Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 18.07.2011 16h22
Les relations militaires sino-américaines progressent

Les échanges bilatéraux sont importants pour les armées chinoise et américaine si elles veulent améliorer la compréhension et trouver davantage de consensus.

La récente visite en Chine du patron des chefs d'état-major conjoints américains, Mike Mullen, renforcera plus encore les liens bilatéraux de militaires à militaires qui se sont considérablement réchauffés depuis la visite d'Etat du Président Hu Jintao aux Etats-Unis en janvier dernier.

Durant sa visite de quatre jours, qui s'est achevée mercredi dernier, l'Amiral Mullen a prononcé un discours à la prestigieuse Université Renmin de Chine et rencontré le Vice-président Xi Jingping, qui est aussi Vice-président de la Commission Militaire Centrale. Il a aussi visité des bases militaires des régions militaires de Ji'nan et Nanjing, et discuté avec des pilotes de chasseurs SU-27 sur les capacités de l'avion. L'Amiral Mullen a également pu aller voir la Seconde Force d'Artillerie de l'Armée Populaire de Libération, lors de ce qui fut la première visite d'un haut responsable militaire américain à l'unité militaire responsable des missiles et réserves nucléaires de la Chine.

Cette visite sans précédent de l'Amiral Mullen a constitué un traitement réciproque accordé en mai dernier au Chef d'Etat-Major de l'Armée Populaire de Libération, Chen Bingde, qui avait fait une tournée d'inspection de certaines bases et installations militaires américaines.

La visite de Mike Mullen à la Seconde Force d'Artillerie pourra sans doute, jusqu'à un certian point, satisfaire la curiosité du Pentagone sur l'arsenal stratégique nucléaire de la Chine, considéré depuis longtemps comme la partie la plus secrète et la plus indéfinissable du développement militaire de la Chine. Ces dernières années, les délégations militaires américaines se plaignaient tout le temps que leur hôtes chinois ne leur organisaient que des visites à la Grande Muraille ou à la Cité Interdite, ce qui était en fort contraste avec l'accès donné aux responsables militaires chinois aux bases et installations militaires américaines, disent-ils.

Les visites de hauts responsables militaires aux installations militaires-clés de l'autre partie reflètent la sincérité des efforts des deux côtés pour renforcer les liens militaires bilatéraux.

« La Chine et les Etats-Unis devraient considérer sincèrement l'autre comme un partenaire coopératif plutôt que comme un adversaire », avait dit le Ministre de la Défense Liang Guanglie lors d'une rencontre avec l'ancien Secrétaire à la Défense américain Robert Gates à Singapour.

La visite de l'Amiral Mullen est intervenue dans un contexte de tensions persistantes en Mer de Chine Méridionale et d'exercices militaires américains fréquents avec les Philippines, l'Australie et le Japon. Un autre exercice est prévu aussi entre les Etats-Unis et le Vietnam. Tout cela a causé, et causera encore, de sérieuses inquiétudes en Chine et a été un sujet de discussion-clé entre l'Amiral Mullen et ses hôtes chinois.

Cependant, malgré l'amélioration des relations, la visite de l'Amiral Mullen n'a pas réussi à effacer les divergences entre la Chine et les Etats-Unis au sujet de la Mer de Chine Méridionale. Durant sa rencontre avec Mike Mullen, Chen Bingde a critiqué les exercices militaires conjoints des Etats-Unis avec le Vietnam et les Philippines, les qualifiant d'inappropriés, et dit que le conflit pouvait être résolu sans l'intervention des Etats-Unis. Le Général Chen a également dénoncé les activités de surveillance américaines dans les eaux au large de la Chine, les jugeant inutiles. En réponse, l'Amiral Mullen a répondu que les Etats-Unis sont et resteront une puissance de la Région Asie-Pacifique et ne s'écarteront pas de la région, car leur présence est importante pour leurs alliés asiatiques.

En fait, la présence militaire croissante des Etats-Unis dans la Région Asie-Pacifique est une partie très importante de leur stratégie de « retour en Asie », comme le montre la présence militaire renforcée de Washington dans le Nord-Est de l'Asie en 2010, à la suite de l'augmentation des tensions dans la Péninsule Coréenne et en Asie du Sud-Est cette année. Maintenir une supériorité militaire en Asie-Pacifique est, aux yeux de Washington, une façon importante de soutenir et de prolonger son statut dominant dans la région.

S'il y a un manque de confiance mutuelle entre la Chine et les Etats-Unis, alors cela reste encore particulièrement évident entre leurs armées. Le Pentagone surestime systématiquement la puissance militaire de la Chine, en dépit du fait que ses armements et équipements ont toujours vingt ans de retard sur ceux des Etats-Unis, comme l'indique le rapport annuel du Pentagone sur la puissance militaire chinoise.

Cependant l'Amiral Mullen pense que la Chine est en train de développer des capacités militaires visant les Etats-Unis et le renforcement militaire de la Chine est considéré comme un grand défi à la domination américaine établie depuis longtemps dans la Région Asie-Pacifique. Le Pentagine croit même que l'équilibre des pouvoirs établi en Asie de l'Est a été affecté par l'émergence de la Chine, en tant que résultat de l'accent excessif mis par les Etats-Unis sur les opérations de lutte contre le terrorisme et leur engagement dans les guerres d'Irak et d'Afghanistan.

Pour effacer ces malentendus et renforcer la confiance mutuelle, les armées chinoise et américaine devraient accroitre leurs échanges. Fort heureusement, tout une série de consensus a été trouvée sur les échanges militaires bilatéraux lors des mois qui ont précédé la visite de l'Amiral Mullen en Chine.

L'établissement de relations militaires fiables et à long terme entre la Chine et les Etats-Unis est dans l'intérêt des deux pays, comme l'a affirmé l'Amiral Mullen. Il est donc à espérer que les Etats-Unis prendront plus d'actions concrètes pour effacer les obstacles et faire avancer les liens militaires bilatéraux, pour qu'ils se développent d'une façon stable et durable.

L'auteur est un universitaire chercheur émérite au Centre pour les Relations Etats-Unis-Chine à l'Université Tsinghua.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Tibet lance sa première autoroute
Chine : fin de la construction de la première entreprise de traitement des eaux usées à Lhassa
La curieuse morale de certains medias occidentaux
Pour un monde à trois monnaies de réserve
Chine-Etats-Unis : les discussions franches sont constructives