Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 05.06.2012 13h26
Le règlement politique de la crise syrienne dans une étape critique

L'ambassadeur de Chine auprès des Nations Unies, Li Baodong, a indiqué lundi que le règlement politique de la crise syrienne est dans une étape critique.

Le monde est "face à deux perspectives" en Syrie, a-t-il lors d'une rencontre avec la presse destinée à informer le programme du Conseil de sécurité de l'ONU, la Chine présidant le conseil pour le mois de juin.

"Une perspective est brillante: toutes les parties syriennes instaurent immédiatement un cessez-le-feu et arrêtent les violences, lancent un processus politique inclucif et laissent le peuple syrien décider de l'avenir de leur propre pays. Une autre perspective est noire: le conflit dans le pays s'intensifie, les affrontements (...) s'approfondissent, affectant les pays voisins et la paix et la stabilité dans la région du Moyen-Orient", a-t-il relevé.

"Comment choisir entre les deux perspectives, la réponse est évidente", a indiqué l'ambassadeur chinois.

Il a appelé les parties concernées à se concentrer sur trois points dans le traitement du problème syrien.

Premièrement, soutenir les efforts de médiation de Kofi Annan, envoyé conjoint de l'ONU et de la Ligue arabe pour la crise syrienne, et toute déclaration ou action contre la médiation de M. Annan doit être fermement évitée.

Deuxièmement, soutenir le travail de la Mission onusienne de supervision en Syrie (UNSMIS) pour qu'elle puisse remplir ses obligations sous le mandat du Conseil de sécurité.

troisièmement, exhorter le gouvernement et l'opposition de la Syrie à appliquer immédiatement le plan de M. Annan sur la base des principes d'objectivité, justice et équilibre, et à abandonner toutes formes de violences et à entamer le processus politique.

A propos du massare de Houla, M. Li a déclaré que la Chine condamne fermement le carnage et appel à effectuer une enquête complète et à traduire les responsables en justice.

"En ce moment difficile, la communauté internationale doit (...) continuer à soutenir les efforts de médiation de M. Annan. Si nous hésitons face à ce problème, les violences vont se poursuivre, ce qui va créer davantage de difficultés au peuple syrien", le diplomate chinois.

D'après M. Li, une trentaine de sujets sont à l'ordre du jour du Conseil de sécurité au mois de juin, concernant entre autres la Syrie, le Soudan e le Soudan du Sud, la Guinée-Bissau, l'Afghanistan et le Moyen-Orient.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
La retenue de la Chine est claire aux yeux de tous
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?