Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 07.12.2011 09h37
Les immolations dans les régions tibétaines sont liées à un complot étranger

Les incidents d'immolations de moines et de bonzesses dans certaines régions peuplées de Tibétains de la province du Sichuan (sud-ouest) sont liés à un complot étranger, a déclaré un expert chinois en Tibétologie dans un article signé.

Des incidents d'immolations sont survenus dans quatre monastères de Bouddhisme tibétain, notamment au Monastère de Kirti dans la préfecture autonome Tibétaine et Qiang d'Aba au Sichuan.

"Nous avons appris ce qui se cache derrière ces événements", a indiqué Zhang Yun, chercheur du Centre de Tibétologie de Chine, dans un article publié par l'Agence de presse de Xinhua.

Le Bouddha vivant du monastère de Kirti, qui a pris la fuite en 1959 et depuis lors vécu à Dharamsala en Inde, a exercé une influence sur ce monastère, a indiqué M. Zhang. Le Bouddha vivant a servi de secrétaire privé du 14ème dalaï lama et du chef religieux du "gouvernement tibétain en exil".

Après les émeutes meurtrières de Lhassa du 14 mars 2008, des moines qui avaient fui le monastère ont établi une "équipe de coordination" pour comploter et organiser des opérations.

Des scandales sont apparus quand certains auraient acheté les corps des victimes des immolations, a-t-il écrit dans son article.

"Les gens sont révulsés et en colère contre les cerveaux de ces opérations, les partisans et les laudateurs des immolations, alors qu' ils éprouvent un grand sentiment de tristesse pour la perte de jeunes vies", a indiqué M. Zhang.

Le Bouddhisme demande à ses croyants de garder à coeur le sentiment de compassion et comme valeur fondamentale de ne pas tuer d'être vivant. "Le Bouddhisme tibétain s'en tient à une superbe tradition à cet égard", a déclaré Zhang Yun.

Cependant, les comportements cruels de certains moines pendant les émeutes de Lhassa et les récentes immolations ont terni l'image du Bouddhisme tibétain auprès des personnes ordinaires, a indiqué M. Zhang.

Dans son article, M. Zhang relate que des scènes choquantes se sont produites lors de ces immolations au Sichuan : de jeunes moines s'incendiant sous l'incitation de leurs supérieurs; la police et le personnel médical essayant de leur sauver la vie, tandis que ces hauts moines essaient de perturber leurs efforts ; les parents des moines blessés implorant pour la libération de leurs enfants, livrés à leur propre sort.

"Ces immolations ont mis en question non seulement l'obéissance de ces monastères aux préceptes fondamentaux du Bouddhisme, mais aussi s'ils occupaient le plus bas échelon moral que puisse atteindre l'être humain", a souligné M. Zhang.

Les immolations, l'incitation à ces crimes et l'achat des corps, tous ces actes liés ont poussé les gens à questionner la nature des enseignements dans ces monastères, a-t-il souligné.

"Si les hauts moines n'ont pu enseigner la compassion à de jeunes moines, et si ces derniers ne peuvent respecter les préceptes fondamentaux, comment peuvent-ils remplir leur responsabilité de sauver l'humanité?", a demandé Zhang Yun.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Chine : nouveau record du nombre de dépôts de brevets
Nouvelles principales du 6 décembre
Il nous faut observer avec sang-froid l'escalade du tapage anti-chinois déclenché par Washington
La Chine se tourne aussi maintenant vers la fabrication de vin à Bordeaux...
Ce ne serait pas seulement le vaincu qui « paierait un prix cher » pour la guerre