Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 18.01.2011 08h07
La visite du président Hu Jintao permettra de définir de nouvelles orientations pour les relations sino-américaines (AVANT-PAPIER)

Lors de sa prochaine visite aux Etats-Unis qui débutera le 18 janvier, le président chinois Hu Jintao devrait élaborer, aux côtés des dirigeants américains, de nouvelles orientations pour le futur des relations sino-américaines.

L'année 2011, qui marque le début de la deuxième décennie du 21e siècle et le 40e anniversaire du rapprochement entre les deux pays, permettra de voir quel avenir se dessine pour les relations sino-américaines.

ORIENTATION DE LA COOPERATION STRATEGIQUE SINO-AMERICAINE

Jusqu'à présent, des débats sur le thème "la Chine, une rivale stratégique ou un partenaire de coopération?" retiennent encore l'attention à travers le monde. La visite du président Hu aux Etats-Unis offrira à n'en pas douter de nouveaux éléments de réponse à ce genre de questions.

On estime que la visite de M. Hu a notamment pour but de renforcer la confiance mutuelle stratégique, pierre angulaire des relations sino-américaines, car cette visite sera l'occasion d'orienter la coopération stratégique sino-américaine, promouvoir la communication et la compréhension et faire progresser les relations vers un développement global positif basé sur la coopération.

Toutefois, des commentaires négatifs émergent de temps en temps.

Avec l'influence croissante de la Chine sur la scène internationale ces dernières années, des théories gravitant autour de l'idée de "menace chinoise" sont apparues à maintes reprises dans les médias américains, et certains responsables politiques américains ont même plaidé en faveur de mesures pour contenir la Chine, malgré le fait que celle-ci s'attache au développement pacifique et offre de nouvelles opportunités aux autres pays plutôt que de présenter de quelconques menaces à leur encontre.

Alors que les deux pays diffèrent en matière de système politique, d'idéologie et d'objectifs stratégiques, la réalité montre que la confiance mutuelle est essentielle pour le développement commun. La promotion de la confiance mutuelle renforcera la dynamique des relations sino-américaines et contribuera à la stabilité de l'Asie et du monde entier.

La visite du président chinois contribuera à promouvoir le respect mutuel des intérêts fondamentaux de l'un et de l'autre.

Beijing n'a rien fait qui puisse nuire à la souveraineté américaine ou à ses intérêts fondamentaux, soulignant ainsi ses liens avec Washington. La Chine a réitéré à maintes reprises que les questions relatives à Taiwan, au Tibet et au Xinjiang touchent à la souveraineté et l'intégrité territoriale de la Chine et constituent une préoccupation majeure pour les 1,3 milliard de Chinois.

La visite de M. Hu contribuera au renforcement d'un partenariat global coopératif entre la Chine et les Etats-Unis, ce qui est le meilleur choix pour les deux pays.

Actuellement, la Chine et les Etats-Unis coopèrent de manière étendue. Les deux pays ont signé plus de 30 accords de coopération intergouvernementaux et ont établi plus de 60 mécanismes de dialogue.

Lors d'une interview récemment accordée à l'agence de presse Xinhua, l'ancien secrétaire d'Etat américain Henry Kissinger a proposé d'établir des "institutions de consultation permanentes" entre les deux pays.

"Si nous avons un contact permanent, même en cas de difficulté, celle-ci s'intégrera dans un dialogue continu. J'espère que ce sera l'un des résultats de cette visite", a indiqué M. Kissinger.

La visite du président chinois sera l'occasion de réaffirmer la responsabilité des deux pays en ce qui concerne la sauvegarde de la paix et la stabilité du monde.

Il est essentiel de continuer à renforcer la coordination et la coopération, en cherchant à relever conjointement les défis et en s'efforçant de promouvoir la paix, la sécurité et la prospérité.

Fu Mengzi, un chercheur de l'Institut des relations internationales contemporaines basé à Beijing, a indiqué que la coopération sino-américaine bénéficierait non seulement aux deux pays, mais également à la région Asie-Pacifique et à l'ensemble du monde.

Ceci s'explique par l'interdépendance croissante des pays et régions à l'heure de la mondialisation, a-t-il expliqué.

La visite de M. Hu servira à créer un lien entre le passé et l'avenir.

Durant la visite aux Etats-Unis du président Hu Jintao en 2006, la Chine et les Etats-Unis ont réaffirmé qu'ils partageaient de nombreux intérêts stratégiques communs d'importance.

Lors d'une réunion tenue en avril 2009 à Londres, le président Hu Jintao et son homologue américain Barack Obama ont convenu de mener des efforts conjoints pour établir une relation bilatérale positive, coopérative et globale au 21e siècle.

Sans aucun doute, la visite du président Hu aux Etats-Unis permettra d'envisager les relations sino-américaines sous un nouvel angle.

ORIENTATION DE LA COOPERATION PRAGMATIQUE SINO-AMERICAINE

Si l'on assimilait la relation Chine-Etats-Unis à un bateau naviguant sur la mer, alors la coopération bilatérale stratégique serait son gouvernail, tandis que la coopération pragmatique serait son moteur.

La visite du président Hu devrait permettre de tracer une nouvelle voie pour la coopération pragmatique sino-américaine, et d'être bénéfique aux deux parties et au monde entier.

Au cours de la visite, la Chine et les Etats-Unis devraient signer une série d'accords de coopération, et pourrait faire progresser la coopération pragmatique.

Le commerce bilatéral devrait atteindre 380 milliards de dollars américains en 2010. La Chine a été le marché à plus forte croissance pour les produits américains pendant neuf années consécutives.

Il existe également un grand potentiel pour le renforcement de la coopération pragmatique sino-américaine, alors qu'il est nécessaire d'établir une meilleure coordination entre les deux pays pour équilibrer l'économie mondiale et faire progresser le volume du commerce bilatéral.

Par exemple, les Etats-Unis n'ont pas reconnu le statut d'économie de marché de la Chine et imposent encore des restrictions sur les exportations de haute-technologie à destination de la Chine. La levée de ces barrières commerciales pourra sûrement renforcer le commerce bilatéral.

L'approfondissement de la coopération pragmatique sino-américaine constitue également une nécessité pour la croissance économique mondiale.

Jusqu'à l'heure actuelle, alors que les causes de la crise financière mondiale n'ont pas encore été éradiquées, l'économie mondiale manque encore d'un dynamisme suffisant pour soutenir la reprise. Dans ces circonstances, la coopération sino-américaine est cruciale pour faire avancer la réforme du système financier international et ainsi accélérer le redressement de l'économie mondiale.

La coopération Chine-Etats-Unis jouent également un rôle important pour la résolution des principaux dossiers régionaux et internationaux.

Les deux pays pourraient coopérer davantage afin d'apaiser les tensions sur la péninsule coréenne, résoudre le dossier nucléaire iranien, lutter contre le terrorisme et le changement climatique, réformer les Nations Unies et réduire les crimes transfrontaliers, entre autres.

ORIENTATION DES FUTURES RELATIONS SINO-AMERICAINES

"La prochaine visite du président Hu prouve la volonté de se pencher sur nos problèmes, grands ou petits, à n'importe quel moment", assure David Lampton, directeur du centre de recherches chinoises de l'Ecole d'études internationales avancées de l'Université John-Hopkins du Maryland.

Ces dernières années, les relations sino-américaines ont connu des virages et des tournants. Comme les désaccords et les frictions sur certains dossiers sont inévitables, l'essentiel, c'est de savoir comment les gérer.

Les désaccords résident dans une série d'affaires, notamment la vente d'armements américains à Taiwan, le taux de change du Renminbi (Yuan) de Chine, les droits de l'homme, la religion etc. Par ailleurs, le développement pacifique de la Chine a suscité non seulement des inquiétudes aux Etats-Unis mais aussi des commentaires qui présentent la Chine comme "un rival potentiel".

Zbigniew Kazimierz Brzezinski, ancien conseiller américain pour la sécurité nationale de l'époque de Jimmy Carter, a exprimé ainsi son point de vue sur la façon de résoudre les différents entre les deux pays.

"Ni les Etats-Unis ni la Chine ne devraient hésiter à engager une discussion directe sur leurs divergences, mais ils devraient le faire tout en sachant qu'ils ont besoin l'un de l'autre", a indiqué cet expert des relations sino-américaines.

Dans ce contexte, la visite de M. Hu revêt une grande importance.

Selon des experts, les Etats-Unis devraient adhérer à la politique d'une seule Chine, aux trois communiqués sino-américains (le Communiqué conjoint de la République populaire de Chine et des Etats-Unis d'Amérique de février 1972, le Communiqué conjoint sur l'établissement des relations diplomatiques entre la République populaire de Chine et les Etats-Unis d'Amérique de décembre 1978, le communiqué sino-américain du 17 août 1982) et ils devraient soutenir le développement pacifique des relations entre les deux rives du détroit de Taiwan.

La politique du taux de change chinois n'est pas la cause principale du déséquilibre des échanges commerciaux sino-américains. Les deux parties doivent résoudre leurs frictions commerciales et économiques par des consultations et les Etats-Unis doivent renoncer à leurs tendances protectionnistes.

Quant à la question des droits de l'homme, les deux pays doivent continuer leur dialogue basé sur un principe d'égalité, de respect mutuel et de non-ingérence dans les affaires internes.

Le sénateur John Kerry, qui préside le Comité des relations extérieures du Sénat américain, a assuré que l'émergence de la Chine ne représentait pas une menace pour les Etats-Unis, tout en appelant Washington à ne pas traiter la Chine comme un adversaire.

Le magazine britannique "The Economist" a lui indiqué que la meilleure façon de faire de la Chine un rival c'est de la traiter comme telle, avant d'ajouter qu'une confrontation entre les deux pays porterait atteinte à leurs relations.

Les relations entre la Chine et les Etats-Unis sont importantes et complexes. Malgré des virages et des tournants, elles continuent d'aller dans la bonne direction. L'histoire a démontré que les deux pays peuvent surmonter des obstacle, s'ils respectent les intérêts de l'autre et s'ils adhèrent au principe d'un dialogue d'égal à égal pour résoudre leurs différends.

Ceci constitue en effet la clé pour poursuivre un développement sain des relations internationales dans cette nouvelle ère et pour enregistrer des progrès dans cette relation bilatérale, l'une des plus importantes au monde.

L'ancien ambassadeur américain en Chine Stapleton Roy affiche sa confiance : "Nous pouvons montrer [...] aux autres pays qu'ils peuvent opérer dans un monde où la coopération entre les deux plus grandes économies [...] sert d'exemple aux pays ayant des divergences." Selon lui, les relations sino-américaines pourraient apporter la preuve que deux pays "peuvent trouver des intérêts communs et baser leur rapports sur la coopération et non sur le conflit".

Dans les froides journées de janvier, le président Hu est attendu aux Etats-Unis pour une visite d'Etat faisant l'objet d'énormes attentes. On a raison de croire que sa visite mettra les relations sino-américaines sur une nouvelle voie, bénéfique aux deux pays mais aussi au monde entier.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
1,5 million de Chinois participent à l'Examen national d'entrée de 3eme cycle
Chine : suspension de la production d'une usine sidérurgique à Beijing
Flatter la Chine sur le « rachat de l'Europe »
La Chine contribue à soulager la crise de la dette européenne
Les étrangers connaissent-ils réellement la Chine ?
Comment les Français imaginent la Chine ?
Les excédents commerciaux de la Chine sont gonflés par des méthodes d'évaluation obsolètes