Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 10.02.2011 16h42
Une vie de lutte contre les pirates
Shao Zheping, capitaine âgé de 46 ans originaire de la Province du Fujian, sur le pont le 6 novembre dernier, alors qu'il était en mission avec la 6e Flotille d'Escorte Chinoise dans le Golfe d'Aden, les eaux les plus infestées de pirates au monde.

Trois petits bateaux rapides transportant des pirates armés de fusils d'assaut AK-47 et de lance-roquettes, filant sur la mer...

Pour les navires marchands chinois fendant les vagues du Golfe d'Aden, ce n'était jamais qu'une tentative d'abordage de plus dans les eaux les plus infestées de pirates au monde.

Ayant rapidement repéré la menace, un hélicoptère s'est envolé d'une frégate navigant à proximité et a tiré quelques coups de semonce en direction des pirates, qui ont fait demi-tour et se sont enfuis à la vue du navire de guerre.

« Le Golfe d'Aden était autrefois une des zones maritimes les plus calmes et les plus sûres du monde, mais à présent c'est devenu la région la plus hostile pour les marins », a dit Shao Zheping, un capitaine âgé de 46 ans originaire de la Province du Fujian, dans le Sud-Est de la Chine, qui vient juste d'achever une mission de six mois ici avec la 6e flotille d'escorte navale chinoise.

Presque chaque semaine durant sa mission d'escorte, il a rencontré plusieurs bateaux rapides, chacun transportant de cinq à sept jeunes Somaliens, essayant d'encercler un navire marchand et cherchant une occasion de lancer une échelle de corde en direction du pont.

« S'ils arrivent à monter à bord et prendre un seul marin en otage, c'est fini, tout le bateau est pris », a t-il dit.

Avant d'avoir passé la barre à l'équipe de marins suivante en janvier, la 6e flotille navale a escorté 615 navires, tant chinois qu'étrangers, ayant navigué sur 608 miles nautiques (1 126 km) entre l'entrée Est du Golfe d'Aden et le Détroit de Bab-el-Mandeb depuis juillet dernier.

Il a dit que les équipages chinois des navires marchands ne manquaient jamais de déployer le drapeau national et des banderoles disant « Salut à la mère-patrie ; Salut à la marine chinoise » quand ils étaient escortés par les navires de guerre Kunlunshan et Lanzhou.

« Des années de navigation m'ont fait comprendre combien les membres d'équipage pensent à leur pays et combien ils sont reconnaissants envers leur patrie qui leur apporte aide et protection ».

En 1989, quand le jeune Shao fit son premier voyage dans le Golfe d'Aden en direction de l'europe du Nord, il était impressionné par ses vagues calmes et les centaines de dauphins suatant devant le navire, comme s'ils l'escortaient vers la Mer Rouge.

Mais ses impressions ont changé depuis avec l'explosion de la piraterie dans les eaux situées au large de la Somalie.

En 2010, les pirates somaliens ont lancé 445 attaques et pris 1 181 marins en otage, une terrible augmentation par rapport aux 188 otages de 2006, d'après les statistiques officielles.

La Chine a déployé deux navires de guerre et un navire ravitailleur dans le Golfe d'Aden et dans les eaux au large de la Somalie pour la première fois en 2008, pour protéger les navires marchands.

Ces deux dernières années, la Chine a envoyé 6 000 marins dans le Golfe d'Aden et escorté plus de 3 100 navires.

« Bien sûr, nous pourrions demander aux frégates étrangères d'aider nos navires marchands, et je pense qu'elles le feraient, tout comme nous escortons les navires étrangers », a dit le capitaine Shao, qui est à présent Directeur du Lycée Naval de l'Université Jimei de Xiamen, dans la Province du Fujian.

« Mais il est toujours important d'avoir notre propre force navale, ce qui veut dire que notre pays est devenu assez fort pour protéger ses citoyens non seulement sur son territoire, mais également dans un coin éloigné de la planète ».

La 6e flotille navale a également escorté les 19 membres d'un équipage de Singapour qui ont été finalement libérés après quatre mois de captivité en tant qu'otages.

« Ils avaient le teint cireux et ils étaient émaciés, avec des cheveux longs, hirsutes et en bataille après avoir été enfermés pendant si longtemps dans une cabine », a indiqué le capitaine Shao. « Mais au moins ont-ils eu la chance de rester en vie ». Etre pris en otage par des pirates est la plus grande crainte des marins, selon le capitaine. Il a dit que pour les marins chinois, rien n'est plus désiré que d'être escorté par des vaisseaux de guerre de leur propre pays.

« La plupart des pirates doivent renoncer quand ils rencontrent des navires de guerre d'escorte prêts au combat. Ils jettent alors leurs armes à l'eau pour se débarrasser des preuves et pour se sauver, ou utilisent des poissons disposés sur leur bateau pour faire croire qu'ils sont pêcheurs », a t-il dit.

En plus des fonctions d'escorte, la marine chinoise fournit également d'autres services gratuits, y compris des approvisionnements en soins médicaux, en nourriture et en eau. Le capitaine Shao a précisé que la marine chinoise a un jour déposé un médecin par hélicoptère, au milieu de la nuit, sur un navire marchand où un marin souffrait d'un calcul rénal.

« Ce genre d'aide était impensable avant » a t-il dit. « Quand un marin tombait malade, il ne pouvait seulement qu'attendre de meilleurs soins médicaux dans le port suivant ».

En 1991, le capitaine Shao, alors second d'un navire marchand, a envoyé un marin malade à l'hôpital quand ils se sont amarrés à quai en Belgique.

Il a dit que le marin de 30 ans a fondu en larmes quand le capitaine Shao a dû le laisser.
« J'ai dû repartir avec le bateau », a t-il dit.

« Mais je peux imaginer combien il est dur d'être laissé seul dans un pays étranger - et plus encore quand on peut à peine parler anglais. La flotille d'escorte fournit non seulement des services mais également le chaud réconfort de la mère-patrie ».

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : lancement de sites internet de dénonciation pour supprimer la corruption dans le système judiciaire
Chine : la banque centrale augmente les taux d'intérêt de 25 points de base
L'«image de la Chine » fait l'objet de discussions lors du Forum de Davos
Les 10 raisons pour lesquelles les Etats-Unis diabolisent la Chine
Quand la « Mère Patrie » en vient à friser l'incident diplomatique...
Le rôle de la Chine dans le monde
Face aux problèmes de circulation, Guangzhou met la pédale douce