Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 20.04.2011 09h40
Le chasseur mystère J-20 « vole » à nouveau
un prototype supposé du J-20 s'apprête à décoller du terrain d'aviation de de l'Institut de Conception d'Avions de Chengdu, dans la Province du Sichuan, dimanche dernier.

Les photos du prototype du chasseur furtif J-20 chinois ont la cote sur les forums militaires en ligne, après qu'une rumeur ait fait état qu'un autre vol d'essai avait eu lieu dimanche, alors qu'à Beijing des responsables célébraient le 60e anniversaire de la création de l'industrie chinoise de l'aviation.

Certains des clips mis en ligne ont montré des groupe de passionnés de la chose militaire s'exclamer lorsqu'un appareil est passé en volant au dessus du terrain d'aviation de l'Institut de Conception d'Avions de Chengdu, dans la Province du Sichuan, mais l'avion est question était-il ou non le prototype du J-20, cela reste encore incertain.

« Le J-20 a effectué plusieurs passages et battu des ailes pour saluer la foule amassée près du terrain d'aviation », a dit un témoin au Global Times sous couvert de l'anonymat, ajoutant que l'avion avait décollé aux alentours de 16h25 et atterri vers 17h50.

S'agissant de la presse, les autorités chinoises n'ont pas commenté le sujet sur le moment, mais l'Agence de Presse Xinhua a diffusé un autre clip vidéo du vol, chargé par des internautes.

Le prototype du J-20 a fait son premier vol de 18 minutes le 11 janvier dernier à Chengdu, alors que le Secrétaire américain à la Défense Robert Gates était en visite à Beijing. Depuis lors, il a été présenté comme un concurrent potentiel du F-22 Raptor de l'US Air Force, le seul chasseur de cinquième génération du monde à l'heure actuelle.

Xu Yongling, un des meilleurs pilotes d'essai chinois, a dit que s'il s'avérait que le vol de dimanche a bien eu lieu, il devrait être plus ou moins équivalent au premier test, mais il a ajouté que chaque test est un pas de plus vers une production en série.

« Les dix à vingt premiers tests servent à évaluer l'avion dans son ensemble, dont sa stabilité, ses qualités de manoeuvrabilité et ses performances. Ils sont tous de courte durée, mais le processus entier demandera des années pour être achevé », a t-il dit lundi au Global Times.

Ce vol présumé a coïncidé avec une cérémonie qui s'est tenue dimanche au Grand Hall du Peuple à Beijing pour marquer le 60e anniversaire de l'industrie chinoise de l'aviation.

Lin Zuoming, Directeur général de l'AVIC (Aviation Industry Corporation of China) a promis lors de la cérémonie de faire advancer le développement de la prochaine generation d'avions et de faire des percées dans le domaine des systèmes de propulsion.

« D'ici 2015, les recherches et la conception de tous les modèles-clés seront achevés », a dit M. Lin, ajoutant que c'est une infériorité de la Chine en matière de conception de moteurs qui a constitué un « goulot d'étranglement » pour les progrès de l'industrie chinoise de l'aviation.

D'après lui, l'AVIC investira 10 milliards de Yuans (1,52 milliard de Dollars US) dans le développement de moteurs, soit l'équivalent de ses bénéfices nets pour 2010.

Cependant, ce montant d'investissements reste encore bien faible quand on le compare avec d'autres projets de développement majeurs de moteurs.

Ainsi, d'après un communiqué de presse de Pratt & Whitney, l'entreprise américaine a reçu un contrat évalué à plus de 4 milliards de Dollars US en 2001 pour développer son moteur F135 destiné au futur chasseur F-35 Lightning II de l'US Air Force.

M. Lin a également demandé à ce que les transferts de technologie soient accélérés vers l'aviation civile, l'industrie chinoise de l'aviation ne pouvant s'appuyer que sur le seul secteur militaire.

Wang Zhilin, Directeur général de la Commercial Aircraft Corporation of China, a déclaré dimanche à CCTV que d'ici 2020, l'avion de ligne chinois C919 sera équipé de moteurs conçus pas l'AVIC.

« D'ici 2021, l'industrie chinoise de l'aviation sera au même niveau que les principaux acteurs mondiaux en ce domaine et elle deviendra aussi un remarquable fournisseur d'équipements de défense aérienne », a ajouté M. Lin.

Séparément, un autre rumeur a récemment circulé sur internet au sujet d'un certain J-18, qui serait le premier avion chinois possédant des capacités de décollage et d'atterrissage vertical.

Un peu plus tôt ce mois, citant un article du journal japonais Asahi Shimbun, Phoenix Television avait annoncé que le J-18 avait accompli un vol d'essai sur une base aérienne située dans la Région Autonome de Mongolie Intérieure.

L'article avait précisé que les ailes de l'appareil, similaire au Sukhoi Su-33 russe, un chasseur embarqué multi-rôles, pouvaient se replier, et estimé qu'il pourrait équiper le futur porte-avions chinois.

Cet article est arrivé en même temps que des spéculations des médias étrangers au sujet du premier porte-avions chinois, une modification de l'ex-Varyag acheté à l'Ukraine, qui prendrait la mer en juillet prochain. L'armée chinoise a démenti ces allégations.

De son côté, Ding Zhiyong, un porte-parole de l'AVIC, a dit au Global Times lundi que l'article japonais sur un prétendu J-18 n'était que pure spéculation et que l'entreprise n'avait aucune information à révéler.

Li Daguang, un professeur spécialisé en stratégie militaire à l'Université de la Défense Nationale, avait déclaré précédemment au Global Times qu'à supposer que la rumeur sur le porte-avions soit vraie, le navire ne serait utilisé qu'à des fins d'entraînement.


Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine va imposer des droits anti-dumping sur les fécules de pomme de terre importées d'UE
Commémoration du premier anniversaire du séisme de Yushu
La duplicité et les droits de l'homme ne vont pas bien ensemble
Bo'ao fait entendre la voix d'Asie au monde
Les occidentaux devraient en apprendre davantage sur la Chine
Le sommet du BRICS, un rendez-vous faisant époque (partie I)
La crise nucléaire au Japon et l'avenir de l'énergie nucléaire