Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 30.11.2011 09h14
Le premier porte-avions chinois prend la mer pour de nouveaux tests

Le premier porte-avions chinois a quitté son port d'attache mardi pour une deuxième série d'essais, qui devraient probablement comprendre aussi des tests d'envol et d'appontage depuis le navire.

« Des avions embarqués devraient probablement décoller et apponter sur le navire pour la première fois, car ce genre de tests ne peut se faire à quai », a dit Yin Zhuo, contre-amiral à la retraite et expert militaire.
Il a ajouté qu'une des composantes importantes des essais sera de mettre à l'épreuve les câbles d'acier utilisés pour accrocher l'avion et le faire ralentir après l'appontage. Ces câbles peuvent provoquer l'arrêt d'un avion arrivant à 300 km/h sur une courte distance.

Des catapultes pourraient aussi être testées pour voir si elles peuvent aider à envoyer différents types d'aéronefs en l'air.

« Bien sûr, une autre tâche sera de tester les communications entre le navire et les avions, et de voir si le système de navigation est en mesure ou non de diriger les avions vers leurs emplacements désignés », a ajouté l'amiral Yin.

Des articles de presse ont affirmé que ce seront des chasseurs embarqués de type J-15 qui seront déployés sur le porte-avions, mais cette information n'a pas été confirmée par les autorités militaires.

De son côté, le Ministère de la Défense Nationale a déclaré dans un communiqué que ce navire à propulsion à vapeur a achevé tous ses travaux de refonte et d'essais comme prévu après ses premiers essais en mer à la mi-août, et qu'il prenait à nouveau la mer pour des expériences et des recherches scientifiques supplémentaires.

Prévu à l'origine pour la marine soviétique, le construction de ce navire avait été arrêtée après l'effondrement de l'Union Soviétique en 1991. Les ingénieurs ukrainiens l'avaient ensuite désarmé et retiré ses moteurs, avant qu'il ne soit revendu à la Chine en 1998.

Le vaisseau, un porte-avions de la classe Amiral Kouznetsov, qui mesure 304,5 mètres de long et jauge 58 500 tonnes, a subi une refonte pour servir à l'entraînement et à la recherche en Chine.

Shi Yinhong, expert en affaires internationales à l'Université Renmin de Chine, pense que l'annonce de la deuxième série d'essais en mer est surtout destiné à informer les citoyens chinois de la manière dont la préparation du porte-avions se déroule.

« Les gens sont très intéressés par ce porte-avions, et l'armée les tient au courant de ses nouveaux progrès au cours de sa longue préparation », dit-il.

La Chine sera le dernier membre permanent du Conseil de Sécurité des Nations-Unies à mettre en service un porte-avions pleinement opérationnel quand il sera livré à la marine de l'Armée Populaire de Libération.

Il y a aujourd'hui 21 porte-avions en service dans le monde, mis en oeuvre par les marines américaine, britannique, française, espagnole, italienne, indienne, brésilienne et thaïlandaise.
A elle seule, l'US Navy en possède onze.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
La Chine élabore les grandes lignes de réduction de la pauvreté dans les zones rurales pour les dix prochaines années
Nouvelles principales du 29 novembre
Ce ne serait pas seulement le vaincu qui « paierait un prix cher » pour la guerre
L'immolation par le feu vue de la règle fondamentale du bouddhisme
La France désire être le « sonnailler » quant à l'ingérence dans la situation en Syrie