Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 20.05.2011 08h42
Le chef du gouvernement du Tibet exclut toute négociation avec l'illégal "gouvernement en exil"

Le président de la région autonome du Tibet, Padma Choling, a qualifié d'"organisation illégale" le "gouvernement en exil" du 14e dalaï lama et a exclut toute négociation avec le "gouvernement en exil" ou sur le sujet.

Selon Padma Choling, son gouvernement est le seul gouvernement légal représentant les Tibétains et aucun pays dans le monde ne reconnaît le "gouvernement en exil".

Il a souligné que le système de servage féodal et l'imbrication des pouvoirs politique et religieux avaient été abolis en 1959.

"Vous avez dit que le dalaï lama avait choisi un successeur. Mais à quoi va t-il succéder et à qui?" s'est interrogé M. Choling en réponse à un journaliste lors d'une conférence de presse organisée à Beijing par le Bureau de l'information du Conseil des Affaires d'Etat. "Je suis le huitième président de la région autonome du Tibet, le seul gouvernement légitime élu par les Tibétains depuis 1965".

M. Choling a indiqué que s'il devait s'entretenir avec le dalaï lama, le gouvernement chinois ne parlerait que de l'avenir du dalaï lama et des gens qui l'entourent, mais ne parlerait sûrement pas du "gouvernement en exil"".

La porte est toujours ouverte aux négociations avec le dalaï lama à condition qu'il change sa position sur l'"indépendance du Tibet" et qu'il cesse de participer à des activités séparatistes, a noté M. Choling.

"L'important n'est pas ce qu'il dit, mais ce qu'il fait", a-t-il fait remarquer. "Le dalaï lama connaît bien la position du gouvernement central".

Le chef du gouvernement du Tibet a estimé que la retraite du dalaï lama n'aurait que des effets limités sur le Tibet et a décrit celle-ci comme "une vague dans une piscine". Selon lui, le gouvernement régional et les Tibétains sont confiants et capables de maintenir la stabilité sociale, quoi que dise ou fasse le dalaï lama.

"Qu'il prenne sa retraite ou non, le dalaï lama n'est pas autorisé à saboter la vie heureuse du peuple tibétain", a déclaré M. Choling, ajoutant que le dalaï lama n'avait encore rien fait de bien pour les Tibétains depuis sa fuite en 1959.

Les partisans du dalaï lama et le mouvement de "l'indépendance du Tibet" sont accusés d'avoir provoqué les émeutes meurtrières à Lhassa et dans d'autres régions tibétaines en mars 2008.

M. Choling a révélé que le tourisme, la vente au détail et d'autres secteurs affectés par les émeutes avaient déjà repris. Les statistiques montrent qu'à la fin de l'année dernière, le développement socio-économique du Tibet avait dépassé l'objectif quinquennal établi par le gouvernement pour la période de 2005 à 2010.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le vice-président chinois rencontre le président du Conseil européen
L'UE dépasse le Japon et devient la plus grande source d'importations de la Chine entre janvier et avril
Comment traiter les traumatisms post-séisme
Le vol d'oeuvres d'art à la Cité Interdite doit déclencher une alarme
Le siècle de l'Asie est-il devant nous ?
Comment créer un "royaume idéal sur Internet" ?
Les Etats-Unis doivent évaluer à sa juste valeur la contribution du Pakistan à la lutte anti-terrorisme