Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 12.06.2012 08h42
La Chine et l'Afghanistan s'engagent à renforcer leurs relations bilatérales (PAPIER GENERAL)

Lors de leur rencontre le week-end dernier à Beijing, le président chinois Hu Jintao et son homologue afghan Hamid Karzaï ont souligné la nécessité de renforcer les relations entre les deux pays, notamment en matière de commerce et d'investissement.

Après avoir dit que l'Afghanistan était un pays "ami de longue date" avec la Chine, M. Hu a assuré M. Karzaï de la volonté de son gouvernement d'élargir "la coopération multiforme et de long terme" avec l'Afghanistan.

Les deux dirigeants ont convenu de la nécessité de faire évoluer les relations entre les deux pays vers un "partenariat de coopération stratégique".

"Nos relations bilatérales avec la Chine se sont bien développées au cours de la dernière décennie et elles continueront de s'approfondir à l'avenir", a assuré M. Karzaï au président Hu.

Dans une déclaration conjointe rendue publique à l'issue de leur rencontre, la Chine a annoncé qu'elle accorderait un don de 150 millions de yuans (23,8 millions de dollars américains) au gouvernement afghan en 2012.

Selon des analystes afghans, l'accueil chaleureux reçu par M. Karzaï à Beijing et l'engagement renouvelé de la Chine à soutenir l'Afghanistan indiquent clairement que ce pays enclavé, meurtri par les guerres, pourrait compter sur son grand voisin en matière d'assistance, notamment après le départ des forces américaines et autres forces de l'OTAN.

"La Chine, nous pouvons le dire, est un voisin sûr et fiable car elle n'est jamais intervenue dans les affaires intérieures de l'Afghanistan et c'est pourquoi les Afghans considèrent la Chine comme un voisin amical", a expliqué Faizullah Jalal, professeur et politologue à l'Université de Kaboul.

M. Jalal a mentionné deux éléments qui sont selon lui le signe des bonnes intentions de la Chine à l'égard de l'Afghanistan : les investissements chinois dans les ressources minières ainsi que dans d'autres secteurs en Afghanistan, d'une part, et d'autre part le fait que la Chine ait oeuvré en faveur de l'octroi à l'Afghanistan du statut d'observateur au sein de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS).

Lors de l'entretien entre les deux chefs d'Etat, le président Hu a assuré son homologue afghan que le gouvernement chinois continuerait à encourager les entreprises chinoises à investir en Afghanistan.

Le président chinois a par ailleurs affirmé que la Chine intensifierait sa coopération avec l'Afghanistan dans les domaines de l'éducation, de la culture, des médias et de la formation du personnel. Et il a aussi appelé à une collaboration renforcée entre les deux pays en matière de lutte contre les "trois maux" que sont le terrorisme, le séparatisme et l'extrémisme, ainsi que les crimes transfrontaliers, en particulier le trafic de drogue.

La visite du président afghan en Chine et sa rencontre avec son homologue chinois ont fait l'objet de nombreux reportages et commentaires dans la presse papier et les médias électroniques en Afghanistan.

Dans un article publié par le quotidien anglophone Outlook, on lit : "La Chine est une puissance économique émergente dans le monde. Son rôle en Afghanistan revêt une importance particulière pour ce pays déchiré par la guerre, particulièrement dans les domaines du commerce et de la technologie".

L'auteur de l'article souligne qu'un partenariat de coopération stratégique entre les deux pays permettrait à la Chine de jouer un rôle encore plus important en Afghanistan.

Les entretiens entre le président Karzaï et les dirigeants chinois ont été plus importants même que la participation au sommet de l'OCS car c'est durant ces rencontres qui ont eu lieu en marge du sommet que M. Karzaï a reçu la garantie du soutien et de la coopération de la part de la Chine, a fait remarquer le politologue Wahid Mujda lors d'un débat télévisé.

Les autorités afghanes réfléchissent aussi au projet de construction d'un gazoduc qui relierait le Turkménistan à la Chine via le Tadjikistan et l'Afghanistan.

Davantage d'investissements chinois signifieraient plus d'emplois pour les Afghans, ce qui pourrait aider à réduire la pauvreté et promouvoir la paix et la stabilité dans le pays, estiment les autorités afghanes.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Pour échapper au piège du Dollar
Les Etats-Unis cherchent un nouveau prétexte pour fomenter des troubles
La retenue de la Chine est claire aux yeux de tous