Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 18.02.2011 08h50
La tournée en Afrique du ministre chinois des AE favorable à des relations sino-africaine gagnant-gagnant pour un bénéfice mutuel : Commentaire

Le ministre chinois des Affaires étrangères Yang Jiechi a achevé mercredi ses visites officielles dans cinq pays d'Afrique, à savoir le Zimbabwe, le Gabon, la Guinée, le Togo et le Tchad.

Cette tournée africaine de M. Yang à l'occasion de la Nouvelle Année chinoise a permis d'approfondir l'amitié traditionnelle sino-africaine, et revêt une importance significative pour la promotion d'une coopération pragmatique, du partage des opportunités et de la recherche commune du développement entre la Chine et l'Afrique.

Depuis plus de 20 ans, des pays africains figurent sur la liste des premiers pays visités par les ministres des Affaires étrangères chinois à chaque nouvelle année. Cette pratique montre l'amitié profonde et traditionnelle qui existe entre la Chine et l' Afrique, et reflète l'importance de la coopération sino- africaine pour la politique étrangère chinoise.

Cette visite de M. Yang, survenant alors que le Forum sur la coopération Chine-Afrique (FOCAC) entre dans sa deuxième décennie, est destinée à consolider davantage les bénéfices réalisés par cette institution lors de ses dix premières années d'existence.

Depuis sa création en octobre 2000, ce forum est devenu un mécanisme de dialogue à différents niveaux, et a vu l'établissement d'un système de coopération solide couvrant les domaines politique, économique, social et culturel entre autres. La Chine et l'Afrique se sont mutuellement soutenues sur les grandes questions internationales et bilatérales, et ont approfondi de manière continue leur confiance mutuelle.

Au cours de la décennie écoulée, l'ampleur de l'aide chinoise à l'Afrique a été multipliée par 10. La Chine est actuellement le principal partenaire commercial de l'Afrique, et l'Afrique est la quatrième plus importante destination des investissements chinois à l'étranger.

Symbole du développement des relations sino-africaines dans la nouvelle ère qui s'ouvre, le FOCAC a pour tâche de promouvoir un développement amélioré et plus rapide du nouveau type de partenariat stratégique entre la Chine et l'Afrique.

Au cours de sa visite, M. Yang a déclaré que la Chine souhaitait utiliser le FOCAC comme une plateforme importante pour le dialogue collectif et comme un mécanisme efficace pour une coopération pragmatique, dans la perspective de faire avancer toujours plus ce nouveau type de partenariat stratégique Chine- Afrique basé sur l'égalité politique et la confiance mutuelle, la coopération économique gagnant-gagnant et les échanges culturels, ainsi que promouvoir la paix, de la stabilité et le développement au niveau mondial, ainsi que le développement commun de la Chine et de l'Afrique.

Adhérant aux principes de sincérité et d'amitié, d'égalité, de bénéfice mutuel et de développement commun, la Chine concentre ses efforts pour aider l'Afrique à améliorer sa capacité de développement autonome et durable, elle a en conséquence augmenté son aide à l'Afrique parallèlement à l'augmentation de ses propres capacités, ce qui lui a apporté une gratitude étendue dans les pays africains.

Parallèlement, le gouvernement chinois encourage les entreprises chinoises à implanter leur activité en Afrique, et les investissements de Chine en Afrique progressent rapidement. Ce mode de coopération gagnant-gagnant a reçu un accueil favorable très large des pays africains.

Au cours de la visite de M. Yang, les dirigeants des cinq pays africains ont tous salué la contribution de la Chine au développement de l'Afrique, et exprimé leur espoir que la Chine augmenterait encore ses investissements sur le continent.

Le Premier ministre zimbabwéen Morgan Tsvangirai a déclaré que la coopération Chine-Zimbabwe avait obtenu des résultats fructueux dans de nombreux domaines, et que l'aide de la Chine au Zimbabwe avait apporté des bénéfices tangibles à la population zimbabwéenne.

Le président gabonais Ali Bongo a déclaré que le développement de la Chine signifiait des opportunités importantes pour le Gabon, et que la coopération économique et commerciale entre les deux pays était riche en potentiel. Le Gabon invite davantage encore d'entreprises chinoises à venir investir et s' implanter dans ce pays, a-t-il dit.

Le président guinéen Alpha Conde a déclaré que son pays poursuivrait une coopération gagnant-gagnant complète avec la Chine au cours de son mandat.

Par ailleurs, la Chine accueille tous les pays africains comme de bons amis, des frères et des partenaires, quelle que soit leur éloignement géographique, leur puissance ou leur niveau de développement. L'amitié traditionnelle entre la Chine et l'Afrique a résisté au temps et aux changements constants de la situation internationale, développant toujours plus de force et d'énergie.

D'ici la fin de 2009, les investissements directs de la Chine en Afrique ont atteint un total de 9,33 milliards de dollars et couvrent 49 pays africains.

Le renforcement de la coopération avec les pays africains est un axe important de la politique étrangère de la Chine ainsi que de sa stratégie de long terme. Cette visite de M. Yang dans cinq pays d'Afrique a démontré la détermination et la confiance de la Chine dans la promotion du développement du FOCAC et de ce nouveau type de partenariat stratégique Chine-Afrique.

Développer une coopération pragmatique, réaliser le bénéfice mutuel et la coopération gagnant-gagnant et étoffer les relations sino-africaines est non seulement essentiel pour maintenir l'impulsion motrice de la coopération sino-africaine, mais c'est aussi une source infinie de dynamisme pour approfondir la confiance politique mutuelle et l'amitié traditionnelle entre la Chine et l'Afrique.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Wen Jiabao : la Chine va rationaliser son industrie des terres rares
La Chine poursuit sa taxation préférentielle en faveur des petites entreprises cette année
La responsabilité ne pèse pas sur la Chine...
Les risques qui menacent la Chine sont à prendre au sérieux
Le nouveau statut de deuxième puissance économique mondiale doit inciter la Chine à la prudence
Les microblogs sont un moyen, pas une fin en soi
Le développement pacifique, le meilleur choix pour la Chine et le monde