100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 25.05.2010 09h14
La Chine envisage l'établissement d'une loi sur l'immigration

Des fonctionnaires du gouvernement chinois et des universitaires ont commencé à préparer le premier projet de loi sur l'immigration du pays afin de pouvoir mieux gérer le nombre croissant d'immigrés.

Les experts en immigration avaient déjà conseillé le gouvernement de retenir l'expérience des pays étrangers dans la gestion de l'immigration, a déclaré à Xinhua Zhang Jijiao, chercheur à l'Institut d'Ethnologie et d'Anthropologie, qui dépend de l'Académie Chinoise des Sciences Sociales (ACSS).

Une réunion de coordination s'était également tenue l'année dernière, avec des participants provenant du Ministère de la Sécurité Publique, la Société de Droit de Beijing, de l'Université Populaire de la sécurité Publique de Chine et de l'ACSS, a précisé M. Zhang.

Mais les discussions n'avaient jusqu'à ce jour abouti à aucune préparation concrète, a déclaré vendredi M. Zhang lors d'un forum global sur l'immigration..

A la différence des pays occidentaux, qui disposent de lois spéciales pour réguler la gestion des immigrés transnationaux, seuls quelques règlements sont apparus sporadiquement dans l'arsenal législatif chinois au sujet de l'administration des entrées et sorties ou l'utilisation et l'invitation des investissements étrangers.

« Cela reflète à quel point la gestion de l'immigration transnationale en Chine s'est longtemps concentrée sur la légitimité des entrées et des sorties, en dehors des considérations économiques », a dit M. Zhang.

« Sur le long terme, cependant, tout cela est bien loin d'être suffisant, les immigrés vivant en Chine ayant aussi d'autres demandes qu'il faut traiter, particulièrement celles relatives à leurs culture et leurs coutumes, le travail et l'éducation ».

L'expérience qui mérite avant toute chose d'être notée en Occident est la classification des immigrés transnationaux en différentes catégories, comme travailleurs qualifiés ou non qualifiés, immigré qualifié ou immigré investisseur, et ensuite d'adopter des règles de gestion pour chaque catégorie.

« A l'aune de l'histoire des pays occidentaux développés, les flux migratoires reflètent souvent l'attrait d'un pays. Mais afin d'avoir un attrait et une compétitivité plus forts sur le plan mondial, une Nation se doit de traiter correctement les problèmes économiques et sociaux liés à l'immigration ».

A l'ère de la mondialisation, la Chine a besoin d'attirer toute une variété de talents, d'investisseurs, de travailleurs qualifiés, et aussi en particulier de « mouettes », un terme chinois utilisé pour désigner les commerçants étrangers qui travaillent avec des multinationales et sont amenés à voyager dans le monde entier, afin de contribuer à son développement. Une politique migratoire digne de ce nom renforcerait à coup sûr l'attrait de la Chine, dit M. Zhang.

D'après le Bureau de l'Administration des Sorties et Entrées du Ministère de la Sécurité Publique, sur les 26,11 millions d'étrangers qui sont entrés en Chine en 2007, ce sont quelque 2,85 millions, soit plus de 10%, qui l'ont fait pour travailler.

Cette année, sur les 538 892 étrangers qui ont vécu en Chine plus de six mois, plus de la moitié étaient employés dans des co-entreprises ou des sociétés à capitaux entièrement étrangers, ou leurs familles.

Bien que les chiffres globaux doivent être actualisés, les statistiques locales montrent que la tendance est à davantage d'étrangers restant en Chine pour de plus longues périodes.

Le gouvernement de Shanghai a ainsi annoncé en décembre dernier que les étrangers vivant dans cette métropole de l'Est du pays pour plus de six mois étaient 152 100 en 2008, soit une augmentation de 14,1% d'une année sur l'autre.

A Beijing, le nombre était de 110 000 en 2008 alors que dans le Guangdong, dans le Sud, fer de lance de la réforme économique chinoise, le chiffre était de 57 793 lors du premier semestre de l'année dernière. Guangzhou compte même une communauté africaine émergente.

Pour la première fois, les résidents étrangers prendront part au recensement national qui débutera le 1er novembre prochain, donnant ainsi aux experts et aux décideurs politiques un socle statistique plus solide pour une réforme de la gestion de l'immigration.

Huang Xing, directeur adjoint de l'Institut d'Ethnologie et d'Anthropologie de l'ACSS, a déclaré jeudi lors de la Conférence internationale sur la « Migration en Chine et en Asie : expérience et politiques » que la Chine, avec des frontières avec de si nombeux pays, connaitrait une mobilité croissante de population active.

« La Chine doit s'adapter davantage aux changements dus au passage d'un statut de pays d'émigration à un statut de pays d'immigration, et saisir l'occasion pour optimiser son cadre légal de l'immigration », a-t-il déclaré.

Le pays s'étant ouvert au monde extérieur et adopté des réformes économiques à la fin des années 1970, les expatriés étrangers ont petit à petit pu jouir de davantage de liberté.

A Beijing, par exemple, jusqu'au milieu des années 1980, les étrangers étaient essentiellement concentrés dans un rayon de 20 km autour de la Place Tian'anmen.

Après l'ouverture complète au tourisme en 1995, Beijing a levé les restrictions sur le logement des étrangers en 2003, leur permettant de choisir librement leur logement et même de loger dans des foyers chinois. Depuis l'entrée en vigueur des Mesures pour l'administration de l'examen et de l'approbation de la résidence permanente des étrangers en Chine en 2004, le gouvernement central a octroyé la possibilité d'obtenir la résidence permanente aux étrangers dans une douzaine de provinces et municipalités, y compris le Qinghai, province éloignée du Nord-Ouest. A Beijing, 311 étrangers avaient obtenu le permis de résidence permanente à la date d'octobre 2009.

Du fait d'évènements de retentissement mondial comme les Jeux Olympiques de Beijing en 2008, de l'Exposition Universelle de Shanghai de cette année et d'une économie en plein développement, de plus en plus d'étrangers veulent tenter leur chance en Chine.

Lors de l'International Metropolis Conference, d'une durée de deux jours, la première de son genre en Chine et en Asie, plus de 90 experts venant de 24 pays et régions se sont rassemblés pour discuter d'immigration et de politiques mondiales concernant les sociétés multi-ethniques, l'identité et la cohésion sociale, les travailleurs qualifiés ou non qualifiés, les marchés du travail et le commerce ethnique, le mariage et l'identité sexuelle, l'éducation et les jeunes migrants.

Le Professeur David W. Haines, de l'Université George Mason, a décrit la Chine comme un contributeur « essentiel » à une compréhension globale de l'immigration, pas seulement à cause des flux concurrents de et vers la Chine, mais aussi du fait de son immigration intérieure, qui est limitée par le système d'enregistrement de résidence.

Les décideurs politiques chinois ayant lié l'enregistrement de la résidence à l'octroi de prestations sociales, comme les soins médicaux et l'éducation, l'immigration interne en Chine est considérée comme plus complexe et difficile que dans les pays occidentaux.

Le professeur Haines a pointé les ressemblances entre l'immigration interne en Chine et l'immigration transnationale en Amérique du Nord et en Europe, et le modérateur du panel de discussion Zhang Jijiao a dit qu'il espérait que les chercheurs chinois puiseraient dans les points communs et identifieraient les expériences utiles pour optimiser les politiques chinoises concernant l'immigration intérieure, dominée par les travailleurs migrants venant des zones rurales.

« La philosophie de la gestion de l'immigration mondiale, à ce que j'en ai compris, a évolué de l'assimilation des années 1960 au respect des différences et à la protection de la diversité. La Chine, une des dernières venues dans cette sphère, a à la fois beaucoup à faire et une belle opportunité à saisir », a dit M. Zhang.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : au moins 32 morts dans un accident de la route au Liaoning
Chine : plans stratégiques pour le développement du Xinjiang
Expo 2010 Shanghai : on ne doit pas rater l'occasion de visiter le Pavillon collectif de l'Afrique
Désillusion du cinéma chinois à Cannes
La classe moyenne a besoin de reformes pour son développement
Chine : première lourde condamnation à l'encontre d'un corrupteur
La réévaluation du Yuan pourrait être mise en veilleuse