Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 18.05.2011 16h41
Réchauffement des liens militaires sino-américains

Quand les fanfares de l'Armée américaine et de l'Armée Populaire de Libération ont joué ensemble lors d'un concert donné au Kennedy Center à Washington le 16 mai dernier, le Général Chen Bingde, Chef de l'état-major de l'APL, et l'amiral Mike Mullen, patron des chefs d'état-major adjoints américains, ont été aperçus souriants dans le public présent. Il est vrai que c'était la toute première visite de la fanfare de l'APL aux Etats-Unis et la première visite d'un chef de l'APL depuis sept ans.

Un peu plus tôt cette année, le Président chinois Hu Jintao et le Président américain Barack Obama s'étaient mis d'accord pour construire un partenariat positif, coopératif et complet entre la Chine et les Etats-Unis. Et des relations militaires saines et stables font partie intégrante de ce partenariat.

Un des points saillants de la troisième édition récemment conclue du Dialogue Stratégique et Economique sino-américain (DSE) a été la création du Dialogue de Sécurité Stratégique Sino-américain (DSS), sous la partie stratégique du DSE. Responsables de la défense, militaires comme civils, de Chine et des Etats-Unis, se rencontreront régulièrement dans le cadre de ce DSS.

Et le voyage du Général Chen aux Etats-Unis montre que les relations militaires sino-américaines sont de nouveau sur les rails après une période houleuse l'année dernière. Mais la visite du Général Chen va au-delà de son implication immédiate. En étant les armées des deux plus grandes économies du monde, l'APL et l'US Army partagent de nombreux soucis et intérêts de sécurité communs. Le terrorisme mondial, la prolifération des armes de destruction massive, le changement climatique, les catastrophes naturelles, la sécurité des liaisons maritimes, et la sécurité dans l'espace et le cyberespace posent de nouveaux défis de sécurité aux deux pays. En diversifiant leurs tâches et missions, les deux armées trouveront de nouvelles zones de coopération étendue.

Exemple de ce genre de coopération, les opérations anti-piraterie dans le Golfe d'Aden, dans lesquelles les forces d'intervention des marines des deux pays ont participé. Les capitaines et le marins des deux marines ont rendu visite à leur homologues. Des données et des informations ont été partagées lors des opérations de secours aux otages. La coopération en matière d'aide humanitaire et de secours aux sinistrés, la protection de l'environnement, les opérations médicales militaires, la formation militaire professionnelle et les archives militaires sont des activités qui ont cours depuis des années. Ces dernières années les deux armées ont conduit des entrainements et des exercices communs, assisté aux manoeuvres militaires de l'autre partie et elles se sont formées ensemble aux mécanismes multilatéraux.

Les échanges culturels militaires augmentent aussi, comme le montre la visite de la fanfare de l'APL aux Etats-Unis. On espère que le succès de la visite du Général Chen améliorera la confiance stratégique mutuelle, qui en retour servira de base pour une coopération et une coordination plus étroites dans les domaines traditionnels et non traditionnels concernant la sécurité.

Mais s'il est impératif que les militaires chinois et américains travaillent ensemble pour faire face aux nouveaux défis du 21e siècle, certaines différences fondamentales demeurent. La plus importante est celle des ventes d'armes américaines à Taiwan, qui n'ont jamais cessé. Des relations stables à long terme exigent le respect des intérêts centraux de chacun et le partage des soucis majeurs de chacun.

Taiwan fait définitivement partie des intérêts centraux de la Chine. Les ventes continues d'armes américaines à Taiwan ont été la cause unique la plus importante de perturbation des liens militaires sino-américains. Si certaines voix aux Etats-Unis demandent que la politique de ventes d'armes à Taiwan soit revue, d'autres suggèrent en revanche que les chasseurs F-16 A/B de Taiwan soient modernisés au niveau C/D, ou alors qu'un groupe de F-16 C/D neufs soient vendus à Taiwan. Mais toute nouvelle vente d'armes continuera à être une barrière à des liens militaires stables.

Pour réduire les malentendus et perceptions erronées, une communication régulière est indispensable. Actuellement, les deux armées se réunissent et se consultent via divers canaux et à différents niveaux. Au niveau national, le DSS nouvellement crée a institutionalisé le dialogue sur les problèmes de sécurité étendus partagés en commun. Au niveau ministériel, les Discussions Consultatives sur la Défense et les Discussions de Coordination de Politiques de Défense fournissent des platesformes pour des réunions régulières de responsable de niveau élevé.

L'Accord Consultatif Maritime Militaire constitue quant à lui un forum de travail pour discuter des problèmes de sécurité maritimes. Et des échanges institutionalisés ont été établis entre les académies militaires, comme ceux entre les deux universités de la défense nationale et les académies militaires.

En outre, l'APL s'est aussi ouverte au monde extérieur en ouvrant progressivement ses quartiers généraux, unités, ses équipements et ses installations aux visiteurs étrangers. Dans la plupart des cas, ils ont d'abord été ouverts aux visiteurs américains. Mais le National Defense Authorization Act (NDAA), adopté par le Congrès américain en 1999, est toujours en vigueur. Le NDAA énumère 12 secteurs dans lesquels les échanges avec l'APL sont restreints. Pour l'APL, de telles restrictions légales interdisent d'avoir des échanges militaires sur un pied d'égalité et réduisent l'envie d'avoir des relations plus institutionalisées.

La région Asie Pacifique et le reste du monde s'attendent à ce que les militaires chinois et américains coopèrent pour la paix et la stabilité, qui est aussi dans l'intérêt des deux pays. Pour développer une habitude de travail en commun, une mentalité gagnant-gagnant doit remplacer chez les deux parties la mentalité de « somme nulle ».

Les dirigeants américains ont répété en de nombreuses occasions que la Chine n'est ni une menace ni un ennemi. Ainsi, en tant que partenaires coopératifs, ils devraient mettre fin à la surveillance et à la reconnaissance maritimes de la Chine. Il est difficile, pour les dirigeants chinois, l'APL et l'opinion chinoise de comprendre pourquoi de telles activités hostiles de la part des Etats-Unis puissent continuer alors que la coopération est tellement plus importante. La Chine et les Etats-Unis ont noué des liens militaires depuis presque 40 ans. Une vieux proverbe chinois dit : On n'est plus perplexe à l'âge de 40 ans. Cela veut dire que la maturité vous permet de prendre des décisions sages et raisonnables. On espère que la visite du Général Chen aux Etats-Unis tournera une nouvelle page dans l'histoire des relations militaires sino-américaines.

L'auteur est major-general et chercheur émérite à l'Académie des Sciences militaires de l'APL.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
L'UE dépasse le Japon et devient la plus grande source d'importations de la Chine entre janvier et avril
Le président chinois promet de faciliter les investissements européens
Comment traiter les traumatisms post-séisme
Le vol d'oeuvres d'art à la Cité Interdite doit déclencher une alarme
Le siècle de l'Asie est-il devant nous ?
Comment créer un "royaume idéal sur Internet" ?
Les Etats-Unis doivent évaluer à sa juste valeur la contribution du Pakistan à la lutte anti-terrorisme