Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 03.06.2011 13h44
Chine-Google : réponse du berger à la bergère

Hier, la Chine a récusé les allégations de Google l'accusant d'apporter son soutien à des opérations d'espionnage des communications de responsables et de personnes importantes des Etats-Unis, le lendemain que Google ait révélé que certains de ses utilisateurs de services de courrier électronique avaient subi des attaques provenant de Chine.

Cette affirmation du géant mondial des moteurs de recherche a provoqué une réponse immédiate du Ministère chinois des Affaires Etrangères, qui l'a taxée de « sans fondement et inacceptable », accroissant encore les tensions entre la Chine et Google, dont les relations sont déjà particulièrement difficiles.

Google a en effet révélé mercredi que des comptes personnels Gmail de plusieurs centaines de personnes, dont des hauts responsables gouvernementaux américains, des militaires et des activistes politiques, avaient été violés, a rapporté l'Associated Press.

Google a fait remonter les origines des attaques à Jinan, capitale de la Province du Shandong, dans l'Est de la Chine, a dit l'AP.

Hier, le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères a dit aux journalistes que la Chine s'opposait fermement aux activités visant à saboter la sécurité de l'internet et des ordinateurs, comme le piratage.
Le porte-parole a dit que le piratage était un problème mondial, et que les réseaux chinois avaient été visés aussi. Il a dit que la Chine travaillait pour remédier au problème, mais na pas répondu quand il lui a été demandé si une enquête serait menée sur cet incident précis.

« Les allégations selon lesquelles le Gouvernement chinois apporte son soutien à des activités de piratage sont complètement sans fondement et ont été faites en fonction d'autres motifs », a t-il dit.

Google a dit que les victimes du piratage ont été averties et que leurs comptes ont été sécurisés.
D'après l'AP, cette fois-ci, les pirates ont apparemment recouru à des tactiques visant à induire les gens en erreur en leur faisant croire qu'ils avaient affaire à quelqu'un qu'ils connaissent ou une entreprise en laquelle ils ont confiance. Dès que ces opérations de « hameçonage » ont récupéré les informations dont elles ont besoin pour violer un compte de courrier électronique, l'accès peut être utilisé pour envoyer des messages destinés à tromper d'autres victimes.

Dans un commentaire publié hier, l'agence de presse Xinhua a dit que Google n'avait fourni aucune preuve solide pour étayer ses affirmations selon lesquelles les attaques proviendraient de Chine. Elle a dit que les plaintes de Google étaient devenues « un obstacle au renforcement de la confiance mondiale entre les participants du cyberespace ».

C'est la deuxième fois que Google montre ainsi arbitrairement du doigt la Chine, dit-elle encore. L'année dernière, Google avait accusé le Gouvernement chinois de soutenir des attaques de pirates contre elle et fait pression sur la Chine pour qu'elle renonce à ses réglementations légales régissant internet en la menaçant de se retirer du marché chinois, a t-elle dit encore.

L'année dernière, Google avait demandé à l'US National Security Agency, une officine d'espionnage, de l'aider dans son enquête sur les cyber-attaques dont elle se disait victimes, quand bien même cette coopération était considérée comme une grave menace à la neutralité d'internet, a dit Xinhua.

D'après le New York Times, les attaques proviendraient d'ordinateurs de l'Université Jiaotong de Shanghai et de l'Ecole Professionnelle Lanxiang.

L'Ecole Professionnelle Lanxiang est connue pour former des chefs de cuisine, a rappelé Xinhua.

L'AP a dit que Washington enquêtait sur les plaintes de Google tandis que le FBI a dit qu'il travaillait avec Google à la suite des attaques –les dernières ayant touché des entreprises multinationales ayant éveillé une alarme au niveau mondial au sujet de la sécurité d'internet.
Andrew Davies, de l'Institut Australien de Politiques Stratégiques, un groupe de réflexion indépendant sur la sécurité et la défense, a dit que les gouvernements devaient prêter davantage d'attention au phénomène du piratage, peu importe l'endroit d'où il vient.

« Je pense qu'il y a eu un certain manque d'appréciation de cette menace croissante, un peu partout dans le monde », a dit M. Davies.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La partie continentale de Chine suspend les importations de certains boissons et d'aliments en provenance de Taiwan
Wen Jiabao participe à un entraînement de basketball et appelle à développer les activités physiques pour les enfants
La Chine doit renforcer son nouveau mix énergetique
Quelles leçons la Chine peut-elle tirer du succès d'Apple ?
La Chine le Japon et la Corée du Sud progressent lentement vers un accord de libre-échange