Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 28.05.2012 08h43
Etats-Unis : les Instituts Confucius poursuivent leurs cours

Le Département d'Etat américain a émis une nouvelle directive, stipulant que les Instituts Confucius aux Etats-Unis continueront leurs cours et que les enseignants de ces instituts ne seront pas contraints de quitter le pays.


Les Instituts Confucius n'ont pas besoin d'obtenir d'accréditation américaine supplémentaire, selon la directive.


La nouvelle a été annoncée samedi par le siège de l'Institut Confucius en Chine.


Selon la directive, "Afin de mener des activités dans les universités et facultés avec des Instituts Confucius, une accréditation des sponsors de l'université ou de la faculté est suffisante pour être en conformité avec les règlements".


Xu Lin, chef du siège de l'Institut Confucius (Hanban), a indiqué que la nouvelle directive montrait la reconnaissance officielle du gouvernement américain envers les Instituts Confucius, ajoutant que la Chine saluait la rectification par les Etats-Unis de leur erreur.


"Rien ne peut entraver la passion des Américains pour la langue chinoise. Cet engouement est une tendance irréversible", a affirmé M. Xu, appelant au renforcement des échanges mutuels en matière de culture.


Selon lui, les Instituts Confucius et la langue chinoise jouissent d'une grande popularité aux Etats-Unis, et les présidents de nombreuses universités américaines, ainsi que des enseignants et étudiants du pays, ont exprimé leur forte opposition à la directive initiale publiée le 17 mai. Cette dernière stipulait que les Instituts Confucius devaient obtenir une accréditation américaine supplémentaire.


M. Xu a indiqué que même si des frictions continuent de surgir, les deux pays doivent résoudre les problèmes selon le principe de respect et d'échanges mutuels.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »