Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 30.05.2012 08h16
Rencontre entre les vice-présidents chinois et kenyan à Beijing

Le vice-président chinois Xi Jinping a rencontré mardi à Beijing son homologue kenyan Stephen Kalonzo Musyoka, et déclaré que la Chine était satisfaite du développement fructueux des relations sino-kenyanes et était disposée à porter les relations bilatérales à un niveau supérieur.

Stephen Kalonzo Musyoka est arrivé à Beijing pour participer à la première édition de la Foire internationale du commerce des services qui se déroule dans la capitale chinoise.

Lors de la rencontre, Xi Jinping a indiqué que le rapide développement de la coopération commerciale et économique constituait une part importante des relations sino-kenyanes.

Le volume des échanges commerciaux entre la Chine et le Kenya a atteint 2,43 milliards de dollars en 2011, en hausse de 33% par rapport à l'année précédente, tandis que les entreprises chinoises ont investi un total de 250 millions de dollars dans ce pays africain à la fin de 2011.

Les échanges culturels et entre les peuples des deux pays se sont également accrus. Quelque 37 000 Chinois se sont rendus au Kenya l'année dernière.

Les changements complexes dans la situation internationale ont engendré d'importants défis pour les pays en voie de développement, a souligné Xi Jinping, ajoutant que la Chine et le Kenya devaient étendre leur coopération.

La Chine et le Kenya doivent renforcer davantage la confiance mutuelle, approfondir la coopération pratique et accroître les échanges culturels, a fait remarquer Xi Jinping, appelant les deux pays à accélérer la coopération dans le cadre du forum Chine-Afrique afin de renforcer les relations bilatérales et de promouvoir les relations sino-africaines.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »