Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 16.11.2011 16h26
La « profonde inquiétude » imposée à autrui révèle la pensée perfide et insidieuse de certains

La Chine, le Laos, le Myanmar et la Thaïlande ont publié conjointement en fin du mois dernier un communiqué sur leur coopération en vue de faire respecter la loi et d'assurer la sécurité dans le bassin du Mékong. Pour certains médias occidentaux, c'est une nouvelle occasion qui leur permet de noircir et de dénigrer la Chine et ils la saisissent en disant que celle-ci désire mettre à profit les opérations conjointes, qui seront lancées dans le cadre du mécanisme de la coopération pour l'application de la loi et pour la garantie de la sécurité, afin d' « établir une nouvelle ligne frontière stratégique en Asie du Sud Est » et que les pays concernés de la région éprouvent à cet égard « une profonde inquiétude et une sérieuse préoccupation qu'ils ont de la difficulté à exprimer ».

A chaque fois que la Chine approfondit ses relations de coopération avec ses pays voisins, il y a toujours des individus non concernés qui se permettent de tenir des propos déplacés et de faire des remarques irresponsables. Quant à nous, il est de notre devoir de donner des explications afin d'éclaircir l'affaire et pour que la vérité soit connu de tous. Il n'y a point d'effet sans cause et la coopération entre la Chine, le Laos, le Myanmar et la Thaïlande en vue de renforcer l'application de la loi et d'assurer la sécurité dans le bassin du Mékong a sa raison d'être : en début du mois dernier, deux cargos chinois, la « Huaping » et le « Yuxing-8 », ont été attaqué soudainement au Triangle d'or sur le Mékong et tout leur équipage, composé de treize marins chinois, a été sauvagement tué et assassiné. C'est ainsi que la sécurité du transport fluvial n'est plus assurée sur le Mékong, ce qui porte atteinte gravement et sérieusement aux intérêts de la population des quatre pays que traverse le fleuve.

Le Mékong est un fleuve international long de plus de quatre mille kilomètres et il occupe actuellement une place de plus en plus importante sur la scène asiatique, du fait que les pays qu'il traverse apportent une contribution croissante au développement économique de toute l'Asie. Pour ce qui est de la Chine, elle a toujours pris en grande considération sa coopération avec les autres pays riverains du Mékong et elle joue un rôle important dans le développement de la navigation sur le fleuve, laquelle apporte une excellente rentabilité économique à l'ensemble des pays riverains et surtout contribue de façon importante à l'amélioration de la vie de la population riveraine.

Le chenal du Mékong est devenu un important lien de communication pour les pays riverains qui l'utilisent pour développer leurs échanges économiques et commerciaux bilatéraux et multilatéraux. D'autre part, il est une importante voie de communication pour la zone de libre-échange Chine – ASEAN ‘Association des Nations de l'Asie du Sud Est). C'est la raison pour laquelle la sécurité de la navigation sur le Mékong constitue un problème étroitement et directement lié au développement économique de toute la région.

La coopération entre les quatre pays concernés en vue d'appliquer la loi et d'assurer la sécurité dans le bassin du Mékong est non seulement utile et favorable à la Chine, mais également à l'ensemble des pays de l'ASEAN. Les efforts en vue de promouvoir cette coopération répondent à la politique diplomatique de bon voisinage appliquée par la Chine qui désire assurer la paix, le calme et la tranquillité chez ses pays voisins afin qu'ils puissent s'enrichir et se développer avec elle. La coopération quadruple ne peut être réalisée uniquement par la Chine ni par aucun des trois autres pays seuls, car c'est seulement en réunissant leurs efforts et en prenant collectivement la décision qu'elle pourrait être réalisée. En étudiant sérieusement le texte du communiqué conjoint qui vient d'être publié, on peut constaté clairement de cela, pourvu que l'on soit juste, équitable et impartial.

On comprend parfaitement le but de certains médias occidentaux qui en tirent une conclusion tout à fait contraire, car l'idée de la « menace chinoise » a été toujours utilisée par eux comme « preuve de témoignage » dans les histoires qu'ils racontent sur l'Asie. En essayant d'interpréter l' « inquiétude », le « souci » et la « préoccupation » des autres, ils ne font que de dévoiler et de mettre à nu une fois de plus leur pensée sournoise, perfide, insidieuse et ténébreuse.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Chen Quanguo élu secrétaire du Comité du PCC pour le Tibet
Nouvelles principales du 16 novembre
Les objectifs trans-Pacifique des Etats-Unis
Pourquoi les marques internationales adoptent-elles en Chine une attitude « à double critère »
Faut-il vraiment limiter les émissions de divertissement à la télévision ?