Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 17.05.2012 08h14
Des signes positifs pour les relations sino-françaises

La France continuera à avoir de bonnes relations avec la Chine, a dit au China Daily Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier ministre français et actuel vice-président de l'Union pour un Mouvement Populaire, le parti actuellement majoritaire au Parlement français, lors d'un entretien exclusif.

Certains se demandent en effet si François Hollande, le nouveau président français, ne risque pas de créer de l'instabilité dans les relations sino-françaises.

M. Hollande a peu d'expérience dans le domaine des affaires étrangères, y compris avec la Chine. Certaines de ses remarques au sujet de la Chine ont fait que certains observateurs se demandent si la route à venir ne sera pas cahoteuse.

Mais selon M. Raffarin, il n'y a pas de raison d'être inquiet pour l'avenir de ces relations, et cela pour deux raisons.

Tout d'abord, François Hollande a reçu l'ambassadeur de Chine en France, Kong Quan, le lendemain de son élection. La seule autre personne à avoir été reçue fut l'ambassadeur des Etats-Unis en France.

Deuxièmement, M. Hollande a pris un expert de la Chine, Paul Jean-Ortiz, comme son conseiller diplomatique. M. Ortiz parle chinois couramment et a travaillé en Chine en tant que diplomate pendant des années. En 2009, il a été nommé Directeur pour l'Asie et l'Océanie au Ministère français des Affaires Etrangères.

Le prédécesseur de François Hollande, Nicolas Sarkozy, qui n'a jamais caché son admiration pour les États-Unis, avait lui choisi un ancien ambassadeur aux États-Unis pour conseiller diplomatique.

« Je pense qu'il connaît bien le rôle de la Chine », a dit M. Raffarin. « Il n'est jamais allé en Chine, mais il est vrai qu ce n'est pas un grand voyageur ».

L'ancienne circonscription de M. Hollande, la Corrèze, est limitrophe du Poitou-Charentes, où M. Raffarin fut président du conseil régional.

« C'est un homme politique très expérimenté. Il est diplômé d'une grande école et c'est une personne intelligente et cultivée », a déclaré M. Raffarin.

M. Raffarin pense que M. Hollande a un programme très chargé, et que l'élément numéro un en est la coordination entre la France et l'Allemagne.

Quelques heures après que François Hollande ait prêté serment mardi en tant que nouveau président de la France, il est parti vers l'Allemagne pour rencontrer la chancelière allemande Angela Merkel pour parler de la croissance et des mesures d'austérité.

Contrairement à Nicolas Sarkozy, qui se tenait fermement aux côtés de Mme Merkel au sujet de l'austérité, François Hollande est moins enthousiaste. Mais ils finiront par trouver un compromis, a dit M. Raffarin.

« Nous devons équilibrer notre budget -M. Hollande le sait. Mais je pense que, comme on dit en Chine, il ne peut pas perdre la face. Je pense donc que M. Hollande et Mme Merkel arriveront finalement à un compromis Nous avons un consensus sur la croissance... » a dit M. Raffarin.

« Certes, M. Hollande a adopté un ton sec avant sa rencontre avec Mme Merkel cette semaine, mais c'est probablement parce que, s'étant présenté comme une personne plutôt douce, il ne veut pas paraître faible dans les négociations internationales », a déclaré à l'Associated Press Stephen Lewis, analyste chez Monument Securities.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Le protectionnisme est « myope »
Chine : une ineptie dont il est nécessaire de se débarasser dans l'obention de « diplômes supérieurs fallacieux »
Une nouvelle dynamique pour les relations Chine-UE