Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 16.05.2012 08h32
Le Canada marque le 65e anniversaire de l'abolition d'une loi anti-chinoise

Le gouvernement canadien a célébré lundi le 65e anniversaire de l'abolition de la Loi sur l'immigration chinoise, que la communauté sino-canadienne a toujours considérée comme une législation raciste.

Le ministère canadien de la Citoyenneté, de l'Immigration et du Multiculturalisme a donné une réception pour commémorer cet événement.

"C'était indigne de notre pays", a déclaré Jason Kenney, responsable du ministère, faisant référence à cette loi introduite en 1923 pour empêcher les immigrants chinois de s'installer dans ce pays d'Amérique du Nord.

Grâce aux efforts de Canadiens d'origine chinoise tels que Douglas Jung, un vétéran de la Seconde Guerre mondiale, qui est plus tard devenu le premier député canadien d'origine chinoise, le gouvernement canadien a aboli cette loi le 14 mai 1947, et a restauré le droit de vote des Canadiens d'origine chinoise, a-t-il rappelé.

Rétribuant par le mal la contribution de plus de 15 000 jeunes chinois qui avaient aidé à construire le chemin de fer pacifique canadien, le Canada a imposé en 1885 une taxe d"entrée de 50 dollars canadiens aux immigrants chinois.

En 1903, cette taxe d'entrée a été relevée à 500 dollars canadiens ; elle ne s'appliquait à aucune autre minorité.

Pendant les 38 annnées précédant l'introduction de la Loi sur l'immigration chinoise, également appelée Loi sur l'exclusion chinoise, le Canada a encaissé 23 millions de dollars canadiens en taxes d'entrée auprès de quelque 81 000 immigrants chinois.

La taxe a été abolie en 1923, année où le Parlement a approuvé la Loi sur l'immigration chinoise, que le gouvernement qualifie maintenant d'"injuste".

En 2006, le Premier ministre canadien Stephen Harper a présenté des excuses officielles à la communauté sino-canadienne pour cette loi ainsi que pour la taxe d'entrée, et une compensation symbolique de 20 000 dollars canadiens a été versée aux 785 survivants ou époux survivants des payeurs de taxe d'entrée.

Robert Yip, dont l'oncle Kew Dock Yip a été le premier avocat sino-canadien et a aidé à abolir la loi, a déclaré que cet anniversaire était non seulement un rappel de ce "chapitre triste et difficile" de l'histoire sino-canadienne, mais marquait également "une victoire importante, plus que symbolique".

"Cela a permis la renaissance de la communauté chinoise", a estimé M. Yip lors de la réception.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Le protectionnisme est « myope »
Chine : une ineptie dont il est nécessaire de se débarasser dans l'obention de « diplômes supérieurs fallacieux »
Une nouvelle dynamique pour les relations Chine-UE