avait contribué à la création de bulles d'actifs en Chine.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Prochaine discussion à New York entre six puissances mondiales sur le problème nucléaire iranien
Kirghizstan: l'opposition affirme avoir pris le pouvoir et formé un nouveau gouvernement
L'Occident a besoin de mieux connaître l'Asie
Les trois grandes sources de risque pour la Chine
Trois questions au sujet de l'immobilier en Chine : la réforme immobilière doit-elle être réajustée massivement ?
Le report par les Etats-Unis du rapport sur les taux de change : un chantage ou bien une concession ?
L'Europe fait face à de multiples difficultés pour sortir de la crise