Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 22.05.2012 08h39
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends

Manille ayant adouci son attitude au sujet de l'incident de l'île Huangyan tout en se livrant à des manœuvres en sous-main, les analystes demandent une manifestation plus concrète de la bonne volonté de cette nation d'Asie du Sud.

Selon China Review, Noel Servigon, Consul général des Philippines à Hong Kong, a exprimé son optimisme, disant que la guerre ne devrait pas éclater en Mer de Chine Méridionale, et que Beijing et Manille pourraient régler le différend à l'amiable.

Considérant qu'il n'y a pas d'ambassadeur à Beijing, et que M. Servigon est un diplomate philippin de haut rang en Chine, ses remarques pourraient être considérées comme la voix de premier plan de Manille, selon Ren Yuanzhe, chercheur à l'Université des Affaires Etrangères de Chine.

Cela pourrait être considéré comme une autre façon d'exprimer l'attitude adoucie de Manille, a déclaré M. Ren, en précisant que la présidente des Philippines Benigno Aquino et le Secrétaire des Affaires Etrangères Albert del Rosario ont récemment exprimé des opinions similaires à plusieurs reprises, après que l'aggravation des tensions ait causé des pertes énormes à l'industrie du tourisme et aux exportations de fruits des Philippines.

« Bien sûr, la Chine a aussi subi des pertes, mais elles sont totalement surmontables. La Chine a suffisamment de temps et d'énergie pour avancer et attendre des actions plus importantes de la part de Manille », a ajouté M. Ren.

Les Philippines pourraient aborder la question alors qu'elles accueillent pendant trois jours une réunion des hauts responsables des dix membres de l'Association des Nations de l'Asie du Sud-Est et les États-Unis, qui a débuté dimanche.

Toutefois, M. Del Rosario a déclaré que ce dialogue « est une réunion ordinaire visant à améliorer les relations des deux côtés et à tracer la voie de partenariat entre l'ASEAN et les États-Unis » a rapporté le Philippine Daily Inquirer, journal de Manille.

Le Secrétaire à la Défense Philippin Voltaire Gazmin révélé vendredi que Manille recevrait 10 nouveaux navires de patrouille de fabrication japonaise, disant cela augmenterait les forces de sécurité maritimes philippines. Mais l'ambassade du Japon à Manille a de son côté déclaré le même jour que le Gouvernement japonais n'avait pas rendu une décision formelle en la matière.

« Ce n'est pas bon signe et cela va certainement jeter une ombre au tableau, donc il y a encore un long chemin à parcourir avant qu'une solution définitive soit trouvée », a dit M. Ren.

Les médias ont rapporté que Mme Aquino avait nommé César Zalamea, banquier chevronné, et Domingue Lee, chef d'entreprise sino-philippin, comme « envoyés spéciaux » avec la Chine. Selon M. Servigon, c'est une étape positive vers la résolution du différend en Mer de Chine Méridionale.

M. Del Rosario a déclaré mercredi qu'il espérait qu'une percée mette bientôt fin au conflit afin que les deux pays puissent reprendre des relations normales.

Le Porte-parole du Ministère chinois des Affaires Etrangères Hong Lei a plus tard appelé à des solutions diplomatiques claires et cohérentes de la part des Philippines face à la situation actuelle.

Les tensions en Mer de Chine Méridionale ont connu une escalade le 10 avril dernier, lorsque un navire de guerre philippin a harcelé 12 bateaux de pêche chinois qui naviguaient près de l'île pour y chercher un abri contre les intempéries.

Une interdiction de pêche de deux mois et demi a commencé mercredi dernier à midi dans la plupart des zones de la Mer de Chine Méridionale dans le cadre des efforts déployés pour reconstituer les ressources marines de la région. L'interdiction de pêcher s'applique également aux navires étrangers.

Cette interdiction de la pêche pourrait être considérée comme un geste de bonne volonté de la part de Beijing, et comme un « renvoi de la balle » à leur voisin du Sud-Est, a déclaré Yang Danzhi, chercheur en études asiatique à l'Académie Chinoise des Sciences Sociales, ajoutant que la Chine se réserve le droit de souveraineté sur l'île en envoyant des navires de surveillance de la pêche.

« A présent, l'incident est entré dans une période-clé pour rechercher une solution pacifique, et à Manille devrait agir sur la base de ses intérêts nationaux et adopter des mesures de sensées », a-t-il dit.
La Fédération Phlippine de Basket-ball a invité Yao Ming, la star du basket-ball chinois, et ses Shanghai Sharks à se rendre aux Philippines pour y jouer des matchs amicaux, espérant apaiser les tensions actuelles.

Mais Zhang Mingji, un porte-parole de l'équipe de Yao, a dit que l'invitation faisait toujours l'objet d'une réflexion.

Exprimant sa « préoccupation », l'ambassadeur de la Fédération de Russie à Manille Nikolay Kudashev a dit dans l'édition du week-end du Manila Bulletin que la Fédération de Russie se déclare opposée à toute ingérence des nations autres que les pays demandeurs dans le différend concernant la Mer de Chine Méridionale.

« C'est notre position officielle », a déclaré M. Kudashev.

Il dit que la Russie est « consciente » du fait que, comme les États-Unis, elle n'est pas partie au différend entre la Chine et les Philippines.

« Sinon, cela ressemblerait à une ingérence de notre part dans les affaires intérieures (des pays demandeurs) », a-t-il dit.

C'est la première fois qu'un représentant du Gouvernement russe s'exprime directement au sujet de l'impasse en cours en Mer de Chine Méridionale.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »