Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 19.04.2011 13h13
La Chine et l'Ouzbékistan s'engagent à approfondir la coopération bilatérale

La Chine et l'Ouzbékistan se sont engagés lundi à approfondir la coopération bilatérale dans les domaines du commerce, de l'énergie et de la construction des infrastructures.

Cet engagement a été fait lors d'une rencontre entre le vice-Premier ministre chinois Li Keqiang et le premier vice-Premier ministre ouzbek Rustam Azimov.

Li Keqiang a indiqué que les économies des deux pays étaient complémentaires. Les deux parties ont leurs propres avantages uniques, ce qui assure de bonnes conditions à la coopération commerciale.

La Chine fournira des efforts conjoints avec l'Ouzbékistan afin de développer le commerce bilatéral, approfondir la coopération financière, créer un environnement sain pour les investissements transfrontaliers des entreprises et accroître la coopération sur les projets énergétiques et les infrastructures.

M. Azimov a souhaité que les deux parties puissent approfondir la coopération dans tous les secteurs.

Li Keqiang a également fait l'éloge des relations bilatérales, soulignant que la Chine était satisfaite du développement actuel. La visite prochaine en Chine du président ouzbek, Islam Karimov, devrait apporter de la vitalité au développement futur des relations, a-t-il noté.

M. Azimov a, quant à lui, déclaré que la visite du président constitue un grand événement pour les relations bilatérales, et que la Chine était un pays ami et un partenaire de l'Ouzbékistan.


Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Commémoration du premier anniversaire du séisme de Yushu
BRIC : la conférence annuelle du mécanisme de coopération des banques et le forum de la finance ont eu lieu à Sanya
Bo'ao fait entendre la voix d'Asie au monde
Les occidentaux devraient en apprendre davantage sur la Chine
Le sommet du BRICS, un rendez-vous faisant époque (partie I)
La crise nucléaire au Japon et l'avenir de l'énergie nucléaire
La guerre en Libye est devenue une « patate chaude » pour l'Occident