100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 12.10.2010 08h31
Le premier ministre chinois en couverture du magazine américain Time en octobre

Le premier ministre chinois Wen Jiabao a été choisi pour faire la couverture du magazine américain Time (édition d'Asie) du numéro qui sera publié le 18 octobre. Le magazine publiera pour l'occasion un article sur les pressions exercées par le Congrès américain sur le yuan chinois.

L'auteur de cet article est le présentateur de CNN Fareed Zakaria, à qui Wen Jiabao a accordé deux interviews spéciales. Dans son texte, il appelle les États-Unis à faire leur examen de conscience et ne pas attribuer leur dépression à la Chine. Il estime que la question du taux de change du yuan doit être vue objectivement.

Il s'agit de la première fois que Wen Jiabao sera sur la couverture du magazine Time.

L'Histoire prouve que l'on ne peut pas seulement s'appuyer sur la réévaluation d'une monnaie pour résoudre la crise des États-Unis

Selon l'article publié par Time, le 29 septembre, la Chambre des représentants américaine a adopté un projet de loi sur le yuan chinois, en considérant la sous-évaluation de la monnaie comme une subvention à l'exportation. Elle a ainsi autorisé les départements administratifs à lever des taxes de péréquation aux marchandises chinoises exportées vers les États-Unis.

Est-ce un moyen de lutter contre le taux de change très bas du yuan, comme beaucoup de monde le croit ? Pas du tout, selon l'article. En réalité, ce projet de loi n'a aucun sens, parce qu'il ne peut pas résoudre les problèmes que les États-Unis espèrent résoudre. Ce qui est plus préoccupant, c'est que cela traduit un esprit sinophobe dans le pays.

L'Histoire montre que la réévaluation d'une monnaie ne permet pas de résoudre la crise des États-Unis. En 1985, les États-Unis et le Japon ont conclu le « Plaza Accord », selon lequel le Japon a été obligé de réévaluer le yen. Cependant, les marchandises américaines n'étaient pas pour autant plus compétitives après une réévaluation de 50 % du yen.

Le défi du futur concerne les Chinois instruits

Selon Fareed Zakaria, le défi auquel les États-Unis seront confrontés dans le futur n'est pas le taux de change du yuan, mais les élites intellectuelles chinoises.

Il estime dans son article que la Chine s'est consacrée pendant les trente années passées à la construction d'infrastructures, pas à ses citoyens. L'envergure et la vitesse de la construction des usines, des routes, gares et aéroports en Chine sont sans précédent dans l'histoire humaine.

De manière plus importante, la Chine est désormais en train d'investir plus de ressources dans l'éducation, et les chaînes industrielles s'optimisent.

Depuis 1998, la Chine a cumulé dans le secteur de l'éducation des fonds trois fois plus importants que le PNB annuel moyen. Le nombre d'universités en Chine a doublé en dix ans. La Chine comptait cinq millions d'étudiants en 2007, contre un million en 1997. Neuf universités chinoises forment une Ivy League nationale.

Quelle est la signification de ces investissements dans l'éducation, pour la Chine et les États-Unis ? Robert Fogel, prix Nobel d'économie, professeur à l'Université de Chicago, estime que l'augmentation des ouvriers hautement qualifiés permettra de stimuler la croissance économique de la Chine et qu'en 2040, le PIB chinois atteindra 123 000 milliards de dollars, pour devenir la première entité économique du monde.

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Nouvelles règles de détermination des peines pour les infractions en matière de cyberattaques
Rencontre à Beijing entre les PM Wen Jiabao et David Cameron
Le sourire de Barack Obama à l'Inde est-il juste de pure forme ?
La Chine et la réalité : choses vues et entendues par un journaliste chinois en Europe
La Chine doit garder la tête froide au sujet de sa 3ème place au FMI
Le partenariat stratégique global sino-français entre dans une nouvelle phase (PAPIER GENERAL)
Les liens sino-européens ont besoin d'esprits ouverts