Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 29.03.2012 09h48
Le prochain sommet du BRICS, un signe des temps

Les chefs d'Etat des cinq plus grandes économies émergentes – le Brésil, la Russie, l'Inde, la Chine et l'Afrique du Sud vont participer au quatrième Sommet du BRIC qui se tiendra à New Delhi, en Inde, mercredi et jeudi.

Après que l'Afrique du Sud ait rejoint le groupe en avril 2011, la taille économique des pays du BRICS est passée à 11 700 milliards de Dollars US. Le PIB nominal combiné des pays du BRICS représentait 18,5 % du PIB mondial en 2010. Ce chiffre passe à 26,7 % s'il est mesuré en termes de parité de pouvoir d'achat.

En effet, le fossé économique entre les pays du BRICS et le G8 se réduit progressivement. Sans la Russie, le reste du G8 – le Canada, la France, l'Allemagne, le Japon, l'Italie, le Royaume-Uni et les États-Unis - représente pour 38,3 % du PIB mondial en termes de parité de pouvoir d'achat. Cet écart va se réduire encore au cours des prochaines années, plusieurs membres du G8 peinant à surmonter leurs difficultés économiques chroniques. L'expansion économique des pays du BRICS, en revanche, devrait elle rester forte et régulière.

Le BRICS n'est pas seulement un groupe rassemblant les économies de marché émergentes les plus dynamiques, mais aussi un rassemblement de trois continents en développement, l'Asie, l'Afrique et l'Amérique du Sud. Il souligne le fait que le nouveau centre de l'activité économique se déplace progressivement de l'Amérique du Nord et de l'Europe, les pays développés « du Nord », vers les pays en développement du «Sud ». Il ne comprend aucun pays de l'Organisation de Coopération et de Développement Economique, dont la plupart sont des économies développées à revenus élevés d'Amérique du Nord et d'Europe qui sont actuellement en pleine stagnation économique. Avec 42 % de la population mondiale et un potentiel économique énorme, le BRICS symbolise le nouveau « pôle » de l'économie mondiale. Dans un sens géopolitique plus large, il souligne la coopération croissante Sud-Sud, qui est encore une conséquence naturelle de l'évolution des dynamiques économiques mondiales.

La crise financière en Europe a établi l'émergence du BRICS comme une source essentielle de la stabilité économique mondiale. Il y a eu plusieurs discussions au sujet de l'aide du BRICS à l'Europe pour l'aider à se sortir de ses difficultés, et avec plus de 4 000 milliards de Dollars US de réserves en devises, le BRICS est certainement capable de soutenir efficacement l'Europe. Pour l'heure, cependant, le groupe n'a pris aucune décision sur le fait de savoir s'il va ou non acheter des obligations européennes. Mais, qu'il le fasse ou pas, le rôle futur du groupe dans la gestion des institutions financières mondiales et de l'architecture financière mondiale sera un des principaux sujets de discussion qui seront abordés lors du prochain sommet. Les membres du BRICS ont déjà contribué au Fonds Monétaire International et un plus grand travail avec le FMI devrait être en mesure de fournir une aide significative à l'Europe. L'aide du BRICS, cependant, est susceptible d'être accompagnée d'une demande du groupe pour un rôle plus important dans la gestion du FMI.

Plusieurs pays européens sont les partenaires commerciaux principaux des membres du BRICS, il est donc dans l'intérêt même du BRICS que l'Europe se rétablisse rapidement. Cependant, il est évident que la reprise européenne va demander un certain temps. De ce fait, les membres du BRICS devraient envisager une plus grande coopération entre eux en matière de commerce et d'investissements. Bien qu'il soit encore trop tôt pour penser à un cadre commercial et d'investissement du BRICS, les cas antérieurs de coopération entre les membres du BRICS au sein de l'Organisation Mondiale du Commerce, sur des préoccupations communes comme l'agriculture, par exemple, peuvent les encourager à explorer les possibilités de collaboration. Les efforts visant à faciliter les échanges et les investissements entre les pays du BRICS ont également leur importance, étant donné que le monde développé recourt de plus en plus au protectionnisme et à des politiques commerciales introverties, limitant par là l'accès au marché pour plusieurs exportations du BRICS.

Au cours des quatre années qui se sont écoulées depuis le premier sommet du BRICS, qui s'était tenu en Russie en 2009, le groupe est allé au-delà de la simple discussion des questions économiques pour traiter d'autres questions d'importance stratégique mondiale. Au-delà du commerce, de l'économie et de la réforme de la gouvernance mondiale, le sommet du BRICS devrait également discuter d'autres questions majeures de portée mondiale, comme la sécurité internationale, le terrorisme, le changement climatique et la sécurité alimentaire et énergétique. C'est tout naturel, non seulement parce que l'importance stratégique des pays du BRICS a augmenté, mais aussi parce que le reste du monde espère que le BRICS jouera un rôle important dans la résolution des grandes questions mondiales.

C'est dire si la communauté internationale va donc regarder le prochain sommet de près et guetter des signes de ce que les principaux représentants du Sud vont s'engager à faire dans l'avenir.

L'auteur est responsable du développement et des programmes et chercheur invité à l'Institut d'Etudes Sud-asiatiques de l'Université Nationale de Singapour.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Tuerie en série en France : un cas grave qui donne matière à de profondes réflexions
Crise iranienne : la politique « deux poids deux mesures » des Etats-Unis
Regards sur le futur ralentissement économique de la Chine