Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 08.03.2011 15h41
Priorité à la prospérité de la population

Davantage doit être fait pour réduire le fossé des richesses, réformer le système fiscal, et offrir une protection sociale aux travailleurs migrants dans les villes.

La stratégie principale établie par la Cinquième Session Plénière du 17e Comité Central du Parti Communiste Chinois, qui s'est tenu à la mi-octobre 2010, afin de promouvoir le développement scientifique du pays et la transformation de son mode de développement économique, est d'une signification stratégique et générale pour l'élaboration du 12e Plan Quinquennal (2011-2015) pour le développement économique et social de la Nation.

La transformation du mode de développement économique de la Chine lors des cinq prochaines années a pour objectif de parvenir à la transformation de la stratégie de développement du pays, en la faisant passer de l'accroissement de la taille de son économie à l'augmentation des revenus de ses citoyens, en adoptant une approche équitable, scientifique et durable. Pour réaliser cet objectif dont la Chine a tant besoin, la clé réside dans l'adoption de réformes et d'un développement qui donne la priorité à la prospérité de la population.

La prospérité d'un pays et de sa population sont extrêmement importants. Le modèle de croissance dirigée par le Gouvernement en Chine, déjà ancien, s'est manifestement concentré sur le remplissage des caisses de l'Etat. Ce genre de modèle veut dire que le pays a obtenu de remarquables succès -il a d'ailleurs accru ses forces économiques et fait reculer la pauvreté- cependant, l'augmentation rapide des revenus du pays et l'expansion des capitaux de l'Etat durant le 11e Plan quinquennal (2006-2011) ont fait ressortir les problèmes causés par une stratégie de développement obnubilée par l'augmentation de la taille de l'économie nationale.

Les années passées ont également montré qu'un modèle de développement qui donne la priorité à l'accroissement des revenus de l'Etat a pour conséquence que la croissance de ses capacités sociales de consommation restent en retard par rapport à celle de la productivité nationale, élargissant le fossé entre les zones urbaines et rurales, entre les riches et les pauvres, et aggravant les risques et contradictions sociaux.

Des politiques et mesures donnant davantage la priorité à la promotion de la prospérité de la population lors des cinq prochaines années créeront de bonnes perspectives pour le développement économique de la nation. Elles contribueront à aider le pays à cultiver une force de croissance économique intérieure. Et dans le même temps, elles contribueront à réduire les disparités dans la redistribution des revenus, permettant aux citoyens de partager les fruits de la croissance économique rapide du pays et favorisant l'émergence d'une société équitable.

Pour parvenir à cet objectif, la Chine doit d'abord essayer de réaliser quelques avancées majeures dans la réforme de son système de redistribution des revenus. Quelques indicateurs ayant force contraignante devraient être fixés dans le programme de réforme de la redistribution des revenus du pays qui doit être annoncé dans le 12e Plan Quinquennal. Par exemple, une réglementation obligatoire devrait être élaborée pour s'assurer que la croissance annuelle des revenus réels des résidents urbains et ruraux ne soit pas inférieure à 8% et que celle de la rémunération des travailleurs ne soit pas inférieure à 10%. Des mesures efficaces devraient aussi être adoptées pour alléger et réduire le fossé des richesses, qui s'élargit toujours. A l'heure actuelle, le fossé des richesses entre les zones rurales et urbaines est de 3,3 contre 1. Il devrait être réduit à moins de 3 contre 1 d'ici la fin du 12e Plan Quinquennal. Pour atteindre cet objectif, le pays devrait élaborer un programme complet de réforme de ses systèmes fiscaux, de taxation et de redistribution des revenus dès que possible.

Pour faciliter la prospérité des citoyens, les efforts en cours pour transformer les travailleurs migrants en citoyens urbains devraient être accélérés. La Chine ne peut esquiver le problème des travailleurs migrants dans ses efforts pour faire avancer l'urbanisation ou l'intégration urbaine-rurale. Ce sujet qui fait l'objet de controverses de longue date est déjà devenu une source importante de l'élargissement du fossé entre les zones urbaines et rurales, et entre les riches et les pauvres.

Ces dernières années, quelques tentatives expérimentales ont été faites par certains gouvernements locaux pour changer le statut des travailleurs migrants, dans l'espoir de les intégrer dans la communauté urbaine. Lors des cinq années qui viennent, davantage de mesures devraient être adoptées pour faciliter ce processus. Par exemple, des mesures spécifiques destinées à accélérer le transfert des droits d'utilisation des terres rurales, la promotion d'un réseau de services publics équilibré entre les zones urbaines et rurales, et l'extension de la construction de logements à faibles loyés, subventionnés par le Gouvernement, pour les travailleurs ruraux immigrants.

Le système fiscal et de taxation actuel devarit aussi être réformé dès que possible. Le système actuel qui comprend deux systèmes séparés entre les gouvernements central et locaux, adopté en 1994, a certes fortement contribué à l'expansion des forces économiques du pays, mais il a échoué dans son rôle de régulation des disparités de redistribution des revenus du pays. Par conséquent, une nouvelle série de réformes fiscales et de la taxation devrait être lancée lors des premières années de la période du 12e Plan Quinquennal pour favoriser la prospérité de la population. Les revenus du pays devraient être redistribués de manière raisonnable entre les gouvernements central et locaux, pour permettre la construction d'un réseau de services publics équilibré et faire que la puissance fiscale des gouvernements locaux soit proportionnée à leur puissance administrative.

La Chine va entrer dans une nouvelle étape de son développement, et son engagement pour la transformation de son mode de développement a absolument besoin d'une transformation simultanée des fonctions de son Gouvernement. A présent qu'une économie de marché est bien établie en Chine, le Gouvernement devrait essayer de changer son attention principale, des affaires économiques vers le service du public.

L'auteur, Chi Fulin, est membre du Comité National de la Conférence Consultative Politique du Peuple Chinois et directeur de l'Institut Chinois pour la Réforme et le Développement, dont le siège est à Hainan.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le PM chinois rencontre le ministre des Affaires étrangères de la République de Corée
Les investissements chinois directs sont bienvenus aux Etats-Unis
Venez voir par vous-même ce qu'est le vrai Tibet
Où en est la situation chinoise de contrôle du tabac?
Les attaques contre la Libye cachent des raisons politiques derrière
Les attaques sur la Libye pourraient conduire à l'anarchie
Pourquoi la France s'est-elle portée à l'avant-garde contre Kadhafi ?