Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 03.11.2010 16h16
Les dirigeants de la Chine se sont soumis aux obligations du recensement

Le Président chinois Hu Jintao ainsi que huit autres hauts dirigeants ont accompli leur devoir de recensement mardi à Zhongnanhai, centre du pouvoir central situé à Beijing, ou ont donné mandat à leur famille pour fournir les renseignements demandés.

Ces hauts dirigeants, parmi qui on comptait aussi le Président de l'Assemblée populaire nationale (Législature Suprême), Wu Bangguo, le Premier Ministre Wen Jiabao, le Président de la Conférence consultative politique du peuple chinois, Jia Qinglin, le Vice-président Xi Jingping, le vice-Premier Ministre, Li Keqiang, le Secrétaire de la Commission centrale de Contrôle de la Discipline du PCC, He Guoqiang et le Secrétaire adjoint du Comité des Affaires politiques et législatives du Comité central du PCC, Zhou Yongkang, sont tous membres du Comité Permanent du Bureau Politique du Comité Central du Parti Communiste Chinois.

La Chine a lancé lundi son recensement, qui a lieu tous les dix ans, à l'échelle nationale. Plus de six millions d'agents du recensement rendront visite à plus de 400 millions de foyers entre le 1er et le 10 novembre.

Parmi les informations demandées pour remplir le questionnaire du recensement figurent le nom, l'âge, le sexe, le groupe ethnique, le niveau d'éducation, la zone de résidence et le nombre de pièces du logement de la personne interrogée.

Un rapport officiel basé sur les informations recueillies sera publié à la fin du mois d'avril prochain.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Huit touristes américains tués dans un accident de la route en Egypte
La Chine appelle au dialogue sur le dossier de la Péninsule coréenne
Comment vendre l'image d'un Dragon amical ?
Les mesures de règlement des embouteillages à Paris méritent d'être étudiées par Beijing
Interaction active entre la Chine et le monde
Ne pas céder l'Afrique à la Chine est une logique perverse
Pourquoi le « Made in China » est plus cher