Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 27.03.2012 13h22
Le président chinois Hu Jinitao au sommet de Séoul sur la sécurité nucléaire

Le président chinois Hu Jintao et les dirigeants de plus de 50 pays et organisations internationales se sont réunis mardi à Séoul pour explorer les voies et moyens permetant de renforcer la coopération internationale en matière de sécurité nucléaire.

Lors de leur rencontre au sommet de Séoul sur la sécurité nucléaire, les dirigeants devraient passer en revue les acquis accomplis à cet effet depuis le sommet de Washington tenu en 2010.

Ils vont se pencher sur les mesures de coopération pour neutraliser les menaces du terrorisme nucléaire, protéger les matières nucléaires et les installations y afférentes et prévenir le trafic illicite de matières nucléaires.

Dans son adresse bi-hebdomadaire prononcée la semaine dernière, le président sud-coréen Lee Myung-bak, hôte du sommet, a déclaré que pour l'heure, les matières radioactives susceptibles d'être utlisées pour fabriquer jusqu'à 130 000 armes atomiques se trouvaient réparties partout dans le monde.

"L'objectif du sommet sur la sécurité nucléaire est d'empêcher ces matières nucléaires de bomber entre les mains des groupes terroristes", a-t-il souligné.

En outre, les participants vont aussi échanger leurs points de vue sur le renforcement de la sécurité nucléaire, sujet qui attire plus d'attention après la catastrophe nucléaire de Fukushima au Japon l'année dernière.

La Chine attache une grande importance à la question de la sécurité nucléaire et s'oppose fermement à la prolifération nucléaire et au terrorisme nucléaire.

Selon les diplomates chinois, le président Hu Jintao prononcera un important discours au sommet de Séoul et évoquera la position de la Chine ainsi que les efforts déployés et les mesures prises en matière de sécurité nucléaire.

"En tant que pays qui a besoin de l'énergie nucléaire, la Chine a toujours attaché une grande importance à la sécurité nucléaire et a activement pris part à la coopération internationale dans le domaine de la sécurité nucléaire", a fait remarquer le ministre assistant chinois des Affaires étranères Ma Zhaoxu lors d'un point de presse tenu mardi dernier.

De l'avis de M. Ma, le sommet de Séoul sur la sécurité nucléaire permettra d'élargir le consensus international et d'intensifier la coopération en matière de sécurité nucléaire à l'échelle internationale.

Selon l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), de 1993 à 2011, plus de 2 100 accidents de matières nucléaires et radioactives ont été enregistrés et confirmés, dont 400 sont survenus dans des installations non autorisées, dans des mouvements ou des tentatives de vente illégale ou encore d'utilisation de matières nucléaires et radioactives.

Khammar Mrabit, directeur du bureau de l'AIEA en charge de la sécurité nucléaire, a mis l'accent sur une plus grande nécessité de renforcer la sécurité des matières nucléaires et radioactives à travers le monde.

Le sommet de Séoul est la suite du premier sommet de Washington tenu en avril 2010, au cours du quel les dirigeants de 47 pays et de trois organisations internationales avaient discuté des plans visant à renforcer la sécurité nucléaire par la prévention de l'usage abusif des matières nucléaires par les acteurs non étatiques.

En marge du sommet de Séoul, lundi, le chef de l'Etat chinois a rencontré le président américain Barack Obama, le président sud-coréen Lee Myung-bak et le président sud-africain Jacob Zuma. Ils se sont entretenus des relations bilatérales et des questions d'intérêt commun.

Après le sommet de Séoul, Hu Jintao devrait se rendre à New Delhi, en Inde, pour participer à une réunion du groupe des pays BRICS. Il devrait ensuite visiter le Cambodge.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Principales nouvelles du 26 mars
Sélection du Renminribao du 26 mars
Tuerie en série en France : un cas grave qui donne matière à de profondes réflexions
Crise iranienne : la politique « deux poids deux mesures » des Etats-Unis
Regards sur le futur ralentissement économique de la Chine