Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 11.06.2012 08h19
La Chine salue la décision de l'ONU sur les revendications du Japon concernant les limites de son plateau continental

La Chine a salué vendredi la décision d'une commission de l'ONU de ne pas reconnaître les revendications territoriales japonaises sur le sud de la dorsale de Kyushu-Palau d'une superficie de 250 000 kilomètres carrés.

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Liu Weimin s'est exprimé ainsi lors d'une conférence de presse régulière, alors qu'il était invité à commenter un résumé des recommandations de la Commission des limites du plateau continental (CLPC) de l'ONU concernant l'étendue du plateau continental japonais dans l'ouest de l'océan Pacifique.

Selon des médias japonais, le prolongement submergé de la masse terrestre du Japon dans cette région s'étend de l'arc Izu-Ogasawara, à l'est, jusqu'aux dorsales de Daito et Kyushu-Palau, à l'ouest.

Des responsables du ministère japonais des Affaires étrangères ont déclaré jeudi que l'"île" Okinotori était le seul terrain japonais de la dorsale de Kyushu-Palau, signifiant qu'elle a été identifiée par la commission de l'ONU comme point de base pour déterminer le plateau continental japonais.

La Chine et la République de Corée ont soumis des notes à plusieurs reprises au secrétaire général de l'ONU, demandant à la CLPC de ne pas reconnaître les revendications japonaises concernant son plateau continental extérieur en se basant sur l'atoll Okinotori, car celui-ci est un ensemble de rochers et ne peut donc être classé comme "île"

L'atoll Okinotori, qui se situe à environ 1 700 km au sud du Japon, ne s'étend à marée haute que sur une surface de dix mètres carrés au-dessus du niveau de la mer.

Selon l'article 121 de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer, les rochers qui ne se prêtent pas à l'habitation humaine ou à une vie économique propre ne peuvent avoir de zone économique exclusive ou de plateau continental.

"De nombreux pays se sont également opposés aux revendications illégales du Japon relatives à l'atoll Okinotori", a-t-il souligné.

Le porte-parole a qualifié la décision de la commission de l'ONU concernant l'atoll Okinotori de "juste et raisonnable" et de conforme au droit international.

"La commission a sauvegardé les intérêts communs de l'ensemble de la communauté internationale, et la Chine salue sa décision", a-t-il ajouté.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Pour échapper au piège du Dollar
Les Etats-Unis cherchent un nouveau prétexte pour fomenter des troubles
La retenue de la Chine est claire aux yeux de tous