Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 06.06.2012 13h17
Le Premier ministre chinois rencontre le président tadjik

Le Premier ministre chinois Wen Jiabao a rencontré mardi le président tadjik Emomali Rakhmon actuellement en visite officielle en Chine pour participer au sommet de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS) à Beijing.

M. Rakhmon est arrivé vendredi dans la ville côtière de Xiamen (sud-est) et va participer à la 12e réunion du Conseil des chefs d'Etat des pays membres de l'Organisation de coopération de Shanghai, qui se tiendra mercredi et jeudi dans la capitale.

M. Wen a souhaité la bienvenue au président tadjik, qu'il considère comme un "vieil ami", et l'a remercié pour ses contributions à la promotion de l'amitié mutuelle et de la coopération entre les deux pays.

La Chine et le Tadjikistan ont étroitement collaboré pour gérer les effets de la crise financière mondiale et faire face aux défis de sécurité régionale, et ont préservé les intérêts communs de chacun, a indiqué M. Wen lors de sa rencontre avec le président tadjik.

La Chine coopérera étroitement avec la partie tadjike pour mettre en oeuvre les consensus atteints dans les domaines de l'agriculture, des infrastructures et du maintien de l'ordre, a poursuivi M. Wen.

M. Rakhmon a indiqué que la Chine était une amie sincère, un bon voisin ainsi qu'un bon partenaire du Tadjikistan, et que les investissements des entreprises chinoises étaient bienvenus dans son pays.

La Chine et le Tadjikistan partagent de nombreux intérêts communs et sont parvenus à d'importants consensus, et la partie tadjike espère coopérer davantage avec la Chine pour créer un environnement stable, sûr et accueillant, a souligné M. Rakhmon.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
La retenue de la Chine est claire aux yeux de tous
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?