Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 17.06.2011 15h46
Les Etats Unis sont responsables des tensions actuelles en Mer de Chine Méridionale

Afin de déchiffrer les sentiments de la Chine sur le défilé de nouvelles concernant les tensions actuelles en Mer de Chine Méridionale, rien ne semble plus approprié que ce proverbe chinois : L'arbre recherche le calme, mais le vent ne se calmera pas.

Il semble que le Vietnam et les Philippines se livrent une concurrence mutuelle pour faire monter la tension dans les territoires maritimes disputés. Cette semaine seule a en effet vu une série d'actes de provocation de la part des deux pays.

D'après un article de l'AFP publié lundi, le Bureau de la présidence des Philippines, suivant le protocole du Ministère de la Défense du pays, a changé le nom de la Mer de Chine Méridionale en Mer des Philippines Occidentales ».

Dans une autre tentative de réaffirmer ses prétentions sur certaines îles de la Mer de Chine Méridionale, l'édition de mardi du Philippine Daily Inquirer a révélé que la marine de ce pays avait retiré certains marqueurs « étrangers » installés sur trois récifs et bancs situés sur les îles disputées au large de Palawan en mai dernier et fait échouer la semaine dernière une tentative de les réimplanter.

Du côté vietnamien, une série d'évènements récents ont réveillé les sentiments anti-chinois dans le pays. Tandis que des manifestants vietnamiens continuaient à protester devant les portes de l'Ambassade de Chine à Hanoï, la marine de ce pays conduisait des exercices à munitions réelles lundi en Mer de Chine Méridionale. Compte tenu du moment où se sont tenus ces exercices, il sera bien difficile de dire que le Vietnam n'a pas intentionnellement cherché à exacerber la série actuelle de disputes par sa démonstration de force éhontée.

Le même jour, le Premier Ministre du Vietnam a signé un décret d'éligibilité à la conscription militaire. Bien que ce texte ne soit un ordre de mobilisation générale, il clarifie la position de chacun, en précisant qui sera exempté de service armé en cas de guerre. Dans le contexte actuel de fortes températures en Mer de Chine Méridionale, on pourrait croire que ce pays se prépare au pire, si jamais les tensions actuelles venaient à s'aggraver encore.

Comme tel, il est clair comme de l'eau de roche que ce n'est pas la Chine qui est responsable du début des tensions actuelles sur le problème de la Mer de Chine Méridionale. Bien qu'elle ne manque ni de moyens ni de ressources pour faire preuve de sa souveraineté sur la Mer de Chine Méridionale, elle a appelé à plusieurs reprises à une solution pacifique pour résoudre le conflit. Elle limite toujours ses activités sur le territoire maritime disputé aux lois internationales.

La Chine estime que les pays concernés devraient respecter la Déclaration sur la Conduite des Parties en Mer de Chine Méridionale. Signé en 2002, ce document insiste sur le fait que les conflits devraient être résolus par le biais de consultations et négociations bilatérales amicales entre les Etats souverains directement concernés.

Il y a aussi un consensus dans le cadre de l'Association des Nations de l'Asie du Sud-est (dite ASEAN) que le problème de la Mer de Chine Méridionale ne devrait pas être internationalisé.

Mais hélas, il se pourrait bien que des facteurs extérieurs aient alimenté les récentes frictions sur ce sujet.
Pour une raison, le fait que les Etats-Unis s'intéressent de plus en plus à la région, ce qui pourrait stimuler par ricochet l'appétit de certains pays d'Asie sur ce plan.

L'année dernière, Washington a promis qu'elle chercherait à obtenir un plus grand rôle en Asie. La Secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a ainsi ravivé la querelle entre les parties concernées lors de sa participation au Forum Régional de l'ASEAN le 23 juillet 2010. Elle a fait un lien directe entre les intérêts nationaux des Etats-Unis et la Mer de Chine Méridionale.

Depuis lors, de nombreux analystes en Asie pensent que le problème de la Mer de Chine Méridionale pourrait constituer un marchepied idéal pour les Etats-Unis pour s'immiscer dans les affaires asiatiques.

La tension actuelle sur le problème de la Mer de Chine Méridionale n'aurait sans doute pas éclaté si les Etats-Unis ne s'en étaient pas mêlés. Ce qui n'empêche pas qu'à Washington, certains ne soient pas encore satisfaits. Lundi, le sénateur Jim Webb, qui dirige le sous-comité du Sénat pour les relations extérieures en Asie de l'Est, a pressé le Congrès d'en faire davantage pour critiquer la Chine sur le nombre de croissant de frictions maritimes.

Ces remarques chargées de parti-pris ne peuvent qu'élargir les dissensions et entraver les efforts destinés à résoudre les conflits par des moyens pacifiques.

Ceux qui cherchent avec avidité le soutien des Etats-Unis devraient tout de même se souvenir de ceci : quand il s'agit de projeter sa force dans le monde, Washington met toujours ses intérêts au dessus de ceux des autres. Et les expériences du passé montrent aussi que chaque fois que les Etats-Unis interviennent dans une région ou un pays, cela ne provoque que plus de chaos.

Le point de vue exprimé ici ne reflète pas nécessairement celui du Quotidien du Peuple.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
L'Organisation de coopération de Shanghai définit ses tâches pour la prochaine décennie
Rencontre des présidents chinois et tadjik à Astana
La valeur stratégique de la Russie pour la Chine
Le marché des antiquités chinoises volées, un problème mondial
La menace militaire chinoise, un mythe à détruire