Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 04.06.2012 08h30
Le président et le chef du gouvernement tunisiens reçoivent le ministre chinois des AE

Le ministre chinois des Affaires étrangères Yang Jiechi, en visite en Tunisie, a été reçu vendredi par le président tunisien Moncef Marzouki, le chef du gouvernement Hamadi Jebali et le ministre des Affaires étrangères Rafik Abdessalem.

La visite officielle de M. Yang en Tunisie faisait suite aux travaux de la 5e conférence ministérielle du Forum de coopération sino-arabe tenue (29-31 mai 2012) à Hammamet (Est de Tunis).

Les perspectives de promotion de la coopération entre la Chine et la Tunisie dans divers domaines ont fait l'objet de la rencontre des deux chefs de diplomaties tunisienne et chinoise.

Les deux parties ont discuté des outils permettant de renforcer la coopération bilatérale sino-tunisienne dans plusieurs domaines, a déclaré M. Yang aux médias à l'issue de sa rencontre avec son homologue tunisien.

Le responsable chinois a fait part de l'engagement de son pays à coopérer avec la Tunisie dans les domaines politique, économique, commercial, scientifique, technologique et en matière d'affaires internationales et régionales.

La Chine, peuple et gouvernement, respecte le choix du peuple tunisien, a encore affirmé M. Yang, en déclarant que les relations sino-tunisiennes deviendra un modèle à suivre dans le cadre des relations sino-arabes en Afrique du Nord.

Le ministre chinois a exprimé à cette occasion la reconnaissance de son pays au président Marzouki et au chef du gouvernement M. Jebali pour leurs efforts à faire réussir la 5e conférence ministérielle du Forum de coopération sino-arabe.

Le peuple tunisien ne cesse d'éprouver des "sentiments d'amitié " envers le peuple chinois, a déclaré pour sa part le chef d'Etat tunisien à l'issue de sa rencontre avec M. Yang.

M. Marzouki a ajouté que "la Chine demeure un modèle à suivre au titre du développement économique et social efficient".

Il a également exprimé la volonté de son pays de renforcer la coopération stratégique et l'échange économique et commercial avec la Chine dans tous les domaines en plus de l'intensification des consultations et de la coordination tuniso-chinoise sur des affaires régionales et internationales.

Pour sa part, M. Yang a indiqué que la présence du chef d'Etat tunisien à la séance d'ouverture du Forum sino-arabe prouve l' importance des relations traditionnelles sino-tunisienne enracinées entre les peuples chinoise et arabe.

Les peuples chinois et arabe, a poursuivi M. Yang, ont fait preuve de complémentarité et de soutien réciproque, ce qui devra influencer positivement les résultats de la coopération sino-arabe.

Les relations sino-tunisiennes bénéficient de nouveaux potentiels de développement à la lumière de la volonté chinoise de multiplier les efforts communs avec la Tunisie en vue de renforcer l'entente politique, approfondir la coopération et stimuler les échanges dans des domaines comme les ressources humaines de nature à promouvoir la coopération stratégique bilatérale, a conclu M. Yang.

A l'issue de son entretien avec le Premier ministre tunisien, le chef de la diplomatie chinoise a déclaré aux médias que la rencontre a permis d'échanger les vues sur l'avenir des relations sino-arabes tout en réaffirmant la volonté des deux gouvernements de promouvoir la coopération bilatérale et d'en diversifier les domaines.

L'entretien entre MM. Jebali et Yang a été "fructueux" et a relaté la volonté des deux pays de "développer les relations bilatérales et d'intensifier les opportunités d'investissement commun", d'après le ministre tunisien des Affaires étrangères affirmant que "les relations tuniso-chinoises progressent dans le bon sens et sont développées et prometteuses".

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »