Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 10.02.2012 08h05
Xi Jingping aux Etats-Unis : une visite à grand potentiel

Parce que cette année verra l'élection présidentielle aux États-Unis et qu'une nouvelle direction prendra les rênes en Chine, il est peu probable que les relations américano-chinoises fassent de grands progrès en 2012. Néanmoins, l'ordre du jour pour le Vice-président chinois Xi Jinping en visite les 14 et 15 février à Washington sera chargé en discussions sur des questions importantes, à un moment où les développements futurs, tant au niveau régional que mondial, sont plus imprévisibles que jamais.

2012 sera une année de changements politiques dans toute l'Asie, avec des élections à venir dans la Région Administrative Spéciale de Hong Kong, en Corée du Sud et en Russie. Des élections pourraient aussi avoir lieu au Japon en 2012. En outre, la République Populaire Démocratique de Corée vient aussi de connaître un changement de dirigeant, Kim Jong-un ayant pris le pouvoir après la mort soudaine de son père Kim Jong-il en décembre dernier. Jamais auparavant autant de pays-clés de la région n'avaient fait face à des changements de gouvernants possibles au cours d'une même période de 12 mois.

Inévitablement, les dirigeants nationaux de tous ces pays sont aujourd'hui surtout portés sur les développements nationaux et sont susceptibles de devenir plus « chatouilleux » sur les questions internationales qui ont une résonance nationale. De grandes incertitudes sur ce qui se passera en Europe et ses effets potentiels sur l'économie mondiale ajouteront encore aux questions sur les principaux résultats de 2012.

La visite de Xi Jinping a lieu trois mois après le voyage du président américain Barack Obama en novembre à Honolulu et en Asie. Lors de ce voyage, Barack Obama a confirmé la décision des États-Unis de maintenir un rôle de leader dans la région sur le long terme. Cette situation a suscité des discussions nourries sur les implications potentielles pour les relations américano-chinoises.

Lors de son séjour dans la capitale américaine, Xi Jingping rencontrera non seulement le Vice-président américain Joe Biden, mais aussi le Président Obama et les chefs des principaux ministères. Ces réunions porteront sur des questions importantes, allant notamment du commerce aux investissements bilatéraux et de l'Iran à la prolifération nucléaire jusqu'à des questions de sécurité en Asie. Chacune de ces questions a à la fois une dimension immédiate qui sera le centre de l'attention de tous et un impact durable sur les relations stratégiques à long terme entre les États-Unis et la Chine.

Même avec cette longue liste de questions de fond, l'aspect le plus significatif de la visite de Xi Jingping est un aspect susceptible d'être moins visible - commencer à jeter les bases d'une compréhension mutuelle personnelle entre un membre de la prochaine génération de dirigeants chinois et un président américain susceptible de rester à la Maison Blanche jusqu'en janvier 2017. Cette compréhension mutuelle - le genre de détails auquel les dirigeants politiques accordent une grande valeur - est particulièrement nécessaire si les États-Unis et la Chine veulent traiter avec succès le problème le plus grave pouvant perturber l'avenir de leurs relations, la méfiance à long terme de chaque côté envers les intentions de l'autre .

Certains en Chine ont regardé de près le voyage du Président Obama en Asie en novembre 2011 et y ont vu des preuves soutenant leurs soupçons à l'égard des États-Unis, qu'ils suspectent de chercher à limiter ou même perturber l'émergence de la Chine. Certains aux États-Unis regardent eux les politiques en matière d'économie et de sécurité de la Chine, et voient en elles une approche qui laisse présager d'efforts destinés à favoriser le déclin de l'Amérique, et donc la montée en puissance de la Chine.

Quelques heures de face-à-face ne changeront pas ces soupçons sous-jacents. Mais elles peuvent tout de même permettre aux dirigeants de chaque pays de commencer à acquérir un sentiment personnel au sujet de la sincérité, des façons de penser et des préoccupations réelles de leurs homologues. C'est une première étape nécessaire vers l'apaisement des préoccupations profondes et la confiance. Sans un certain niveau de compréhension personnelle, les risques que les deux côtés ne s'enfoncent dans des impressions mutuelles de plus en plus négatives augmenteront considérablement.

Compte tenu des pressions de la politique intérieure dans les deux pays, il n'est pas réaliste de s'attendre à des engagements concrets sur les questions à long terme ou faisant l'objet de controverses lors de la visite de Xi Jinping. Mais pour jeter les bases de relations efficaces en 2013 et au-delà, Vice-Président Xi et ses hôtes de la Maison Blanche devraient allouer du temps pour discuter spécifiquement de la façon de développer un dialogue plus approfondi que celui que les deux côtés ont aujourd'hui sur les questions les plus cruciales, qui vont fortement influer sur le long terme les relations entre les deux pays s'il n'y a pas de compréhension mutuelle entre eux. Deux de ces question- clés sont les suivantes :

Tout d'abord, quels déploiements militaires respectifs en Asie pourront à la fois permettre à la Chine de protéger ses intérêts vitaux et permettre aux États-Unis de respecter leurs engagements existants en matière de sécurité envers leurs amis et leurs alliés dans la région? Faute d'améliorer la compréhension sur cette question de base, on risque l'escalade mutuelle des déploiements militaires dans la région, et en fin de compte l'augmentation des coûts et une baisse de la sécurité pour les deux parties.

Deuxièmement, que faire pour que les deux côtés s'engagent à réduire les risques de cyber-conflits qui augmentent rapidement, au point où cela peut produire des dommages importants? Le cyberespace est un domaine relativement nouveau qui s'est rapidement déplacé vers le centre des relations américano-chinoises et porte grandement atteinte à la confiance mutuelle. Il faudra inévitablement beaucoup de temps pour que les discussions sur cette question parviennent à maturité. Compte tenu des risques, il est grand temps de renforcer le dialogue sur cette question.

En somme, il s'agit d'une période de changements exceptionnels dans la région Asie-Pacifique, et les États-Unis et la Chine y sont les deux acteurs les plus importants. Ils peuvent gérer leurs problèmes-clés à court terme, mais il faudra beaucoup de travail pour améliorer les chances de maintenir des relations constructives à long terme. La visite du Vice-Président Xi Jingping peut contribuer de manière significative à jeter des bases en termes de compréhension mutuelle personnelle au plus haut niveau.

Enfin, les apparitions publiques de Xi Jingping peuvent créer des images plus populaires et durables, ce qui pourrait lui faciliter la tâche pour gérer les relations américano-chinoises quand il aura pris la direction du pays. Je me souviens encore bien de la visite de Deng Xiaoping à un rodéo au Texas en 1979. Lorsque Deng s'y coiffa d'un chapeau de cow-boy, il créa une image qui le fit paraître beaucoup plus naturel et compréhensible pour le peuple américain. Chaque rencontre avec les médias - en particulier celles où Xi Jingping voyagera loin de Washington vers l'Amérique profonde de l'Iowa et vers la métropole de la côte ouest, Los Angeles - sera importante.

L'auteur est directeur du John L. Thornton China Center, et professeur aux programmes de politique étrangère et d'économie et de développement mondiaux et à la Brookings Institution. Il a également été directeur principal pour l'Asie au Conseil de sécurité nationale de 1998 à 2000.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Nouvelles principales du 9 février
Sélection du Renminribao du 9 février
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?