Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 14.06.2011 10h24
La menace militaire chinoise, un mythe à détruire

Un chasseur-tueur qui peut prendre le dessus sur les avions militaires les plus modernes de la seule superpuissance mondiale. Un « navire » monstrueux en cours de construction, qui permettra à l'« Empire du Milieu » de projeter sa puissance loin de ses côtes. Et une armée de pirates informatiques prêts à faire tous les ravages imaginables sur internet.

Ces derniers temps, les nouvelles publiées par certains médias occidentaux sur la puissance militaire chinoise ont tendance à exagérer sa taille croissante et son potentiel de menace. Certains observateurs occidentaux essaient de faire croire à leurs lecteurs que quelque chose de « grand et de mauvais » est en train d'évoluer rapidement en Chine.

Il s'avère en fait que le soit-disant chasseur-tueur n'est rien d'autre qu'un chasseur furtif qui ne vient que de faire ses premiers vols d'essai. En comparaison, l'armée américaine elle, a déjà mis en service son propre chasseur furtif, le F22, depuis quelques années.

Quant au « navire » monstrueux, ce n'est qu'un porte-avions en construction, et il n'y a pas là de quoi faire tant de bruit, car non seulement des puissances militaires traditionnelles comme les Etats-Unis et la Russie ont bien sûr les leurs, mais aussi des puissances plus petites, comme la Thaïlande et l'Argentine, en possèdent aussi.

Enfin, s'agissant des pirates informatiques, cela pourrait bien n'être qu'une petite bande de jeunes fanas de l'informatique pressés de faire montre de leurs talents, et qui n'ont rien à voir avec l'armée chinoise.

Les mythes de ce genre sur l'armée chinoise ne sont pas difficiles à trouver en Occident et ailleurs. Ils soulignent le fait que certains pays se sentent de plus en plus mal à l'aise face aux capacités militaires de la Chine, car le pays, soutenu par une économie en pleine croissance, prend une place de plus en plus grande sur la scène mondiale.

Afin d'avoir une photo générale exacte de la puissance militaire de la Chine, il faut regarder de près la stratégie et les capacités réelles de l'Armée Populaire de Libération (APL). Toute tentative pour se livrer à des mystifications sur sa force réelle et ses intentions ne peut mener à rien.

Les dirigeants politiques et militaires chinois n'ont eu de cesse de saisir la moindre opportunité pour réaffirmer aux observateurs étrangers l'engagement inébranlable de la Chine envers un « développement pacifique ». Ils le font si souvent d'ailleurs que leurs remarques n'atteignent plus certaines oreilles occidentales, mais le message-clé qu'ils essaient de faire passer reste le même : la Chine ne veut pas la guerre ; la Chine veut la paix.

Avec 1,3 milliard de personnes à nourrir et des défis intérieurs difficiles, comme les disparités de revenus croissantes et la pression sur l'énergie et l'environnement du fait d'une croissance économique rapide, la Chine n'a guère d'autre choix que de profiter au mieux d'un environnement largement pacifique et de chercher des occasions de faire du commerce, plutôt que de se faire des ennemis dans les autres pays.

Par exemple, d'après une estimation, la Chine doit créer quelque 20 millions d'emplois par an dans les vingt années qui viennent pour pouvoir employer des dizaines de millions de travailleurs migrants et de diplômés d'université. Ce chiffre correspond àpeu près au tiers de la population de la Grande-Bretagne.

Le Ministre chinois de la Défense Liang Guanglie a déclaré récemment que la clé pour juger si un pays constitue ou non une menace pour la paix dans le monde n'est pas sa puissance militaire ou économique, mais bien plutôt la politique intérieure et extérieure concrète qu'il poursuit.

A la fin de l'année dernière, après une réunion capitale du Comité Central du Parti Communiste Chinois, Dai Bingguo, Conseiller d'Etat en charge de la politique étrangère, a exposé à plusieurs occasions la stratégie de développement pacifique de la Chine.

Dans un article long et détaillé intitulé « Engagement pour un développement pacifique », M. Dai a expliqué que la Chine croyait que la coopération gagnant-gagnant avec d'autres pays, plutôt que l'expansionnisme et l'hégémonie, servait davantage ses intérêts nationaux.

Selon ses mots, l'engagement de la Chine envers un développement pacifique « ne changera pas en cent ans, ni même en mille ans ».

Malgré tout le bruit fait autour de la puissance militaire de la Chine, ses dépenses en matière de défense, quand on les compare avec son produit intérieur brut (PIB), demeurent plutôt faibles, face à celles des principaux pays développés.

En effet, les dépenses militaires de la Chine ont été de quelque 80 milliards de Dollars US en 2010, soit environ 1,4% de son PIB, tandis que pour la plupart des grands pays, ce chiffre est situé aux alentours de 3-4%, d'après les chiffres du Gouvernement chinois.

De nombreux observateurs occidentaux estiment que les dépenses militaires de la Chine sont bien plus élevées que les chiffres officiels ne le disent, et certains pensent que ce chiffre n'atteint pas moins de 150 milliards de Dollars US. Cependant, même cette estimation hasardeuse fait encore bien pâle figure face aux ahurissants 729 milliards de Dollars US des Etats-Unis.

Et en termes de capacités réelles, l'armée chinoise reste encore régionale par nature, plutôt que mondiale.

Par contraste avec les Etats-Unis, la seule superpuissance militaire incontestée dans le monde, la Chine se trouve loin derrière quand il s'agit de rayon d'action mondial de ses forces militaires et de leur capacité à se déployer rapidement dans le monde.

Le Chef d'état-major de l'APL, Chen Bingde, qui a récemment effectué une visite aux Etats-Unis, a dit que la puissance militaire chinoise avait vingt ans de retard sur celle des Etats-Unis.

En ce qui concerne la Chine, le mythe très répandu de sa puissance militaire souligne la nécessité de communiquer plus fréquemment et de manière plus efficace avec les autres pays sur ce sujet. Les voyages de plus en plus fréquents de ses chefs à l'étranger illustrent sans doute les efforts croissants de la Chine dans ce but.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Des personnels de train embarquent pour des essais du TGV Beijing-Shanghai
Le 2e satellite d'observation lunaire chinois Chang'e-2 pénètre dans l'espace extérieur
Tensions en Mer de Chine méridionale : un test grandeur réelle pour la Chine
Que cherche Google, en calomniant la Chine ?
Quand l'économie de la Chine dépassera t-elle celle des Etats-Unis ?