Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 25.11.2011 08h45
La Chine salue la signature d'un accord de transfert du pouvoir au Yémen

La Chine a salué jeudi la signature d'un accord politique au Yémen, qualifiant cette entente d'étape importante dans le processus de transition politique de ce pays.

"La Chine salue la signature d'un accord entre les parties yéménites et le mécanisme de mise en oeuvre de cet accord initiés par le Conseil de coopération du Golfe", a déclaré Liu Weimin, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, lors d'une conférence de presse.

Les commentaires de Liu Weimin font suite à la signature mercredi soir d'un accord de transition du pouvoir par le président du Yémen, Ali Abdallah Saleh, et les parties concernées sous la médiation du Conseil de coopération du Golfe, à Riyad, capitale de l'Arabie Saoudite.

Selon l'accord, le président démissionnera et transférera les pouvoirs au vice-président Abd-Rabbu Mansour Hadi en échange d'une immunité contre toute poursuite. Hadi formera ensuite un gouvernement dirigé par l'opposition et organisera des élections présidentielles dans les 60 jours.

La signature de cet accord survient au bout de près de neuf mois de manifestations réclamant le départ du président Saleh, au pouvoir depuis trente-trois ans.

"La Chine espère que les parties yéménites appliqueront l'accord avec sérieux, rétabliront l'ordre social au plus vite et instaureront la stabilité et le développement dans le pays", a indiqué Liu Weimin.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Signature de 14 accords de coopération entre la Chine et le Turkménistan
Nouvelles principales du 24 novembre
La liste des écrivains riches ne cache pas la vie modeste d'écrivains en Chine
La Chine et les Etats-Unis assument la responsabilité du redressement économique mondial
Les Américains d'origine chinoise qui désirent faire une carrière politique doivent commencer à partir de « grass roots »