Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 18.06.2012 08h33
La visite du président chinois au Danemark porte les relations sino-danoises à une nouvelle étape (Analyse)

La toute première visite effectuée au Danemark par un chef d'Etat chinois a porté les relations stratégiques entre la Chine et le Danemark à un niveau très élevé et a donné lieu à la signature d'une série d'accords commerciaux.

La visite d'Etat de trois jours faite par le président chinois Hu Jintao, visite qui a pris fin samedi, a permis aux deux pays de signer un certain nombre de documents de coopération, notamment sur les échanges commerciaux et les investissements chinois au Danemark.

Les deux pays, qui entretiennent de bonnes relations depuis plus de 62 ans, ont établi en 2008 un partenariat stratégique global couvrant en particulier les affaires économiques, politiques et culturelles.

Lors de sa rencontre avec le président chinois samedi au château de Christiansborg, siège du Parlement danois, la Première ministre danois Helle Thorning-Schmidt a indiqué que la visite de M. Hu avait permis d'améliorer la compréhension mutuelle et de renforcer le partenariat stratégique global.

Elle a ajouté que cette visite était "l'expression de la plus haute attention que nous attachons aux relations dano-chinoises".

Avant la visite de M. Hu, Mme Thorning-Schmidt a déclaré dans un communiqué officiel que le "rôle et l'importance de la Chine dans le développement d'une grande partie du monde se sont accrus rapidement ces dernières années".

"Le Danemark et la Chine ont beaucoup à gagner d'une relation plus étroite et j'ai hâte de discuter des moyens de renforcer davantage notre partenariat stratégique pour qu'il gagne encore en profondeur et en largeur", a-t-elle renchéri.

ACCORDS COMMERCIAUX STRATEGIQUES

Conscients de l'étroitesse dans les relations bilatérales et déterminés à coopérer plus efficacement à l'avenir sur les terrains de compétence particulière, les deux pays ont conclu des accords de coopération notamment dans les domaines des investissements, des tarifs, de l'énergie, de l'agriculture et de la culture.

Toutefois, ce sont des entreprises danoises et chinoises qui ont bien profité de cette visite du président chinois: elles ont réalisé 16 transactions d'une valeur de 3,4 milliards de dollars.

"Je suis préoccupé par la façon dont nous pouvons contribuer à résoudre certains des défis auxquels sont confrontés les Chinois, y compris dans le domaine des solutions vertes, sur lesquelles la Chine a mis un accent particulier", a déclaré la ministre danoise du Commerce, Pia Olsen Dyhr, dans une déclaration à la presse, vendredi.

"Il y a un énorme potentiel à explorer pour les entreprises danoises ici", a-t-elle ajouté.

En effet, les technologies de pointe et les règlements dont dispose le Danemark en matière d'économie verte et de protection sociale ont servi de tremplin aux dirigeants politiques et économiques danois pour accéder à la Chine. Cela inclut par exemple la faible consommation d'énergie des bâtiments, les réseaux électriques savamment établis, le chauffage urbain et les systèmes de refroidissement ainsi que la production d'énergie renouvelable.

Ce sont les domaines auxquels la Chine porte un intérêt particulier, car elle a entamé son 12e plan quinquennal qui vise à mettre le pays sur la voie d'une économie durable et verte.

En fait, parmi les plus grosses transactions conclues au cours de la visite du président chinois sont celles concernant le secteur des technologies vertes (catalyseurs, enzymes et contrôle de température notamment).

Samedi, Mme Dyhr et son homologue chinois Chen Deming ont signé un accord visant à renforcer la coopération commerciale sur l'efficacité de l'utilisation de l'énergie, la protection de l'environnement et l'urbanisation durable.

La Chine est déjà le plus grand marché au monde en matière d'énergie éolienne et pourrait devenir le plus grand marché mondial des solutions d'énergie renouvelable dès 2014.

En l'occurrence, le ministère des Affaires étrangères du Danemark a annoncé vendredi que plusieurs entreprises danoises allaient collaborer pour mettre en oeuvre un programme dano-chinois en vue d'améliorer l'efficacité de l'énergie verte.

Dans le cadre des projets sur la sécurité alimentaire et la production de la nourriture, le brasseur danois Carlsberg a convenu avec les autorités de la province chinoise du Yunnan d'investir 678,5 millions de dollars d'ici 2025 pour réaliser des projets de coopération dont une brasserie.

En outre, l'entreprise laitière danoise Arla, en collaboration avec la principale entreprise de produits laitiers chinois Mengniu, a décidé d'élargir la distribution et la vente de ses produits en Chine.

Selon les statistiques officielles chinoises, le volume du commerce bilatéral entre la Chine et le Danemark a augmenté de 18,3% en 2011 par rapport à l'année précédente, pour atteindre le cap historique de 9,26 milliards de dollars.

Par ailleurs, selon le ministère danois du Commerce, les exportations du Danemark vers la Chine avaient une valeur d'environ 2,7 milliards de dollars en 2011, chiffre qui pourrait augmenter de 20% cette année.

L'UE, qui a sa propre convention de partenariat stratégique avec la Chine, est en train de préparer les négociations pour un accord d'investissement entre la Chine et l'UE, et le Danemark a contribué à faire avancer ce processus.

"C'est quelque chose que nous continuerons à suivre de près du côté danois", a déclaré vendredi Mme Dyhr lors des négociations sur un accord d'investissement entre l'UE et la Chine.

LIENS CULTURELS

Avant la visite du président chinois au Danemark, les experts avaient estimé que le séjour de Hu Jintao dans ce pays était un événement unique avec de grandes conséquences pour les liens qui lient les deux pays.

"Cette visite fait franchir nos relations à une nouvelle étape que nous n'avons jamais connue depuis de nombreuses années. Le Danemark a été l'un des premiers pays à établir des relations diplomatiques avec la Chine et nous souhaitons continuer à être un pays qui soutient la Chine et travaille en étroite collaboration avec elle", a affirmé dans une interview à Xinhua le pr Verner Worm, directeur de la Copenhagen Business Institut Confucius (CBCI), un centre pour l'étude de la langue et de la culture chinoise.

La reine Margrethe II qui a effectué une visite d'Etat en Chine en 1979, la première du genre par un monarque européen, a donné vendredi un banquet d'Etat en l'honneur du couple présidentiel chinois au château de Christiansborg.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Comment insuffler de la vie dans la Zone Euro
La Syrie, un nouveau coup de menton de l'Occident
Un plan d'action enthousiasmant