Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 06.09.2011 08h16
La Chine n'est pas opposée "en principe" au dégel des avoirs libyens

La Chine a déclaré lundi ne pas être opposée "en principe" au dégel des avoirs libyens après que le chef du Conseil national de transition (CNT) de Libye a accusé le pays de bloquer les procédures.

"La Chine n'est pas opposée en principe au dégel des avoirs libyens", a affirmé lors d'un point de presse, la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Jiang Yu.

"Toutefois, dans l'esprit d'être responsable devant le peuple libyen, la Chine et certains des autres membres du Conseil de sécurité de l'Onu maintiennent que l'utilisation des avoirs et le mécanisme de supervision doivent être davantage spécifiés," a expliqué la porte-parole.

Les remarques de Mme Jiang Yu interviennent après que le chef du CNT Moustapha Abdel Jalil eut déclaré que la Chine bloquait le dégel des avoirs libyens.

Certains pays ont soumis une demande auprès du Comité des sanctions du Conseil de sécurité de l'Onu pour débloquer les avoirs gelés du gouvernement libyen.

"Après que les pays requérants eurent soumis davantage d'informations, la demande a été approuvée par le Comité des sanctions du Conseil de sécurité de l'Onu", a fait remarquer Jiang Yu.

La porte-parole a indiqué que la Chine prêtait une attention particulière à la situation humanitaire en Libye et avait offert une assistance humanitaire depuis le début de la crise libyenne en février.

Elle a souligné que la Chine était restée en contact avec les deux parties en Libye durant la crise et avait joué un rôle positif dans la promotion du dialogue et de la paix.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Championnats d'athlétisme de Daegu : la délégation chinoise remporte ses meilleurs résultats depuis 18 ans
La Corne de l'Afrique, un test pour notre conscience
Les Etats-Unis peuvent-ils réduire un peu leurs dépenses militaires et leur dette, quand ils parlent de la « menace militaire chinoise » ?
L'occident n'a pas renoncé à son intention de déterminer l'orientation du développement du Moyen-Orient