Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 02.06.2011 15h53
Une ouverture américaine bien déroutante...

Comparés à la constance affichée par Beijing, les messages venant des politiciens de Washington au sujet des relations sino-américaines ont eux tendance à être mitigés et déroutants.

Un seul coup d'oeil à trois nouvelles parues la semaine dernière vous le montrera une fois encore.

Le 25 mai, la Maison des Représentants a élargi le type d'entités chinoises écartées des contrats passés par le Pentagone. Et le lendemain, le Secrétaire au Commerce américain Gary Locke a critiqué l'accès au marché chinois et la lente réévaluation du Yuan.

Puis jeudi dernier, Kurt Campbell, le principal responsable de la diplomatie américaine pour l'Asie de l'Est, a minimisé les différences entre Washington et Beijing et dit que les Etats-Unis voulaient renforcer cette année leur coopération avec la Chine en Asie du Sud-Est.

Ce qui fait qu'il peut être difficile de savoir si Washington veut vraiment coopérer avec Beijing ou la considérer comme une rivale.

En fait, le monde n'est pas étranger à la juxtaposition des deux rhétoriques, opposées, des « bouffeurs de Chinois » et des « adorateurs du panda » aux Etats-Unis, sur une vaste gamme de sujets brûlants entre les deux pays. Il est aussi familier avec le penchant des Etats-Unis à jouer de la carte chinoise pour ses affaires de politique intérieure.

Bien que les relations sino-américaines aient maintenu un bon rythme en général depuis le début de l'année, ce doigt pointé de façon éhontée et la discrimination pratiquée envers les entreprises chinoises pourraient à nouveau jeter un coup de froid sur les relations bilatérales.

Les deux pays devraient plutôt chérir cet élan favorable et éviter les faux-pas qui pourraient amener à nouveau à un refroidissement des relations.

La dernière décision en date de la Chambre des Représentants américaine ne sert pas les intérêts des liens bilatéraux et elle est assez parlante sur les courants sous-jacents anti-chinois dans le système politique américain.

Selon l'amendement du Parlement, donc, toutes les entités appartenant ou affiliées au Gouvernement chinois sont exclues de la fourniture de produits de défense aux Etats-Unis, et le Secrétaire à la Défense américain doit déclarer au Congrès toute entité dispensée de cette interdiction quinze jours en avance.

Ce genre de discrimination contre la Chine, sous couvert de défense des intérêts nationaux des Etats-Unis, est une dénégation de l'ouverture auto-proclamée du marché américain, et révèle le psychisme de ceux qui, aux Etats-Unis, considèrent le développement de la Chine plus comme une menace que comme une opportunité de coopération élargie.

Considérant leur statut de deux plus grandes économies du monde et leur interdépendance commerciale, une coopération réciproque dans tous les domaines bénéficiera non seulement aux deux économies mais aussi à l'économie mondiale.

Recourir à des actes discriminatoires ou à des critères doubles en matière de commerce non seulement va à l'encontre des tendances du moment, mais porte aussi atteinte à la croissance des liens bilatéraux.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Wen Jiabao participe à un entraînement de basketball et appelle à développer les activités physiques pour les enfants
Roland-Garros 2011 : Li Na qualifiée pour les quarts de finale entre dans l'histoire du tennis chinois
La Chine doit renforcer son nouveau mix énergetique
Quelles leçons la Chine peut-elle tirer du succès d'Apple ?
La Chine le Japon et la Corée du Sud progressent lentement vers un accord de libre-échange