Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 17.06.2011 09h06
Le premier porte-avion chinois suscite des interrogations dans le monde

La Chine confirme la construction de son premier porte avions

« Le porte-avion est en cours de construction, il n'est pas encore achevé ». Les propos de Chen Bingde, chef d'état-major général de l'Armée populaire de Libération (APL), repris par le groupe Hong Kong Commercial Newspapers de Hong Kong le 7 juin, ont immédiatement suscité l'intérêt de l'opinion publique dans le monde. L'information concernant le premier porte-avion de l'histoire de la Chine, qui a engendré de nombreuses hypothèses tant en Chine qu'à l'étranger depuis des années, a été enfin confirmée pour la première fois par un haut officier chinois.

Récemment, plusieurs photographies de l'ancien porte-avion Varyag de l'ex-URSS en cours de réaménagement à Dalian ont circulé sur Internet. Elles montrent le porte-avion peint de la couleur bleu-gris de la marine chinoise et que les travaux de son grand pont approchent à leur fin.

Des médias dont le Guardian britannique ont commenté la construction de ce porte-avion en Chine dans les termes « le secret militaire le moins bien gardé ». Selon des reportages, le Varyag mesure 302 m de long. Bien que plus petit que les porte-avions américains de la classe de Nimitz, il est plus long que le Charles-de-Gaulle (261,5 m) français et les porte-avions Invincible du Royaume Uni (194 m).

Selon Kanwa Defense Review, le Varyag réaménagé entrera dans la phase de navigation expérimentale en mer dans le courant de l'année. D'autres médias avancent que le Varyag modernisé, après son réaménagement, sera rebaptisé Shi-Lang.

Lors d'une interview exclusive accordée à Kanwa Defense Review, une source de l'industrie ukrainienne de la Défense a déclaré qu'une société publique de son pays (probablement la Société ukrainienne d'exportation des équipements spéciaux) aurait participé à la construction et au réaménagement du porte-avion chinois. Cette personne a aussi indiqué que le Varyag serait équipé d'un propulseur principal construit en Ukraine.

Selon Jane's Defence Weekly, la Chine équiperait le Varyag d'un radar à commande de phase et de missiles sol-air. Le porte-avion peut porter 50 chasseurs de différents types. D'autres médias étrangers ont indiqué que la Chine aurait commencé à entraîner des pilotes pour les appareils du porte-avion dès 2008.

« Bien qu'il soit amarré au port de Dalian, dont l'entrée est interdite aux étrangers, l'existence de ce porte-avion de 67500 tonnes est difficilement camouflable », estime le Guardian.

La construction ne semble plus un mystère. Or ses impacts sur la région, voire sur le monde, suscitent de nombreux commentaires.

Selon un article intitulé « Les Chinois arrivent », paru dans la revue japonaise Savant diplomate, nombreux sont des officiers américains de haut niveau qui ne s'inquiètent pas du porte-avion chinois. Certains ont même plaisanté en disant que même si la Chine en construisait cinq autres, cela ne constituerait pas une menace pour les Etats-Unis. Néanmoins, tout le monde suit de très près l'évolution de la Chine cette année.

Selon un article paru sur le site Internet du Dialogue de la défense, à partir du moment où la Chine sera en possession d'un porte-avion, les Etats-Unis seront contraints de réévaluer leur stratégie pour la région Asie-Pacifique et les impacts de la portée du porte-avion seront plus grands que sa propre puissance. D'autre part, comme 80% du pétrole importé par la Chine passent par le détroit de Malacca, cogéré par plusieurs pays, protéger ce canal maritime est la priorité de la marine chinoise. Avec le porte-avion, la marine chinoise élargira à n'en pas douter sa puissance et sa sphère d'influence.

Wang Fan, directeur du Centre d'étude des relations internationales de l'Institut de diplomatie, a souligné que le porte-avion chinois est à visée défensive et aura un impact limité sur les autres pays. Au cours des dernières décennies, tant de pays se sont équipés de porte-avions. Ces derniers ne s'avèrent plus aussi importants qu'auparavant sur le plan militaire. Dans la guerre moderne, sont utilisées le plus souvent des armes comme missiles à longue portée. Le porte-avion n'est qu'un équipement moderne classique. Il n'a pas de signification décisive sur la maîtrise de la mer. Il est une étape de la modernisation de l'armée de mer.

Selon Zhang Minqian, directeur exécutif du Centre d'études stratégiques de la sûreté de l'Etat de l'Institut des relations internationales, la Chine dépend de plus en plus du marché international. Chaque année, le transport de 200 millions de tonnes de pétrole nécessite d'être protégé en mer. En tant que grand pays, la Chine développe sa force militaire. C'est tout à fait légitime.

La construction du porte-avion signifie que la Chine est de plus en plus consciente de sa défense en mer. Pour les pays voisins, il est normal de ressentir une certaine pression. Cela nécessite davantage d'explications de la part de la Chine sur ses intentions. Subjectivement, la Chine ne souhaite faire pression sur ses voisins. Le porte-avion montre en soi une attitude défensive. La Chine est dotée d'une longue ligne côtière. Il est normal qu'elle protège ses propres intérêts. Le développement du porte-avion en Chine n'est pas en conflit avec l'intégration de l'Asie du Nord. L'intégration ne signifie pas ne plus développer sa puissance militaire.

La stratégie américaine de retour en Asie-Pacifique a été mise en œuvre il y a longtemps. D'après la tendance observée ces dernières années, les Etats-Unis ont intensifié la coopération stratégique avec leurs alliés d'Asie-Pacifique et cela a exercé une grande pression sur la Chine. Le porte-avion permet de soulager, dans certaine mesure, cette pression.

D'un autre côté, des problèmes dans les relations internationales ne peuvent pas être résolus en s'appuyant sur un ou deux porte-avions. Le porte-avion chinois vise essentiellement à protéger ses intérêts outre-mer, notamment en luttant contre la piraterie. Le premier porte-avion signifie l'amélioration de la force militaire de notre pays et revêt dans une grande mesure un caractère symbolique. Si d'autres porte-avions devaient être bâtis pour la prochaine étape, cela révèlerait un problème pour l'avenir.



Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
L'Organisation de coopération de Shanghai définit ses tâches pour la prochaine décennie
Rencontre des présidents chinois et tadjik à Astana
Tensions en Mer de Chine méridionale : un test grandeur réelle pour la Chine
Que cherche Google, en calomniant la Chine ?
Quand l'économie de la Chine dépassera t-elle celle des Etats-Unis ?