100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 26.05.2010 14h46
Les médias du monde font face à une « crise de confiance »

Des groupes de médias du monde entier participant à un sommet dans la capitale chinoise ont appelé à offrir au public une information plus objective, plus fiable et plus exacte, craignant une « crise de confiance ».

Sur le thème « Créativité, Crédibilité, Droits et Responsabilités », le Sommet annuel des médias d'Asie, qui s'est ouvert mardi à Beijing, a pour sujets principaux la confiance du public, l'éthique dans les médias, l'accès universel aux contenus, la diffusion communautaire, les médias et l'immigration, et les droits d'auteur.

Cette manifestation d'une durée de deux jours a attiré des médias de télévision tels que la NHK japonaise, l'Australian Broadcasting Cooperation (ABC) et la Korean Broadcasting System.

Liu Yunshan, directeur du département de l'Information du Comité central du Parti communiste chinois, a déclaré lors de la cérémonie d'ouverture que le thème du sommet reflètait les pensées et les soucis du monde des médias et les attentes qu'a la communauté internationale envers les médias.

Les médias chinois ont toujours suivi un principe de fidélité aux faits, à la vie, et au peuple, en plus de promouvoir l'innovation dans les concepts de nouvelles et de communication, les contenus, les formats et les techniques, a-t-il dit.

M. Liu a déclaré qu'il espérait que les médias du monde, et en particulier ceux de la région Asie-Pacifique, renforceraient leur coopération dans les domaines de la communication de nouvelles, de technologies de l'information et d'opérations commerciales, et partageraient les ressources sur la base de l'« égalité, le bénéfice mutuel et le succès mutuel ».

« Les médias du monde font face à une crise de confiance. Et, sur ce plan, il n'y a guère de différences entre les pays développés et les pays en développement », a dit Maurice Newman, Président d'ABC, lors du sommet.

Les participants au sommet pensent que les stéréotypes, les parti-pris culturels, le manque d'objectivité et les inexactitudes sont quelques unes des critiques qui reviennent souvent contre les médias.

Le public, ont-ils également dit, se plaint aussi d'une commercialisation et d'un contrôle gouvernemental excessifs.

« Nous faisons face à une bataille contre les fausses nouvelles, les informations rémunérées, et la publicité pour des sociétés liées au diffuseur dans les nouvelles », a dit Hu Zhengrong, Vice-président de l'Université de la Communication de Chine. « Cela concerne aussi des émissions qui ne se sentent pas concernées par les affaires sociales et les intérêts publics », a-t-il ajouté.

La chute de la confiance du public est le résultat d'une « commercialisation des médias sans réglementation efficace » et d'« opérations médiatiques influencées par des groupes d'intérêt spéciaux », a-t-il précisé.

« Les possibilités d'accès à des sources d'information diverses et le niveau croissant de connaissance des médias par les citoyens sont aussi des facteurs importants », a-t-il dit.

Il a souligné que les Chinois font encore confiance à leurs médias à l'heure actuelle, et que les médias traditionnels sont considérés comme des sources d'information plus fiables qu'internet.

D'après ses recherches, l'échelle de crédibilité des médias en Chine est celle-ci : la télévision, les journaux, la radio, les magazines d'information et internet.

« Les statistiques du Japon sont différentes. La confiance envers les médias japonais traditionnels baisse », a dit Hidetoshi Fujisawa, commentateur en chef et présentateur à la NHK Japan Broadcasting Corporation.

« Les nouvelles en ligne mordent sur la part de marché des journaux et de la télévision », a-t-il dit, ajoutant que, depuis la fin de la Guerre Froide, les gens s'intéressent plus aux nouvelles locales.

Créé et patronné par l'Asia-Pacific Institute For Broadcasting Development (AIBD), basé à Kuala-Lumpur en Malaisie, en 2004, le Sommet des Médias d'Asie accueille cette année plus de 800 délégués, dont des décideurs, des professionnels des médias, des universitaires, des actionnaires de sociétés d'information ou de programmation, venant de la Région Asie-Pacifique, d'Afrique, d'Europe, du Moyen-Orient et d'Amérique du Nord.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine approuve le Plan Régional pour le Delta du Fleuve Yangtsé
Chine : au moins 32 morts dans un accident de la route au Liaoning
Chute brutale de l'euro : la Chine continuera-t-elle à racheter les dettes publiques européennes ?
Expo 2010 Shanghai : on ne doit pas rater l'occasion de visiter le Pavillon collectif de l'Afrique
Désillusion du cinéma chinois à Cannes
La classe moyenne a besoin de reformes pour son développement
Chine : première lourde condamnation à l'encontre d'un corrupteur